publicité
Accueil du site > Actu > Ma ville > Vous vous lancez dans le poulailler urbain ? Voici le mode d’emploi
Ma ville

Vous vous lancez dans le poulailler urbain ? Voici le mode d’emploi

<-  Retour à l'article

Réductrices de déchets, créatrices de liens, productrices d’œufs et de compost : les cocottes ont beaucoup à apporter aux citadins. Reste à savoir comment s’en occuper. Voici quelques conseils.

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • jamais vu un tel ramassis de conneries
    les poules savent trier d’elles même ce qui est bon pour elles et ce qui ne l’est pas !
    si vous achetez des poules ce n’est pas a 20 jours qu’il faut l’acheter mais a 26 semaines quand elles sont prêtes à pondre .
    ensuite il ne faut jamais acheter une poule seule, elle va déprimer, il en faut au moins 2 !

    15.08 à 20h01 - Répondre - Alerter
  • bonjour
    les citadins seront ils cléments avec les bruits des poules lorsqu’elles auront pondu leurs œufs ?? , les dimanches matin ????
    quand on sait que des parisiens s’installant à la campagne ont déposé plainte pour des coqs chantant le levé de soleil ???

    je vous souhaite bonne chance , les poules sont gentilles mais bruyantes

    14.02 à 15h13 - Répondre - Alerter
  • Quel dommage de se priver du compost pour le potager. C’est le plus riche des composts et le meilleur pour booster les légumes. Il n’y a aucun risque à l’utiliser au potager, notamment en automne quand les légumes cèdent la place, et au pied des arbustes et arbres fruitiers. Les microorganismes pathogènes et parasites intestinaux, s’il y en avait, ne remontent pas le long des plantes pour contaminer les fruits ! Evidemment, il faut épandre le compost au sol après la récolte, surtout si on ramasse des fruits à terre. Et surtout, un compostage bien fait, aéré, remué, et suffisamment long (plus d’un an avec du fumier) détruit les germes pathogènes, tout le monde le sait et c’est démontré par des analyses de l’IRSTEA et bien d’autres organismes techniques. J’ai des poules depuis plus de 30 ans, parfois malades, ça arrive, et nous n’avons jamais rencontré le moindre pb en l’utilisant dans le potager. Idem avec le compost de toilettes sèches. C’est une pratique très courante en Chine comme en Europe depuis des milliers d’années et qui se poursuit encore.
    Pour en savoir plus, lire "Composts et paillis", édition Terre vivante. Tout est dedans.

    9.02 à 16h05 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité