https://www.terraeco.net/98-5,19510.html
98,5%
mardi, 4 octobre 2011 / Claire Baudiffier

C’est le pourcentage de refus essuyés par les victimes d’irradiations liées aux essais nucléaires français. Ceux-là ne toucheront pas d’indemnisations.

« Sur 129 dossiers déposés auprès de la commission d’indemnisation, il y a eu 127 refus », résumait Michel Verger, fondateur et président honoraire de l’Association des vétérans des essais nucléaires (Aven) lors d’un point presse fin septembre.

La loi Morin du 5 janvier 2010 sur l’indemnisation avait « redonné espoir aux victimes », mais son décret d’application a statué que le lien de causalité entre les maladies des vétérans et les essais nucléaires était négligeable. Désormais, seuls 260 dossiers de victimes – sur les 597 constitués – peuvent prétendre à un dédommagement.

Selon l’Aven, chaque année, une quarantaine de décès sont liés aux irradiations et près de 150 000 personnes, militaires et civils, sont touchées par les conséquences des essais nucléaires français, menés pendant presque quarante ans, notamment dans le Sahara et en Polynésie française.