publicité
Accueil du site > Actu > Nature > « Un arbre sait s’il est de la même espèce que son voisin ou non (...)
Nature

« Un arbre sait s’il est de la même espèce que son voisin ou non »

<-  Retour à l'article

On les pense immobiles, silencieux, presque inertes. Tout faux. Les arbres sont loin d’avoir révélé tous leurs secrets. Entretien passionnant avec le biologiste Francis Hallé, à l’origine du film de Luc Jacquet, « Il était une forêt ».

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Article intéressant et passionnant

    merci Monsieur francis Hallé...

    je vais regarder les arbres autrement, et les plantes , les fleurs aussi ..

    avec aussi bcp d amour, ils sont comme nous les humains..

    "" l’homme regarde la fleur, la fleur sourit ..""

    22.01 à 15h39 - Répondre - Alerter
  • "L’arbre est l’entité la plus humble au monde il offre son ombre a ceux qui viennent l’abattre"
    Lord Buddha

    27.12 à 23h18 - Répondre - Alerter
  • Supplique de l’arbre

    Homme

    Je suis la chaleur de ton foyer par les froides nuits d’hiver ; l’ombrage ami, lorsque brûle le soleil d’été.
    Je suis la charpente de ta maison, la planche de ta table.
    Je suis le lit dans lequel tu dors, et le bois dont tu fis tes navires.
    Je suis le manche de ta houe, et la porte de ton enclos.
    Je suis le bois de ton berceau, et aussi de ton cercueil. Ecoute ma prière, veux-tu ?

    Homme

    Laisse moi vivre pour tempérer les climats et favoriser l’éclosion des fleurs.
    Laisse-moi vivre pour arrêter les typhons et empêcher les vents de sable.
    Laisse moi vivre pour calmer ces vents, les nuages et apporter la pluie qui véhicule

    la Vie du monde

    Laisse-moi vivre pour empêcher les catastrophiques inondations qui tuent.
    Je suis la source de tous les fleuves, je suis la source des ruisseaux.
    Je suis la vraie richesse de l’Etat, je contribue aussi à la prospérité du plus petit village.
    J’embellis ton pays par la verdure de mon manteau.

    Homme

    Ecoute ma prière !

    Ne me détruit pas !

    texte ancien d’un sage indochinois

    12.07 à 09h47 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité