https://www.terraeco.net/Philippe-Belda-coordinateur-de-la,48824.html
Philippe Belda, coordinateur de la collecte
dimanche, 24 mars 2013 / La rédaction de Terra eco

Depuis qu’il a pris en main le service de la collecte des ordures ménagères, cet ingénieur territorial a découvert un vrai chantier, qu’il s’efforce d’optimiser.

Plus on est de fous, plus on trie. En devenant, en janvier 2009, une communauté urbaine, le Grand Toulouse a gagné de nouvelles compétences. Parmi elles, la valorisation des ordures ménagères. Un homme est arrivé à la tête du nouveau service "exploitation" : Philippe Belda.

A 43 ans, cet ingénieur territorial a décidé de relever le défi. "Il fallait soudain unifier des centres de collecte au fonctionnement très différent, tout en assurant une continuité de service public, se souvient-il. Un vrai pari !" Après dix ans passés à délivrer des permis de construire au sein du service urbanisme de la Ville rose, Philippe s’attaque à un chantier.

750 agents, répartis sur les trois secteurs d’agglomération

"En janvier 2011, le Grand Toulouse a accueilli douze communes supplémentaires, dont il faut désormais optimiser les structures de collecte", à l’image des colonnes de tri enterrées, existant déjà sur une partie du territoire, mais dont il faut étendre le principe aux nouveaux membres. Le tout pour une population qui atteint désormais plus de 700 000 habitants.

Pour relever le défi, le service de Philippe compte 750 agents, répartis sur les trois secteurs de l’agglomération. "Parmi mes collaborateurs, il y a un responsable sur chacun des trois secteurs, et un autre sur la partie valorisation et élimination." Au total, il faut superviser la collecte et le circuit des ordures vers cinq déchetteries différentes.

Qui tranche sur le trajet emprunté par les camions-poubelles ? "La décision se fait au niveau de chaque dépôt de collecte. Ici, on valide seulement la décision finale." Mais pour le reste, "rien n’est jamais tout à fait en place", explique Philippe.

Un programme de compostage individuel pour bientôt

Lancement de nouveaux chantiers de mécanisation, coordination permanente : la tâche est lourde et le chef de service avoue avoir très peu de contact direct avec les agents de terrain. "Il y a toute une pyramide sous mon poste", argue-t-il.

Sans compter les réunions entre les services de l’agglomération : "Lorsqu’un camion ne peut accéder à une ruelle trop étroite, on expose le problème au service des voiries pour envisager un petit aménagement."

Et il y a les imprévus, des travaux qui perturbent l’accès à la déchetterie à la neige qui dérègle le ramassage des ordures. Philippe, lui, a toujours un coup d’avance.

A Toulouse, c’est un programme de compostage individuel qui verra bientôt le jour à l’échelle de la communauté urbaine. "Démarrer un nouveau projet, voilà ce qui est passionnant !"