https://www.terraeco.net/Une-Terre-a-haut-debit,13802.html
Une Terre à haut débit
mercredi, 24 novembre 2010 / Karen Bastien /

Rédactrice en chef du magazine et des éditions papier de "Terra eco"

Les pays riches pompent de plus en plus les ressources naturelles mondiales. Leur empreinte écologique explose, comme le démontre le dernier rapport «  Living planet  » du WWF.

Tous les deux ans, le WWF sort son stéthoscope mondial. Le check-up 2010 fait froid dans le dos. La biodiversité est toujours en déclin, en particulier dans les zones tropicales et les habitats d’eau douce, soit une baisse générale de 30 % depuis 1970. « Le rythme de perte de la biodiversité le plus alarmant se situe dans les pays à bas revenus », dissèque Jim Leape, directeur général du WWF international. Parallèlement, l’empreinte écologique la plus élevée se trouve dans les pays à hauts revenus : cet indice mesure les surfaces de terre et d’eau nécessaires pour produire les ressources qu’un individu, une population ou une activité consomme et pour absorber les déchets générés. Ainsi, les 10 pays à la plus forte empreinte écologique par individu sont aujourd’hui les Emirats arabes unis, le Qatar, le Danemark, la Belgique, les Etats-Unis, l’Estonie, le Canada, l’Australie, le Koweït et l’Irlande.

« Il est important de faire en sorte que le développement n’induise pas une exploitation plus intensive des ressources naturelles. Nous devons à l’évidence trouver le moyen d’en faire autant, voire plus, avec moins », alerte Jim Leape. Et reste à résoudre un bon paquet de contradictions : en 2010, 1,8 milliard de personnes surfent sur Internet, mais 1 milliard d’autres n’ont toujours pas accès à l’eau potable. —

- Le rapport « Planète vivante 2010 »