publicité
Accueil du site > Actu > Le marketing expliqué à ma mère > Fauchée, la LGV Lyon-Turin se paie la presse
Le marketing expliqué à ma mère

Fauchée, la LGV Lyon-Turin se paie la presse

<-  Retour à l'article

La semaine passée, alors qu’un rapport préconisait le report, après 2030, d’une partie des constructions de la LGV, une grande opération de communication sur le projet s’affichait dans la presse. A quel prix ?

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • La base documentaire des opposants qui compile tout les documents sur le projet : lyonturin.eu

    5.07 à 19h01 - Répondre - Alerter
  • Je trouve dommage que d’un côté on se lamente du tout camions et de l’autre on torpille les projets ferroviaires...
    Pour ma part, je trouve souhaitable que tous les projets qui auront pour effet la diminution du trafic routier soient placés en priorité haute.
    Il est temps aussi que les différents courants écologistes se mettent d’accord : on a le même problème à Paris avec la petite ceinture qui pourrait servir de lien d’acheminement rapide de passagers et de frêt à Paris, mais il y a la guerre entre ceux qui voudraient mois de routier et plus de ferroviaire, pour diminuer la pollution atmosphérique et les accidents (les accidents mortels de cyclistes en ville sont majoritairement dus à des poids lourds) et ceux qui veulent laisser les terrains en jachère pour la biodiversité... et faire une coulée verte. conclusion, la guerre des écologistes a tué la Petite Ceinture, et plus on attendra avant de réagir, moins il y aura de chance qu’elle réouvre. Le problème vient aussi des faux écologistes qui sont des riverains à tendance "NIMBY" des riverains qui tirent la couverture écologiste à eux juste par opportunisme et pour faire taire toute discussion simplement parce que les grands projets c’est toujours mieux quand c’est chez le voisin.

    8.07 à 11h46 - Répondre - Alerter
  • Je rejoins Éric. Si on pouvait arrêter de faire tout et son contraire au sein des mouvements écolos, on serait un peu plus crédibles.
    On veut moins de pollution et on empêche le transports ferroviaires... franchement, c’est pas un peu paradoxal ?!

    9.07 à 11h51 - Répondre - Alerter
  • bonjour, je ne suis pas vraiment d ’accord. La communication bien "citoyenne et blablabla" autour des gaz a effet de serre n ’est pas une raison pour mettre en place des projets greenwashée qui détruisent des territoires au profit de grande entreprises ou de buisenessman. Bien sur que l’ on veut diminuer les pollutions, mais par la sobriété et non pas par la croissance verte qui creuse les inégalités. les écolos ( je parle d’humains ethique pas seulement des partis) s’interrogent pour construire des territoires justes et équilibrés, ce n’est surtout pas le multinationales qui nous apprendrons a le faire.

    Je pense que le curseur entre pollution, impact écologique ( biosphère, géologie, socio-écosytèmes) et économies des territoires doit nous amener a refuser ce projet TAV. les zones a défendre sont partout, leur discours prémachés et simplistes sur la pollution ne nous calmera pas !

    9.07 à 12h55 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité