https://www.terraeco.net/Des-entreprises-asiatiques,12108.html
Grosse arnaque sur le marché carbone
mardi, 31 août 2010 / Thibaut Schepman /

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

Des entreprises asiatiques auraient abusé du mécanisme du marché carbone en produisant à dessein un gaz nocif, le HFC23.

Nom ? Gaz HFC23. Particularité ? Dans l’atmosphère, une seule tonne aurait autant d’impact sur l’effet de serre que 11 700 tonnes de CO2.

Très nocif, ce gaz – utilisé pour les réfrigérateurs – est l’un des plus concernés par le système international de marché carbone. Les entreprises qui tentent de réduire ou d’éviter de rejeter du HFC23 y sont récompensées par des « crédits carbone » qui peuvent ensuite être revendus à d’autres entreprises qui, elles, dépassent leurs propres objectifs d’émissions. Le HFC23 évité ici compense le carbone émis là-bas et les bons élèves y gagnent.

Mais le New York Times révèle que des entreprises basées en Chine ont réussi à détourner ce cercle vertueux. En effet, le nombre de crédits carbone attribués pour chaque tonne d’HFC23 évitée est tel que ce marché est devenu plus rentable pour ces entreprises que leur business premier : la production de gaz réfrigérants. Elles se sont donc mis à en produire, non pour vendre des réfrigérateurs mais pour gonfler la quantité d’HFC23 évitée et ainsi empocher la manne des crédits carbone.

L’ONU, qui gère ce marché, a lancé une enquête et bloqué les allocations de crédits carbone pour six usines asiatiques rapporte Le Monde. Et toutes les demandes à venir devraient être également suspendues. Mais de telles mesures pourraient mettre à mal l’intégralité de l’économie carbone. « Protéger des crédits douteux pour ne pas ébranler le dispositif de lutte contre le changement climatique : l’hypothèse révèle à elle seule combien le système est fragile », résume le quotidien.