publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Je doute donc je suis… écolo ?
Opinion

Je doute donc je suis… écolo ?

<-  Retour à l'article
4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Hicolas Nulleau : confusion mentale

    Quelle bouillasse....Et ce type est maître de conf’ ? Gossement mélange tout, sans doute à dessein. Le Grenelle de l’Environnement n’a jamais été qu’un attrape-écolos dont le rabatteur principal pour Sarkozy fut Nicolas Hulot. Mais tout ça c’est fini, pas la peine de s’accrocher, Gossement, tout le monde a compris que ce n’était qu’un leurre pour gagner diverses élections. Les écolos se sont portés à gauche et la fête est finie. Fin du Grenelle, fin de la taxe carbone, etc. Gossement et ses amis espèrent encore sans doute quelques subventions, mais elles vont rapidement se tarir, l’écologie n’est plus "rentable" politiquement pour la droite.

    14.04 à 09h32 - Répondre - Alerter
  • La décision de la Fondation N. Hulot n’a rien à voir avec le scepticisme. Être constructif signifie pas renoncer à la vigilance et cautionner des dérives. Nicolas Hulot avait été, je crois, l’un des rarses à saluer le vote de la Loi Grenelle 1 à la fois par la majorité et l’opposition.
    Pour le débat sur la Loi Grenelle 2, il est évident qu’un grand nombre de parlementaires de droite comme de gauche sont bien décidés - voir leurs propos - à ne pas soutenir une bonne partie des propositions "constructives" issues du Grenelle. Le coup de gueule de Nicolas vise manifestement à leur rappeler que les citoyens sauront tenir compte de leurs changements d’attitude. Espérons que celà aura un effet.

    14.04 à 09h40 - Répondre - Alerter
  • J’ai été heureux de voir la "montée en puissance" de la conscience écolo en 2007. Heureux et inquiet. Car après une période d’euphorie et de communication à outrance sur le thème du réchauffement climatique, un beau truc que l’on croyait bien ficelé pour faire bouger les foules, on se retrouve avec un débat scientifique. Or, l’opinion est faite pour avaler du tout prêt. Des émissions télé (la Une fait toujours plus recette qu’Arte) aufast-food, l’être humain aime bien qu’on lui mâche les choses. Il est prêt à s’engager dans une voie si on lui dit que c’est exactement celle-là qu’il faut prendre. Si le doute s’installe, alors on préfère revenir à ses bonnes vieilles habitudes. La fin du monde ? On nous la prédit depuis des siècles ! La station Mir ne s’est pas écrasée, et puis de toute manière, la technologie nous sauvera.
    Et pourtant, comme le dit l’article, l’urgence écologique ets là, plus que jamais. Des efforts considérables ont été faits dans les pays industrialisés, et mon grand espoir est effectivement que la technologie aidera les pays en développement à atteindre nos performances de recyclage, de dépollution... Mais cela doit aussi et surtout passer par nos changements d’habitudes à tous. Petit à petit, l’oiseau fait son nid !

    18.04 à 18h45 - Répondre - Alerter
  • Je perçois trop d’intérêts de pouvoir personnel et financier pour m’intéresser totalement à toutes ces négociations mais je suis reconnaissante envers tous ceux qui oeuvrent réellement pour l’écologie dans sa forme globale. Reste néanmoins le problème et pour moi, humble citoyenne, je refuse cette culture du pessimisme en tout genre, qui, soit dit en passant, fait peut être de nous les premiers consommateurs d’antidépresseurs. Les grands débats sont bien sûr utiles, mais chacun à son niveau, avec ses moyens, à son rythme peut faire quelque chose et montrer l’exemple autour de soi, expliquer sa démarche, simplement. Une société ne peut réellement changer qu’en partant de sa base, de son peuple (je rappelle à tous les abstentionnistes que c’est lui qui choisit ses dirigeants...) ; sinon c’est la force qui prévaudra. Trop de pessimisme, effectivement, inhibe l’action. Le "à quoi bon que j’entends souvent, me fait mal, mais je reste résolument optimiste, sachant qu’on ne bouleverse pas une société en un coup de baguette magique. Sachons regarder la réalité, tout ce qu’il y a encore à accomplir, mais aussi toutes ces initiatives de l’ombre, personnelles ou collectives qui sont le signe d’une évolution en marche et commençons par balayer devant notre porte.

    21.04 à 09h30 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité