https://www.terraeco.net/Air-conditionne-la-facture-qui,45522.html
Air conditionné : la facture qui fait froid dans le dos
lundi, 20 août 2012 / Karine Le Loët /

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

Fin juillet, plus de 600 millions d’Indiens ont été plongés dans le noir. La faute notamment à l’utilisation grandissante de l’air conditionné, selon le New York Times. Et comme presque toutes les mégalopoles en développement dans le monde se trouvent dans des zones tropicales et qu’elles devraient abriter près d’un milliard de nouveaux consommateurs potentiels en 2025, la tendance n’est pas près de ralentir, estime le quotidien américain.

Or se brancher à l’air conditionné, c’est entrer dans un cercle vicieux : plus la température augmente avec le changement climatique et plus on tourne le bouton du climatiseur. Et plus on rafraîchit sa maison, plus on pompe de l’électricité souvent d’origine fossile et plus le changement climatique s’en trouve exacerbé. En 2007, seuls 11% des foyers brésiliens et 2% des Indiens étaient dotés de capacité de rafraîchissement (contre 87% des Américains). « La demande latente est énorme », souligne Michael Sivak, chercheur en énergie à l’université du Michigan. « La demande actuelle en énergie ne reflète pas ce qui va se passer lorsque ces pays auront plus d’argent et que plus de personnes pourront s’offrir l’air conditionné ». Selon lui, les besoins en rafraîchissement de Bombay seule pourrait s’élever à un quart des besoins des Américains. « Un chiffre très inquiétant. »

- La suite à lire (en anglais) sur le New York Times