https://www.terraeco.net/Egypte-premisses-d-une-nouvelle,15717.html
Égypte : prémisses d’une nouvelle ère
jeudi, 10 février 2011 / John Perkins /

Economiste, écrivain, activiste social et écologiste américain, John Perkins est surtout connu pour son best-seller « Confessions of an Economic Hitman », traduit en français par « Les Confessions d’un assassin financier ».

Les évènements en Égypte indiquent qu’un nouvel équilibre des forces entre le peuple et la « corporatocratie » est en train de naître.

« La paix et l’amitié entre tous est la plus sage de nos politiques, et je souhaite qu’il nous soit permis de la poursuivre » - Thomas Jefferson

J’étais un « assassin financier » dans l’Egypte des années 70, ainsi qu’en Iran, en Arabie Saoudite et dans d’autres coins du Moyen-Orient. On m’a posé beaucoup de questions concernant les récents soulèvements politiques en Égypte et je souhaiterais partager quelques-unes de mes idées.

Les évènements actuels au Moyen-Orient laissent entrevoir une nouvelle ère dans laquelle nous, le peuple, allons reprendre le pouvoir. Tout a commencé en Amérique Latine. Là-bas, 10 pays – dirigés par des dictateurs soutenus par la CIA pendant des années – ont élu des présidents qui tiennent tête à la corporatocratie. La même chose est en train de se passer au Moyen-Orient.

L’Égypte prend finalement position contre le pouvoir tyrannique d’Hosni Moubarak qui, avec l’aide de son propre service secret, de la CIA et le soutien financier des Etats-Unis, laisse la plupart des citoyens vivre dans des conditions inacceptables (Hormis l’Irak et l’Afghanistan, l’Égypte est – après Israël - le plus gros bénéficiaire des aides au développement et des financements militaires en provenance des Etats-Unis).

On estime que 40% des Égyptiens vivent près ou en dessous du seuil de pauvreté. Le système institué par Moubarak est symbolique de tous ces pays où la corporatocratie donne (au nom de la démocratie) du pouvoir au peuple afin qu’il maintienne un statu quo où richesse et avidité sont les maîtres mots. Un tel système profite à ceux qui en ont le moins besoin.

Le Moyen-Orient nous enseigne qu’il faut nous mobiliser pour changer les choses. Il est grand temps de crier « Non » à ces requins de la corporatocratie qui se sont emparé de nos pays. Aux États-Unis, les crises économiques s’ajoutent aux guerres et aux politiques gouvernementales qui profitent aux grosses entreprises. Elles devraient nous inciter à l’action. Jusqu’à présent, nos lois étaient écrites par des représentants élus, elles sont désormais bricolées par des lobbyistes pour le compte des entreprises.

Les gouvernements qui ont pour principale politique la recherche de bénéfices toujours plus grands pour les plus riches sont, sans aucune exception, des gouvernements corrompus. Quand les gens meurent de faim, ne disposent pas des soins médicaux appropriés, travaillent dans des conditions précaires et encourent des risques environnementaux – tout ça pour favoriser l’intérêt d’une minorité de gens riches – il est alors temps de se débarrasser de ces gouvernements.

On me demande souvent si je pense que la démocratie est un bon système, malgré ses défauts. Je réponds que je suis pour la démocratie. Cependant, je crains que notre forme de gouvernement actuel aux États-Unis ne réponde pas à la définition d’une démocratie, ni d’une République.

En fait, les notions de « démocratie » et de « république » que les « assassins » financiers et autres chacals colportent vers d’autres pays sont des appellations impropres, des mutants créés pour augmenter les bénéfices des investisseurs et empêcher tout progrès significatif de la majorité des citoyens. Quand les peuples se révoltent, les dirigeants s’agitent pour protéger leurs biens et assurer leurs arrières afin ne pas avoir à endosser la responsabilité des injustices causées par leurs politiques. C’est ce qui se passe en ce moment avec Moubarak en Égypte.

Je vous demande de soutenir ces mouvements partout dans le monde – y compris aux Etats-Unis. Mais là, maintenant, joignons nous au peuple égyptien. Soutenons leur quête de gouvernement juste et durable. Exigeons que chacun ait le droit de s’exprimer librement et de lutter contre la tyrannie.

Dès aujourd’hui, vous pouvez signer la pétition pour libérer le blogueur égyptien Karim Amer. Cet homme a été accusé d’avoir publié des documents critiquant l’Islam et le président égyptien Hosni Moubarak et a été emprisonné. Pourtant, il avait simplement usé du droit universel de la liberté pacifique d’expression.

S’il vous plaît, signez cette pétition et envoyez le lien via vos réseaux sociaux. Vous pouvez aussi rejoindre ma page Facebook où je tiendrais un fil mis à jour sur les événements en Égypte et tout autre révolte contre la corporatocratie. Le lien officiel de la pétition pour libérer Kareem Amer est le suivant : http://new.petitiononline.com/KAmer...

Unissons nos forces pour que nous puissions TOUS vivre dans un monde libre.