publicité
Accueil du site > Actu > Reportages > La possibilité d’une mine... dans le Maine-et-Loire
Reportages

La possibilité d’une mine... dans le Maine-et-Loire

<-  Retour à l'article

Titulaire d’un permis minier sur une trentaine de communes entre Nantes et Angers, la société Variscan mène des recherches depuis l’été 2014. Une exploration qu’habitants et élus voient plutôt d’un bon œil… pour l’instant.

6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • « L’exploitation, on l’envisage pour informer les gens, confirme Jérôme Gouin. Mais pour le moment, on n’en a pas la compétence. Et ce n’est pas notre responsabilité. »

    Tout est dit….

    et nous irions leur confier la terre où et dont nous vivons ?????
    personnellement je me sens responsable de la terre, de l’eau, de l’air vis à vis de nos enfants,

    ps : Je vis en Creuse où c’est COMINOR une autre junior comme VARISCAN qui s’intéresse à prospecter notre terre (http://minesencreuse.fr)

    2.02 à 12h49 - Répondre - Alerter
    • re,
      j’oubliais, je suis choqué par la photo quasi bucolique choisie pour illustrer VARISCAN…..l’exploitation minière, et c’est de cela qu’il s’agit in fine est une réalité terriblement différente

      2.02 à 12h52 - Répondre - Alerter
    • Par contre, si les métaux qui servent à construire vos appareils numériques, qui vous servent à écrire ce "message", ne viennent pas de chez vous, alors plus de problèmes. Le sol, l’eau, l’air en Afrique, Asie ou Amérique ne sont bien sur pas aussi important que les "vôtres"... ? Réfléchissez un peu avant d’écrire des âneries.

      10.02 à 20h03 - Répondre - Alerter
      • C’est vous qui dites des " âneries " monsieur.
        Aujourd’hui ces prospections servent d’abord le monde spéculatif, la fabrication de nos ordinateurs n’est pas la priorité. Devons nous continuer a extraire tout ce qui se trouve dans nos sous sol coûte que coûte ? Ces métaux ne sont pas renouvelables, alors que ce soit en Chine ou en Bretagne, on fait quoi après ? Si on continue à cette vitesse, certains estiment les réserves mondiales de zinc encore dans le sous sol, à seulement 17 ans, il est peut-être temps de commencer à envisager les choses différemment, et de mettre sur la table le concept d’économie circulaire ?

        13.03 à 11h54 - Répondre - Alerter
      • Vous avez tout à fait raison, vous auriez pu ajouter les métaux qui servent à construire les éoliennes, les panneaux solaires, les câbles électriques qui permettent à tout le monde ou presque en France d’avoir de l’électricité, à construire les appareils dans les hôpitaux pour soigner les gens, le pétrole qui sert à faire nos routes, etc. etc. Le recyclage actuellement, même s’il est indispensable, n’est pas suffisant pour compenser la demande en métaux, on est donc d’une certaine façon obligé de produire un complément grâce aux mines. Pour que les choses s’arrangent, il faudrait que les gens changent leur mode de consommation, mais en sont-ils prêts ? Car les méthodes d’exploitation, elles, changent et sont plus respectueuses de l’environnement que dans le passé où l’environnement n’était pas à l’ordre du jour. Maintenant on n’exploite plus une mine comme au 18ème ou au 19ème siècle, il faut arrêter de croire toutes ces balivernes. Et les chiffres concernant les réserves de zinc ou autres substances, varient constamment en fonction de l’économie, des découvertes, etc. Il ne faut pas prendre un chiffre au pied de la lettre sans le comprendre et savoir comment il est calculé, c’est très facile de leur faire dire n’importe quoi de cette manière :-)

        7.08 à 13h17 - Répondre - Alerter
    • Bonjour Monsieur, Je dirais plutôt que tout est écrit... Vous savez très bien que les journalistes retranscrivent ce qu’ils comprennent, et pour les moins scrupuleux ce qu’ils voudraient qu’on dise et qui les arrange. Si j’ai dit "Et ce n’est pas notre notre responsabilité", ce qui est sûrement vrai je ne me souviens pas depuis le temps, ce morceau de phrase est sorti de son contexte car il y avait une autre question en complément de celle posée sur l’exploitation. Je confirme qu’on n’a pas la compétence pour exploiter une éventuelle mine actuellement, mais s’il devait y avoir une exploitation à la suite de nos recherches nous essayerons de rester dans la boucle. Je me sens tout aussi responsable de l’environnement que vous, quand nous faisons nos prospections nous ramassons d’ailleurs tous les détritus (sacs plastiques, bouteilles en verre, canettes métalliques, piles, etc.) jetés par les nombreux amoureux de la Nature et que nous trouvons sur les bords de route, les parkings, dans les chemins, dans les rivières, etc. où nous passons ; nous participons à l’inventaire des espèces animales et végétales sur les terrains où nous faisons nos recherches, et nous donnons les données recueillies au CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) Loire-Anjou ; tous les travaux que nous réalisons sont soumis à études d’impact environnemental et de danger, vérifiées et approuvées ou soumises à corrections par la DREAL, avant autorisation délivrée par la Préfecture concernée si les documents sont conformes au code minier et au code de l’environnement ; nous exposons chaque année nos travaux aux personnes qui gèrent le SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) et le SMIB (Syndicat MIxte des Bassins) Evre/Thau/Saint-Denis ; nous réalisons des notes d’informations régulièrement (tous les 6 mois) qui sont diffusées dans les bulletins de communautés de communes pour informer les gens de l’avancée de nos travaux, des réunions d’informations publiques, des réunions d’informations avant les travaux pour les riverains concernés, etc., etc.

      7.08 à 13h05 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité