publicité
Accueil du site > Actu > Société > « J’ai pleuré et pleuré. On avait laissé la mort derrière nous »
Société

« J’ai pleuré et pleuré. On avait laissé la mort derrière nous »

<-  Retour à l'article

Nasreen et ses enfants ont quitté la Syrie pour le Liban, puis l’Egypte et enfin la Sicile, en Italie.

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je crois qu’il est temps d’abolir l’argent.
    Ça permettra d’abolir du même coup la construction et la vente des armes, le trafic des vivants, de la drogue, de transformer des animaux ou des plantes en objets de rente, des êtres humains en esclave, ça devrait dans mon imagination supprimer cette idéologie qui consiste à croire que ce n’est que l’intérêt qui nous guide et que l’argent est ce qui apporte la liberté. Nous ne sommes pas de bons sauvages mais croire que seul l’intérêt nous guide est mépris et honte pour nous.
    Nasreen pleure de joie et moi de tristesse de comprendre que les institutions (qui a mes yeux sont des outils juridiques) n’ont aucune conscience de ce qu’ils nous imposent. J’étais naïve, je croyais que c’était l’être humain qui commandaient les outils ! je me rends compte que les outils nous dépassent et nous asservissent. L’argent est un outil au même titre que les Etats-nations. Sans argent, ces états ne pourraient imposer leur vision de l’économie qui d’ailleurs n’est pas un économie mais le pillage des ressources et le gaspillage des vivants.

    19.04 à 18h13 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité