publicité
Accueil du site > Actu > Politique > Pourquoi Bruxelles n’a pas interdit la pêche en eaux profondes
Politique

Pourquoi Bruxelles n’a pas interdit la pêche en eaux profondes

<-  Retour à l'article

Cette méthode de pêche ne sera pas interdite. Le vote des députés européens le 10 décembre l’a confirmé. Mais qui a bloqué ? Et pourquoi ? Décryptage.

15 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour que pensez-vous de l’eau de zamzam ?

    29.02 à 21h46 - Répondre - Alerter
  • Ce que je comprends de l’article c’est que la problématique n’était pas de voter pour ou contre l’interdiction de pêche en eaux profondes, mais de voter pour ou contre un compris visant cette pêche.
    Le risque de voter contre le compromis signifiait qu’on restait au statut quo actuel, c’est à dire quasiment pas de contrôles.
    Donc d’après ce que je comprends il est peut être aussi bien que ce compromis passe, pour pouvoir avancer d’une case en attendant la suivante qui serait l’interdiction pure et simple.

    28.12 à 17h58 - Répondre - Alerter
  • Une pêche artisanale et respectueuse multiplie beaucoup plus les emplois sur mer et sur terre, alors que l’industrielle tue toutes les ressources naturelles des autochtones des pays respectifs, et les déportent les bidonvilles où ils ont perdu leur autonomie alimentaire.
    D’ailleurs, 1/4 de la production mondiale alimentaire jeté par an, ça vous parle mieux ?
    Les industries de pêche n’existent que grâce aux diktats des compagnies pétrolières, enquêtez SVP, et prouvez moi le contraire.

    Et là, je n’évoque même pas les fonds marins détruits par l’industrie du bâtiment...
    Et ça ose se prétendre civilisé(e)s !

    17.12 à 07h26 - Répondre - Alerter
  • Kripton Arsenis

    Un fan de Superman à la rédaction de Terra Eco ?

    14.12 à 21h11 - Répondre - Alerter
  • Sous le fallacieux prétexte d’éventuelles pertes d’emploi... comme s’il n’était pas possible de reconvertir ces pêcheurs vers d’autres modes de pêche plus respectueuses du milieu marin.
    Ah mais ces méthodes de pêche vont nécessiter une main d’oeuvre plus abondante (ce qui serait positif), donc plus coûteuse pour Interm...é et autres armateurs...

    14.12 à 09h13 - Répondre - Alerter
  • Autre point...

    Vous indiquez que les eurodéputés PS (Français et Espagnols) sont des rebelles dans leur propre parti politique...

    En fait, cette opposition dans le même parti correspond à la fracture qui existe dans l’UE. Une fracture entre les pays Producteurs (Pêche et aquaculture) et les pays Transformateurs (Industrie halio-alimentaire)

    Par exemple :

    Allemagne, Hollande et Danemark sont des pays plus transformateurs que producteurs (Emplois et CA)

    France et Espagne sont plus producteurs que Transformateurs (en emplois)

    Vous aurez les explications avec carte à l’appui dans cet article

    http://aquaculture-aquablog.blogspo...

    Aussi les attaques contre les eurodéputés bretons qui ont donné des consignes de vote aux membres français de leur parti politique, ne tiennent pas compte de cette réalité économique... Ces élus ne sont pas des "vendus" à la pêche industrielle, ils défendent une activité économique essentielle dans certaines régions périphériques sachant que la pêche est de plus en plus encadrée... (voir autre commentaire)

    Et applaudir les élus PS allemands qui ont voté pour l’interdiction de la pêche profonde... C’est les verdir à bon compte car ils n’ont aucun intérêt pour cette pêche... Au contraire, leur pays (Allemagne, Danemark et Hollande) pourront toujours importer plus de poisson pour la prospérité de leurs industries de la transformation... Et même importer des espèces d’eaux profondes labellisées MSC...

    13.12 à 20h38 - Répondre - Alerter
    • Peu importe les intérêts de chacun. L’intérêt général est clair : ce mode de pêche est destructeur et doit être interdit. Les pays qui l’exploitent doivent envisager une reconversion au lieu de s’accrocher a un mode de pêche non durable, et ce le plus vite possible. Il est certes plus facile de se désengager d’une mauvaise pratique quand on n’en subit pas les désagréments. Ces questions ont pu être abordées dans les débats, mais cela ne change aucunement la problématique de départ.

      16.12 à 09h29 - Répondre - Alerter
      • Si je vous comprends bien il faut mettre en place un moratoire sur les grands fonds au niveau mondial...

        Sous le slogan : "Touche pas à mes grands fonds !.."

        Pensez-vous que l’industrie minière et pétrolière qui commence à exploiter ces grands fonds, va se plier
        à ce moratoire ?

        16.12 à 10h03 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Pourquoi faire peur à vos lecteurs ?

    Alors que la ressource en poisson s’améliore en Atlantique Nord-Est...

    Le Ciem qui regroupe les experts halieutiques de cette zone de pêche, est plus optimiste que tous ces prédicateurs qui annoncent la fin des poissons dans les Océans en 2048...

    Lisez (mais vous allez dire que c’est le lobby de la pêche industrielle qui pousse les spécialistes et chercheurs dans son sens...) :

    http://www.lemarin.fr/articles/deta...

    Les stocks de poisson de l’Atlantique nord-est sont revenus au niveau des années 1970

    Sinon, cette campagne contre la pêche profonde pose question ?

    Pourquoi interdire la pêche profonde dans l’Atlantique Nord-Est, alors que l’Europe importe des quantités très importantes d’espèces d’eaux profondes de l’hémisphère Sud (Pacifique et Atlantique) ? Des espèces profondes comme le Hoki de Nouvelle-Zélande et le merlu du Cap qui sont par ailleurs écolabellisées Pêche durable par le Marine Stewardship Council (MSC), organisation de certification créée par le WWF

    http://aquaculture-aquablog.blogspo...

    Cordialement

    Philippe Favrelière

    13.12 à 20h10 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Pourquoi faire peur à vos lecteurs ?

    Alors que la ressource en poisson s’améliore en Atlantique Nord-Est...

    Le Ciem qui regroupe les experts halieutiques de cette zone de pêche, est plus optimiste que tous ces prédicateurs qui annoncent la fin des poissons dans les Océans en 2048...

    Lisez (mais vous allez dire que c’est le lobby de la pêche industriel qui pousse les spécialistes et chercheurs dans leur sens...) :

    http://www.lemarin.fr/articles/deta...

    Les stocks de poisson de l’Atlantique nord-est sont revenus au niveau des années 1970

    Sinon, cette campagne contre la pêche profonde pose question ?

    Pourquoi interdire la pêche profonde dans l’Atlantique Nord-Est, alors que l’Europe importe des quantités très importantes d’espèces d’eaux profondes de l’hémisphère Sud (Pacifique et Atlantique) ? Des espèces profondes comme le Hoki de Nouvelle-Zélande et le merlu du Cap qui sont par ailleurs écolabellisées Pêche durable par le Marine Stewardship Council (MSC), organisation de certification créée par le WWF

    http://aquaculture-aquablog.blogspo...

    Cordialement

    Philippe Favrelière

    13.12 à 20h02 - Répondre - Alerter
  • Bien bien, mais quand ils auront tout pêché ces 758 navires... Que feront-ils ? Il serait temps d’agir en êtres responsables, non ?
    Car ce ne sera pas 758 navires et ses pêcheurs qui seront dans la m..., mais tout le monde ! nous ne pourrons plus manger de poisson, puisqu’ils ne leur auront laissé aucune chance de vivre et se reproduire.
    J’ai honte de faire partie de l’espèce humaine !

    13.12 à 18h48 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité