https://www.terraeco.net/Quand-la-Ville-lumiere-change-ses,49901.html
Quand la Ville lumière change ses ampoules
jeudi, 30 mai 2013 / Julien Ropert

Pour mettre sa conso électrique à la diète, Paris donne un sérieux coup de jeune à son éclairage public.

A Paris, l’obélisque de la place de la Concorde continue de resplendir la nuit. Mais désormais, sans donner le tournis au compteur électrique. Depuis avril, l’emblématique place bénéficie en effet de lampes « à iodure métallique » dernière génération. Des joujoux qui ont fait baisser sa consommation de 77 % !

Bonne opération comptable

Cette initiative s’inscrit dans cadre du marché à performance énergétique (MPE) de Paris. Conclu en 2011, il a pour ambition de réduire de 30 % la consommation d’énergie de la ville. Par quel miracle ? En mettant au goût du jour une bonne partie des 201 000 sources d’éclairage public ou d’illuminations et des 144 000 lumières de signalisation parisiennes. Les niveaux d’éclairage ont également été révisés. Le tout représente un investissement de 110 millions d’euros pour la capitale. Mais le jeu en vaut la chandelle, puisque le plan climat devrait faire économiser à Paris 46 gigawattheures.

Pas besoin d’être une lumière pour se rendre compte que l’opération est intéressante sur le plan environnemental, mais aussi comptable. « C’est l’équivalent de la consommation de Lyon ou Toulouse, explique Vincent Mérigou, responsable de l’éclairage public à la ville de Paris. Pour l’instant, nous travaillons sur les opérations les plus énergivores, comme les “ boules fluorescentes ” ou les luminaires ouverts. Mais d’ici à 2020, nous allons toucher à 70 % des installations ! »

Le lifting du périph

Un maître mot guide les travaux : responsabilité. Les nuisances sonores et lumineuses sont limitées, tout comme les émissions de gaz à effet de serre. Et sur le terrain, des personnes en réinsertion mettent la main à la pâte. Tout est pensé, jusqu’à la retraite des vieux équipements : « 90 % de l’électrique et de l’électronique remplacé sera recyclé », souligne Vincent Mérigou. Après le pont d’Arcole et le tunnel de l’Alma, ce sont les 35 kilomètres du périphérique parisien qui bénéficieront d’un lifting en octobre. Pour que la Ville lumière brille de mille feux économes. —

- Le site de la ville

Impact du projet

Baisse de la conso électrique de la place de la Concorde de 77 %