publicité
Accueil du site > Actu > Reportages > Le cimetière du Père Lachaise, un refuge de biodiversité au cœur de (...)
Reportages

Le cimetière du Père Lachaise, un refuge de biodiversité au cœur de Paris

<-  Retour à l'article

5 300 arbres, jusqu’à 80 espèces d’oiseaux. Le cimetière du Père Lachaise, le plus grand espace vert de Paris accueille entre ses murs une grande richesse de biodiversité. Découverte de ce jardin insolite à travers des visites éducatives.

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,
    Votre article est très intéressant pour mieux faire connaître ce trésor de biodiversité qu’est le Père-Lachaise.
    Cependant, je me serais attendue que, venant d’une revue sur la Nature et L’Ecologie, cet article se penche davantage sur les inestimables services écologiques que rendent les corvidés dans leur écosystème, et pas seulement sur leur côté "lugubre". Bien que le Père-Lachaise soit un lieu plein de poésie, consacré aux Défunts, il serait plus profitable pour ses lecteurs que TerreEco s’attarde sur le rôle UTILE des corvidés, et pas seulement sur leur noirceur de leur plumage et leurs craillements rauques (on en a déjà tellemement parlé, et ce, souvent pour les dénigrer !). Après tout, un article ayant pour sujet la biodiversité, sujet scientifique, aurait mieux à faire que d’évoquer des superstitions éculées, pour leur préférer une rigueur scientifique, qui nous sorte de notre ahurissante ignorance de ce que sont véritablement ces étonnants animaux que sont les Corneilles Noires (c’est le vrai nom des corvidés fréquentant le Père-Lachaise).
    A LIRE DE TOUTE URGENCE : Corbeaux et Corneilles, Gérard Olioso, Nouvelles éD 2015, Delachaux et Niestlé ;

    25.07 à 08h59 - Répondre - Alerter
  • Il y a de cela a peu près 3 mois, les dites Corneilles Noires, qui venaient quémander de la nourriture, se perchant sur la muret du Père-Lachaise face aux fenêtre de l’immeuble où je niche (côté entrée du cimetière rue de la Réunion), ont disparu. Mais cela d’un jour à l’autre. Plus une seule corneille n’est venue pointer son bec.
    2/3 jour auparavant il y avait eu un grand charivari de croassements de centaines de corneilles.
    Vous avez un explication ?

    23.05 à 18h55 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité