publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > La Banque mondiale rêve d’un monde zéro carbone : voici sa méthode
COP21

La Banque mondiale rêve d’un monde zéro carbone : voici sa méthode

<-  Retour à l'article

Ce lundi, l’institution a publié un rapport plaidant pour un monde sans émissions nettes de gaz à effet de serre. Une prise de position inédite sur la question climatique. Explications de texte.

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Et arrêter l’élevage intensif ??? non ? jamais ???

    13.05 à 10h05 - Répondre - Alerter
  • La cavalerie arrive après la bataille...
    Histoire de ne pas perdre la face.. voire de redorer son blason ?
    Trop peu trop tard.
    Comment faire confiance au milieu financier ?
    Je leur ferai confiance le jour où ces gens afficheront et clameront haut et fort des valeurs humaines qu’ils veulent nourrir.
    Sinon... qui sait encore quel avilissement économique se cache derrière ces "mesures" ?
    Ils voient tout simplement qu’en s’accrochant au pétrole, le marché du solaire est en train de leur filer entre les mains. alors, ils se réajustent en désespoir de cause, histoire de mettre en place une électrification qui continuera de rendre les gens dépendant de sources de production massives.
    Tous les investissements déjà faits dans le solaire et l’humanitaire n’ont pas eu besoin de leur "consentement".
    Personne n’est contre la vertu. C’est plus difficile d’être vertueux.

    13.05 à 12h16 - Répondre - Alerter
  • Personne n’est contre la vertu. C’est plus difficile d’être vertueux.
    Qu’ils commencent par effacer les dettes injustement créées...
    Money used to talk. It’s time to humanity to get the talking stick now !

    13.05 à 12h27 - Répondre - Alerter
  • LE PRINCIPAL OBSTACLE

    En fait des tas de gens savent comment faire, soit parcequ’ils le font déjà chez eux en y mettant le prix, soit parce qu’ils extrapolent les résultats de nombreuses réalisations de terrain encore trop limitées.
    Mais il reste un opposant de taille : les mécanismes des accords internationaux mis en place pour la libéralisation du commerce empêchent la mise en oeuvre de programmes nationaux de transition énergétique. Voici comment :
    Les accords de libéralisation des activités des entreprises à potentiel multinational ont tous instaurés des mécanismes d’arbitrage pour les "protéger contre les protectionnismes" des états. A ce titre, des programmes de développement des renouvelables ont été bloqués en Chine, en Italie, en Grêce, en Inde, aux USA etc. par les plaintes déposées par d’autres états, avec l’argument que ces programmes reposaient sur du soutien au développement de leurs filières nationales d’efficacité énergétique ou d’énergies renouvelables, donc défavorisaient les entreprises extérieures sur ces marchés potentiels. (cf le livre de Naomi Klein "TOUT EST POSSIBLE" pages 86 et suivantes)

    C’est ainsi que, dans la lutte contre les GES, le droit commercial s’impose au dessus de tous les programmes nationaux faute d’un accord climat international.
    On est toujours dans la logique de concurrence, alors qu’en matière de climat on devrait être depuis longtemps dans une logique de coopération. Et le TAFTA (ou TTIP) ne fera qu’aggraver les choses en donnant directement aux entreprises le droit d’attaquer les états.
    Si le futur accord climat de Paris 2015 devait ne comporter qu’un article, ce devrait être le suivant : "le droit commercial ne s’applique pas aux programmes de lutte contre le dérèglement climatique, quelles que soient les échelles géographiques auxquelles ils sont mis en place."
    A partir de là de nombreuses initiatives, européennes en particulier, prendraient leur envol sur des bases saines. Dommage que la Banque Mondiale ne mette pas le doigt sur ce problème.

    13.05 à 15h32 - Répondre - Alerter
  • Et que dit-elle aux Américains qui viennent d’être autorisés à chercher du pétrole en Arctique ? A Monsanto qui pourrit la planète plus que quiconque, etc...De la com., encore de la com. Doit-on penser que la Banque mondiale ne finance rien de tout ça ? Il faut arrêter de nous prendre que pour des ....

    16.05 à 09h12 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité