publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Le prix du pétrole dégringole : faut-il s’en réjouir ?
L’économie expliquée à mon père

Le prix du pétrole dégringole : faut-il s’en réjouir ?

<-  Retour à l'article

Avec le plongeon des cours, le monde du brut doit renoncer à ses projets les plus coûteux… qui sont aussi les plus polluants. Revers de la médaille : puisque la ressource ne coûte rien, personne n’a envie de s’en priver.

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • si les pays producteur entrent en crise , cela veut dire que des milliers de projets vont s’arrêter
    surtout dans les pays du Golf égale fermeture des entreprises européenne , donc chômage , diminution des importations , de l’Europe vers ces pays riche , qui ne seront plus riche , diminution de la production , égale licenciement des travailleurs , donc augmentation du chômage ,les pays producteur devient pauvre , les terroriste commencent a chassés dans l’eau trouble , recrutent les pauvre , donc augmentation de la violence ......etc..........

    27.01 à 16h19 - Répondre - Alerter
  • le bon côté, c’est que le gaz de schiste n’est plus rentable donc son exploitation stoppée.

    un des mauvais côté, c’est qu’un pétrole bas fait qu’on le gaspille encore plus et qu’on pollue encore plus ! par chez moi, un viticulteur se vante d’être le seul du coin à chauffer ses vignes quand il gèle. 25 000 litres de fuel par an !! j’ai cru que j’avais mal compris, mais pour chauffer plus de 15 hectares, c’est bien cela. J’aime boire du vin, mais franchement, c’est pas une production vitale, si une année on perd un peu de production, c’est pas la fin du monde, mais à force de polluer et de s’entretuer, ça va vraiment être la fin du monde....

    6.02 à 16h58 - Répondre - Alerter
  • Si nous n’avions pas un gouvernement ultra libéral, il aurait compensé la baisse par des taxes qui auraient permis de renflouer les caisses de l’état et d’améliorer les services publiques.
    Mais non, c’est le laisser faire qui l’emporte, la passivité face au jeu géopolitique mondiale.
    De plus cela incite aux gaspillages, et se terminera à court terme (2016/2017 ?) par une crise encore plus forte que celle de la fin des années 2000.
    On peut réussir sa vie sans être président de la République, on peut aussi la rater complètement en étant celui qui amènera le Fascisme au pouvoir !

    3.04 à 21h13 - Répondre - Alerter
  • Ca n’est pas les quelques 4x4 de plus qui vont changer beaucoup à la morosité de la demande internationale : Si l’appétit des grosses voitures avait une conséquence sur la demande en pétrole, alors les prix remonteraient.
    Tant mieux si ---comme dit ci-dessus--- l’état avait saisi cette opportunité pour financer le développement de nouvelles voies énergétiques par les taxes sur les carburants.
    Personnellement, chômage oblige, j’ai troqué ma voiture pour un vélo. Je mesure autrement les effets de la crise que par l’opportunité de gaver un 4x4 d’un gasoil bon marché

    12.11 à 13h07 - Répondre - Alerter
  • Les quantités de pétrole à répartir dans les pays producteurs se font en fonction des ressources potentielles de chaque pays. Le problème c’est que la détermination des ressources potentielles c’est chaque pays qui la fait, d’où une triche généralisée. A ce train là, il n’y aura plus de pétrole dans un avenir proche. Alors tant mieux ? Ce dont on aura le plus de mal à se passer ce n’est pas le carburant mais de tous les dérivés du pétrole.

    17.01 à 10h15 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité