publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Eoliennes, la turbine à fantasmes (Episode 2) : les oiseaux et (...)
Énergie

Eoliennes, la turbine à fantasmes (Episode 2) : les oiseaux et l’immobilier

<-  Retour à l'article

Trop bruyants, mauvais pour notre santé, ces engins seraient aussi des tueurs d’oiseaux et des catastrophes pour la valeur des biens immobiliers. Décryptage.

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Ajoutons à la destruction des animaux (dont la plupart sont des espèces protégées et/ou en danger comme le milan royal ou l’aigle de Bonelli), la destruction des paysages de jour comme de nuit.
    J’ai vécu 7 ans en campagne vosgienne avec une dizaine d’éoliennes à 3 km et j’ai dis adieu aux couchers de soleil (pile dans leur direction !), aux levers de lune et aux rêveries en scrutant les étoiles ; car 10 flashs (même lointains) répétés toutes les deux secondes tuent toute tranquillité d’esprit, tout apaisement, toute immersion sereine et vous mettent dans un état de nerfs total ! Bien sûr, ceux qui "vivent" la nature devant leur écran ne peuvent pas comprendre...
    Pour précision au sujet de la LPO, sachez que nombre de leurs cadres ont été embauchés par des promoteurs éoliens comme le révèle le canard enchaîné. Et si la direction de cette association milite pour les éoliennes, la base (dont je suis) est majoritairement contre...

    27.04 à 01h06 - Répondre - Alerter
  • Si l’on ne veut pas de nuisances liées à la production d’électricité, il faut commencer par en consommer le moins possible. Ensuite, il faut utiliser les moyens de production ayant le moins d’impact sur l’environnement et la santé. Certes, les éoliennes ne sont pas parfaites, mais que veulent les anti-éoliens ? du nucléaire, pardi, qui comme chacun sait, est bon pour la planète et pour notre santé, et qui nous permet de gaspiller l’énergie à fond.

    27.08 à 18h52 - Répondre - Alerter
  • Je suis sensible aux observations de la LPO qui préconise de prendre en compte la biodiversité, les parcours des oiseaux migrateurs, les chauve-souris, les zones sensibles... au moins 1 an avant tout projet d’implantation.

    Pourquoi ne pas se forcer au dialogue ? l’exemple de la tour de contrôle de Gibraltar qui stoppe les pâles à l’approche des oiseaux en est le témoin. Je suis sûre que techniquement on peut trouver des solutions ensembles si on n’est pas dans l’opposition à tout va.
    Je suis extrêmement sensible à la protection des animaux, à ne pas les blesser, ni les priver de leur mais quand je vois comment ils sont massacrés par les abattages d’arbres sous les lignes à haute tension, par le passage des trains, des autoroutes... par les installations industrielles en tout genre... Qui d’entre nous n’a pas heurté un oiseau, un petit animal, un insecte en roulant ?
    je me dis qu’il faut trouver des solutions parce que l’éolien est vraiment à mes yeux une source d’énergie locale possible qui permettrait d’éliminer nombre de concentrations énergétiques (pétrole, gaz, nucléaire...) toxiques et mortelles autant pour les animaux et la nature voire vis-à-vis de que pour nous humains.

    Quant aux nuisances autour de l’immobilier, j’avoue que je suis rassurée que les constats faits contre-balancent les critiques : moi qui habite en région parisienne près d’une gare de banlieue (trafic voyageurs, grande ligne, marchandises), devant le parking (diesel...) installé sous des lignes à haute-tension et entourée d’antennes relais... je trouve assez peu de gens pour se plaindre, se passer de portables, de wifi, choisir une voiture hybride, agir pour protéger l’habitat des hérissons, des abeilles... ! ! !

    Merci de ces éclaircissements : il faut qu’on arrive à se passer du nucléaire et du pétrole justement pour préserver la vie et ce qui reste de biodiversité.

    27.08 à 11h54 - Répondre - Alerter
  • « il y a très peu d’éléments permettant de conclure à un déclin des populations »
    C’est bien la le problème. Dès la mise en marche des machines les prédateurs apprennent très vite à venir quotidiennement se servir des petits cadavres tombés dans le périmètre. Il n’y a donc pas de traces. Mais ce n’est pas pour cela que le "crime" n’existe pas. Et dire que les éoliennes ne tuent pas plus que les immeubles ou les chats c’est quand même gonflé. Cela revient à dire dire : "Il y a déjà pire atteinte à l’environnement, pourquoi me gênerais-je à en rajouter ? " C’est un déni du cumul des impacts environnementaux. Comment pouvez-vous défendre cela ?.

    25.08 à 20h03 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité