https://www.terraeco.net/Un-anniversaire-bilan-pour-Nicolas,14558.html
Nicolas Hulot : « L’écologie est sortie de son ghetto »
jeudi, 16 décembre 2010 / Karen Bastien /

Rédactrice en chef du magazine et des éditions papier de "Terra eco"

Ce jeudi, le porteur du « Pacte écologique » fêtait à Paris les vingt ans de sa Fondation, à l’occasion d’un colloque consacré à la recherche d’une nouvelle prospérité. Extraits.

C’est un Nicolas Hulot combatif qui s’est exprimé, ce jeudi matin, lors de l’ouverture du colloque des 20 ans de sa fondation. Loin du pessimisme qui marquait son documentaire Le Syndrome du Titanic, il a affirmé haut et fort que « des choses avaient été faites depuis vingt ans, pas des choses marginales, des choses essentielles. […] On a participé à créer les conditions psychologiques pour débuter la mutation de notre société. L’écologie est sortie de son ghetto ». Regardant vers le passé, il a tout de même avoué qu’il n’avait « pas du tout idée, il y a vingt ans, de l’ampleur de la tâche, que ce combat allait être un combat humaniste avant tout ».

Nicolas Hulot a par ailleurs annoncé que sa fondation voulait « changer d’échelle » et qu’elle devait prendre « une dimension à la hauteur des enjeux actuels et du carrefour de complexité ». « Est-ce qu’il y a besoin d’être un prix Nobel pour comprendre qu’une croissance infinie dans un monde fini n’a pas d’issue ?, a-t-il lancé. Notre système est au bord de la rupture physique et psychique. » Très didactique, il est revenu sur le débat entre croissance verte et décroissance. « La décroissance est un mot que je prononce avec beaucoup de prudence, car c’est un concept qu’on a dénaturé dans ma propre bouche. Je me méfie des postures radicales et narcissiques, car mon hypothèse n’a de sens que si elle a les moyens de sa réalisation. »

Nicolas Hulot a conclu son discours sur le fait que la Fondation devait « contraindre le débat public : on ne va pas s’effrayer d’organiser la mutation. Les deux défis sont la préservation des ressources et la réduction des inégalités. L’heure de la créativité a sonné ».