publicité
Accueil du site > Actu > Société > « Le présentéisme coûte cher, davantage que l’absentéisme »
Société

« Le présentéisme coûte cher, davantage que l’absentéisme »

<-  Retour à l'article

Thierry Rousseau, sociologue du travail et des organisations, déconstruit l’image de salariés français accros aux arrêts maladies. Ils tardent au contraire à se mettre en arrêt et, au final, tout le monde est perdant.

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Combien de jours de carence, donc non payés, les élus, qui nous votent ces loi, ont-ils quand les hémicycles sont vides ????

    Quels sont les pbs de santé pour les élus au delà de 60 ans ainsi que le montant de leur pension de retraite ?
    Quels sont les Pbs des soignants et autres fonctionnaires, policiers, enseignants,..., à partir de 60 ans et les répercutions sur les personnes, des humains ? quels sont les montant de leur pension de retraite ?

    Jour de carence fonction hospitalière : quelles seront les pertes collatérales pour les patients avec des personnels épuisés ? Sans compter le manque de personnel...

    et l’on cherche à faire des économies...

    25.02 à 10h03 - Répondre - Alerter
  • Je suis un peu déçu quant au contenu de l’article par rapport à ce que laissait présager son titre : "le présentéisme coûte cher, davantage que l’absentéisme".

    En effet, je suis enseignant et assez choqué par le nombre de collègues qui viennent au travail malades, contagieux, grippés par exemple et arrosent ainsi généreusement des classes entières, et probablement les familles ensuite. Ce comportement est antérieur à l’instauration de la journée de carence (qui n’a pu qu’accentuer cette tendance).

    Je me demande donc (et j’aimerais une étude, ou un résumé dans un article d’une telle étude) quel est le coût estimé de ces "présences abusives", en tenant compte des absences qu’elles engendrent ensuite, des coûts en médicaments, vaccins, consultations médicales et autres qui auraient pu être évités par une simple mesure de prophylaxie : l’arrêt maladie.

    Le summum de l’absurde avait été atteint lors de l’épisode de la grippe H1N1 où l’on pouvait observer le même présentéisme pendant qu’on commandait des vaccins à ne plus savoir qu’en faire !

    26.02 à 22h13 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité