publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Fessenheim met de l’eau dans le gaz entre Paris et Berlin
Énergie

Fessenheim met de l’eau dans le gaz entre Paris et Berlin

<-  Retour à l'article

Alors que François Hollande s’est fait on ne peut plus flou sur la question, la ministre allemande de l’Environnement a pris sa plume pour réclamer à son homologue française, Ségolène Royal, la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne.

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Quelle provocation ! Une démarche de ce type veut-elle dire que le Gouvernement allemand met en doute la position prise par l’Autorité de sûreté française ? Il a ici été dit et redit que la fermeture de Fessenheim était motivée par des choix de politique énergétique et pas par des questions de maîtrise des risques ! Si Mme Hendricks croit intelligent de s’exprimer ainsi, est-ce pour dire que EnBW, entreprise allemande s’il en est, renonce gratuitement à partir de maintenant à tout droit sur la production de Fessenheim ? Renonce à réclamer le moindre dédommagement pour l’arrêt de cette centrale ?
    S’il s’agit de rendre plus difficile toute prise de position en France, toute décision positive ou négative sur l’arrêt de Fessenheim, tout remplacement de ce dossier par un autre, quel est le but de cette dame ? A-t-elle réfléchi 2 secondes avant de signer cette lettre ?
    Il y a danger si ceci correspond au niveau d’intelligence et d’amitié du Gouvernement allemand actuel !

    28.01 à 07h01 - Répondre - Alerter
    • La lettre de Barbara Hendricks nous prouve qu’il y a des pays où un ministre sait prendre en considération l’intérêt majeur de la population : sa sécurité. Non, l’ASN n’est pas encore totalement indépendante (!). Le rapport établi par l’Öko-Institut au sujet de Fessenheim est sans appel : Fessenheim devrait être fermée !

      N’oublions pas non plus que 437 élus d’Alsace ont signé un appel solennel pour demander la fermeture immédiate de Fessenheim, que des motions ont été adoptées par 77 communes d’Alsace, par 67 communes du Bade Wurtemberg, par 43 communes suisses pour exiger cette fermeture.

      La vieille centrale de Fessenheim, construite sur une faille sismique, 8m56 sous le niveau des eaux du Grand Canal d’Alsace qui la longe et à peine 3 m au-dessus de la plus grande nappe phréatique d’Europe est DANGEREUSE, pour les populations et pour l’environnement, de part et d’autre du Rhin. La radioactivité ne s’arrête pas à la frontière ! Les Allemands sont donc concernés. D’ailleurs, ils sont co-financeurs, cela devrait aussi les autoriser à s’exprimer. A moins que vous ne souhaitiez laisser la parole qu’aux pro-nucléaires ???

      28.01 à 22h30 - Répondre - Alerter
    • Qui sont les vrais fous dans cette histoire ?
      Das ist die gute frage !!
      tchüss

      1er.02 à 00h00 - Répondre - Alerter
  • Pas d’accord ! pour moi il ne s’agit pas de provocation, mais d’une réaction de bon sens... C’est Mme ROYAL qui semble agir avec une cervelle de moineau ! Il est sûr qu’il y aurait moins de retraites à financer si cette fichue centrale se mettait à faire comme celle de TCHERNOBIL !

    28.01 à 10h50 - Répondre - Alerter
    • Je suis d’accord, mais j’ajouterai autre chose.
      Au niveau économique, le nucléaire est une catastrophe.
      Simplement, car le coût du nucléaire est caché : on fait la sécurisation au minimum pour éviter que ça coûte cher, la gestion de déchets n’est pas prise en compte dans le prix, tout comme le coût du démantèlement (estimé quasi aussi cher que le coût de construction)
      Prenez le fait que le nucléaire est une ressource limité et dépendante du pétrole.

      Ajoutez que les financements sont limités : soit on finance le nucléaire, soit on finance la transition (isolation des bâtiments, ...)

      On arrive au final à une situation où le nucléaire est soutenu par l’état.
      Alors qu’une partie de la population voudrait une autre solution (en particulier si tout les coûts et contraintes étaient clairement expliqué), que nos voisins abandonnent le nucléaire, et que les catastrophes se multiplient.

      En prime la fermeture de Fessenheim était une promesse électorale de notre président.
      Donc vu que l’avis de son peuple, il s’en fout, si le gouvernement voisin pouvait lui rappeler un peu ses promesses, que lui reprocher ?

      28.01 à 11h55 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité