publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Climat : Copenhague et Varsovie n’ont servi à rien, voici une (...)
Opinion

Climat : Copenhague et Varsovie n’ont servi à rien, voici une solution

<-  Retour à l'article

Sortons de l’impasse des objectifs de quotas inaccordables entre les pays en mettant un prix sur la pollution. C’est la solution préconisée par Jean Sireyjol, président de l’association citoyenne Taca.

6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Louis Possoz : Taxes ou quotas ?

    Taxer, c’est seulement transférer de l’argent d’une poche à une autre. Cela ne fait pas nécessairement diminuer le PIB (sauf si cette taxe en vient à perturber sérieusement la vie économique). Or il n’y a pas de diminution de la consommation globale d’énergie ou de pétrole sans diminution globale du PIB. C’est ce que nous enseignent aussi bien la physique que l’histoire. Par conséquent, une taxation ne devrait pas induire de diminution des émissions dans un contexte de croissance économique volontariste. Ce lien entre économie et énergie n’est peut-être pas a priori intuitif, il est cependant logique et régulièrement mis en évidence dans la littérature scientifique.

    Par contre, intervenir directement à la source (le puits, la mine) est certainement une excellente idée. Il est plus logique d’essayer d’empêcher le charbon ou pétrole de sortir de terre que d’empêcher le CO2 de sortir de la cheminée ou du pot d’échappement. La proposition de Taca pourrait ainsi être transformée en "une distribution d’une part égale de combustibles fossiles à chaque être humain" en calculant cette part de manière à remplir les objectifs d’émissions de CO2. Après, chacun pourra en faire ce qu’il souhaite.

    10.12 à 09h01 - Répondre - Alerter
  • La taxe carbone pourrait aussi couvrir les coûts de la pollution CO2, du captage de carbone ou de synthèse de pétrole artificiel à partir du carbone de l’air.
    Le prix de tout produit devrait d’ailleurs inclure le prix du nettoyage de la pollution occasionnée par sa fabrication, usage, et dégradation, les objets en bois et la nourriture locale et bio (soit tout ce qui nous fait vraiment plaisir) deviendraient alors bien moins chers.

    11.12 à 09h43 - Répondre - Alerter
  • La taxe carbone pourrait aussi couvrir les coûts de la pollution CO2, du captage de carbone ou de synthèse de pétrole artificiel à partir du carbone de l’air, avec une allocation transport pour les plus pauvres.
    Le prix de tout produit ou matière première devrait d’ailleurs inclure le prix du nettoyage de la pollution occasionnée par sa fabrication, usage, et dégradation, les objets en bois et la nourriture locale et bio (soit tout ce qui nous fait vraiment plaisir) deviendraient alors bien moins chers.

    11.12 à 10h09 - Répondre - Alerter
  • Bravo à Jean Sireyjol pour ce concept, reste à le mettre en oeuvre...
    Quel groupe à repris cette idée pour les Européennes ?

    25.05 à 20h00 - Répondre - Alerter
  • isabelle9351 : Remerciements

    Pour comprendre pourquoi cette science est si importante et pourquoi j’ai pensé qu’il était temps pour moi d’écrire ce livre, on peut encore une fois, et très simplement, faire appel au bon sens. Réduire le risque d’autres cancers comme les cancers de la sphère orale, de l’oesophage, de l’estomac et du poumon les produits dérivés de la tomate fraîche sont souvent plus riches en lycopène que la tomate elle-même30 cela est à l’amélioration de l’absorption de ce phytocomposé lorsqu’il est préparé en pâte 4 fois plus ou en jus, en sauce ou en ketchup. Mais, heureusement, ces contaminations varient d’une espèce de poisson à l’autre, d’une région de provenance à l’autre" et il suffit de faire le bon choix, d’avoir les bons réflexes pour éviter d’être contaminé ou de contaminer ses enfants. Site de l’école : mutuelle santé montpellier. Lorsque l’on analyse toutes les études qui ont cherché à mettre en évidence un bénéfice de la consommation importante de poisson vis-à-vis de certains cancers, tout au plus certaines d’entre elles nous ont-elles suggéré que cette consommation pourrait réduire de 3 ou 4 % le risque d’un cancer, celui du côlon4 autant dire, pour ce qui est de l’effet bénéfique, rien que de très négligeable ! Mais, de mon point de vue, la question qui est posée aujourd’hui est bien plutôt l’inverse : n’y a-t-il pas un risque à consommer davantage de poisson comme nous avons tendance à le faire ? Voilà en partie d’où vient la réponse.

    5.08 à 09h43 - Répondre - Alerter
  • Le membre sexuel est le symbole extrême de masculinité.contenter sa copine en la permettant d’ d’arriver au pinacle de l’orgasme est une chose vraiment voulue par un individu muni d’un pénis de taille modeste. Agrandir penis

    24.05 à 00h34 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité