https://www.terraeco.net/Truthland-le-film-comique-qui-veut,44397.html
Truthland : le film (comique) qui veut se payer Josh Fox
mardi, 19 juin 2012 / Hélène Pennaneac’h

Un film financé par l’industrie gazière, censé « corriger » les erreurs de Gasland – le documentaire de Josh Fox qui a révélé la fracturation hydraulique au grand public –, vient de sortir sur internet.

Gasland, ça vous dit quelque chose ? En 2010, le réalisateur Josh Fox s’était penché sur les problèmes de pollution liés à la fracturation hydraulique (la technique utilisée pour l’extraction du gaz de schiste) dans son film-documentaire à charge. Les multinationales du gaz de schiste, en tout cas, s’en souviennent très bien. Mieux que ça : elles ont décidé de répondre à Josh Fox en jouant sur son propre terrain avec le film Truthland, sorte d’antidote factuel à la « fiction » Gasland, selon elles.

Et qui de plus impartial et pragmatique qu’une maman, fermière laitière en Pennsylvanie de son état, pour récolter des informations factuelles sur le gaz de schiste et la fracturation hydraulique ?

Cette fermière, c’est Shelly. Elle a vu Gasland à la télé, et ça l’a inquiété. Il faut dire que sa ferme est située en plein cœur de l’immense bassin schistique de Marcellus. Avec le soutien de sa famille, la super maman décide donc de lâcher ses fourneaux pour se mettre en quête de la « vraie vérité ». A savoir, la réponse à cette question tout en nuances : l’industrie gazière aux Etats-Unis est-elle bonne ou mauvaise ?

Nous voilà donc collés aux basques de Shelly - aux jantes de sa Chevrolet, plus précisément. Dans son road trip rural sur les traces de Josh Fox, les témoins font des cookies avant de parler fracturation, et les experts célèbrent la découverte du gaz de schiste.

Le teaser de Truthland (en anglais)

Les arguments de Gasland démontés un à un :


- L’eau du robinet qui s’enflamme ? Du méthane biogénique. Un phénomène naturel, connu depuis des générations. Il est vrai que la scène emblématique de Gasland, dans laquelle un robinet s’enflamme à l’approche d’un briquet, a déjà fait l’objet de nombreuses mises en cause depuis la sortie du film en 2010.

- La fracturation hydraulique ? « L’impact en surface est bien moindre que n’importe quel autre procédé d’extraction ; il n’y a rien de mieux », nous explique un expert en génie environnemental. Qui s’empresse d’ajouter que de toutes façons, personne n’est prêt à voir baisser son niveau de vie aux Etats-Unis.

- L’eau empoisonnée dans la petite ville de Dimock ? Bon, d’accord, les exploitants de gaz n’avaient pas mis assez de ciment dans le puits au départ, ce qui a engendré une petite fuite. Une fuitounette, pourrait-on dire. Mais l’erreur a été si vite réparée !

A tous ces garants scientifiques, Shelly, en bonne chrétienne rurale, ajoute la caution divine. Et c’est un pasteur texan nommé Elvis qui le lui affirme : il n’y a pas de problèmes de pollution avec la fracturation hydraulique. « Les industriels, ajoute-t-il, reconnaissant, font ce qu’ils disent ». Et Shelly de pousser des grands soupirs de soulagement quand on lui explique que l’eau constitue la substance principale injectée dans la roche pour la faire exploser. Nous voilà donc rassurés.

Contamination politique

Indépendante la démarche de Shelly ? A y regarder de plus près, le documentaire s’inscrit dans la campagne de communication Energy in depth. Financée par l’Association des pétroliers américains indépendants (Ipaa), elle a pour but d’informer sur « les promesses et le potentiel de développement responsable des ressources énergétiques américaines - en particulier les ressources abondantes d’hydrocarbures de schiste ». Derrière Truthland, on trouve en particulier les géants de l’industrie gazière comme Chesapeake, qui a enregistré le site truthlandmovie.com.

Etudes, chiffres et animation 3D à l’appui, la « contre-enquête » se poursuit sur internet. L’objectif est clair : dédramatiser les techniques d’extraction du gaz de schiste, en jouant sur les efforts supposés de transparence des entreprises. Et démonter Gasland point par point. Pas de bol pour les industriels, le très médiatique Josh Fox travaille actuellement sur la suite de Gasland en se concentrant cette fois-ci sur la contamination du système politique par les lobbys de l’industrie gazière.

Josh Fox évoque les dangers de la fracturation hydraulique et des problèmes de cimentation des puits sur MSNBC.


A lire aussi sur Terraeco.net :

- L’interview de Josh Fox
- Gaz de schiste : petit manuel à l’usage des lobbyistes