publicité
Accueil du site > Actu > Société > « Nous ne déserterons ni Notre-Dame-des-Landes, ni le terrain politique (...)
Société

« Nous ne déserterons ni Notre-Dame-des-Landes, ni le terrain politique »

<-  Retour à l'article

L’Etat est bel et bien déterminé à poursuivre le chantier de l’aéroport. La preuve ? Il a évacué fissa ce mardi la zone occupée par des manifestants. Mais les opposants gardent espoir, souligne Françoise Verchère, conseillère générale de Loire-Atlantique.

8 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • N’habitant pas non plus sur place, je pourrais ne pas me sentir concerné par ce projet. En revanche, pour m’être intéressé récemment au sujet, il faut reconnaitre que les arguments "contre" l’emportent largement sur les arguments "pour" : destruction d’un écosystème humide pour le remplacer par du béton, destruction d’une région hautement laitière grâce à la qualité de l’herbe, destruction d’une zone créant localement de la nourriture (logique locavore), destruction d’une zone où des jeunes vivaient en autonomie en cultivant leur terre, pas de saturation prévue du traffic de l’aéroport actuel, l’aéroport actuel fonctionne bien (commerces, traffic, liaison avec l’usine Airbus voisine), certains analystes en économie du transport aérien ne sont pas favorables au nombre important d’aéroports français (140 contre une vingtaine en Allemagne par exemple), etc. etc. etc. Et sur les quelques points où ça aurait pu être intéressant (survol de Nantes, bruit, saturation possible de l’aérogare actuel), il y a moyen d’améliorer l’aéroport actuel (donc générer quelques emplois en construction).

    De plus, sur la forme, il est quand même allucinant de voir les conditions dans lesquelles ce dossier est traité : absolue non-prise en compte des remarques des citoyens lors du débat public et de l’enquête publique, refus absolu de dialogue avec les citoyens doutant de la pertinence de l’aéroport, éviction de la contre-expertise sans aucune remarque sur le fond comme le dit Françoise Verchère, dispositif quasi-militaire déployé lors des enquêtes publiques et en ce mois d’octobre 2012, silence total des médias de masse (ou qui ne parlent que des méchants squatteurs ; à leur décharge il faut reconnaitre qu’un reportage sur le fond n’est plus du prêt-à-penser), la promesse de ne pas exproprier les gens avant que les recours juridiques ne soient terminés (acquise lors d’une grève de la fin de 28 jours…) semble être aujourd’hui quasiment remise en question (ou du moins les autorités sont tellement opaques sur leurs intentions qu’on ne peut que le supposer d’après les événements récents), etc. etc. etc.

    La plupart des arguments évoqués ci-dessus sont disponibles sur le site de l’Acipa http://acipa.free.fr ou vus sur des interviews et vidéos sur Dailymotion http://www.dailymotion.com/video/xn...

    Bref, si ça c’est une discussion démocratique, je n’ose pas imaginer ce que serait une dictature. Et c’est en partie pourquoi je me sens concerné par ce projet.

    21.10 à 19h11 - Répondre - Alerter
  • Tout le monde sait depuis le début des années 60 (! !!...) qu’un aéroport doit se construire ici. J’ai habité sur Nantes à partir de 1982 et déjà (ou encore...) à l’époque il y avait des manifestations à ce sujet... Ne pouvait-on dans un tel contexte de connaissance de la réalisation future (à un délai de 50 ans !!!!) de cet aéroport, imaginer une transition plus douce que ces expulsions manu-militari ?
    Trop de gens qui s’opposent aujourd’hui à ce projet sont venus s’installer postérieurement à la décision de "réserver" les terrains à cet effet.
    S’opposer à la construction de cette infrastructure c’est d’une part nier la réalité du développement du transport aérien et d’autre part refuser un "grand chantier" générateur d’emplois.
    Maintenant, je n’habite pas sur place et ne suis donc interessé à la chose que de manière indirecte, et purement "intellectuelle"...
    Par contre je maintiens que depuis 1960 on aurait pu éviter d’en arriver là et que les "professionnels de l’agitation verte" sont (parfois) dangereusement dogmatiques, voire d’une incroyable mauvaise...

    19.10 à 11h18 - Répondre - Alerter
    • "S’opposer à la construction de cette infrastructure c’est d’une part nier la réalité du développement du transport aérien et d’autre part refuser un "grand chantier" générateur d’emplois."

      Dire ce genre d’âneries, c’est d’une part nier la réalité du pic pétrolier actuel et du déclin inéluctable du secteur aérien qui en découlera, et d’autre part utiliser un argument qui seul, est inefficient
      (Vous voulez un "grand chantier" générateur d’emploi ? Séparer les chômeurs en 2 groupes : le premier sera rémunéré à traquer et abattre les membres du second : la question du chômage est réglée. Lorsque l’on à la tête sous forme de marteau on voit tous les problèmes sous forme de clous.)

      19.10 à 12h39 - Répondre - Alerter
      • Parce que vous pensez vraiment que ND des Landes ne sera pas générateur d’emplois ? Vous croyez vraiment au déclin du transport aérien ? Vous croyez vraiment que le peak oil marquera le déclin d’une énergie sans marquer l’émergence d’une autre ? Vous croyez vraiment que nos concitoyens abandonneront aussi facilement leurs congés payés ?
        Vous me faites rire derrière vos claviers à contester le monde tout en partant en vacances au Seychelles (en train ?). Quant à vos arguments ils sont pitoyables, un peu à l’image des contestataires de ce projet qui sont contre simplement.... parce qu’ils sont contre !

        19.10 à 17h16 - Répondre - Alerter
        • désoler mais la grande majorité d’entre nous (’habitant de France’) ne prenne pas l’avion , et vu le niveau de vie qui plonge , ne le feront jamais.

          19.10 à 17h46 - Répondre - Alerter
        • Vous n’avez pas compris la deuxième partie de mon propos : je suis d’accord pour dire que l’aéroport sera très certainement générateur d’emploi. Et alors ? L’argument se suffit-il à lui-même ? Dans ce cas, je vous propose la guerre : avant, l’emploi est stimulé par la course à l’armement et l’accroissement des forces armées, pendant, les gens sont aux fronts, dans les usines d’armement ou aux champs et après, il faut reconstruire. Un rêve semble-t-il pour qui veut créer de l’emploi à tout prix, ce qui semble être votre cas. D’ailleurs, la seconde guerre mondiale est venu régler le problème de la crise de 1929, comme quoi ça marche.

          Concernant l’émergence d’une autre énergie suite au pic pétrolier : aucune énergie existante n’est en mesure de remplacer le pétrole sans créer autant de dégâts (voir plus pour la plupart des énergies alternatives actuelles). Et je ne suis pas assez fou/croyant pour espérer qu’une nouvelle énergie miraculeuse tombe du ciel, et baser tous mes raisonnement à long terme là-dessus, comme vous semblez si bien le faire.

          Pour les vacances aux Seychelles, permettez-moi de vous dire que nous ne nous connaissons pas et que vous affabulez complètement concernant mon mode de vie. Partir en vacances à l’autre bout du monde est-il une fin en soi ?

          Et je note la remarque faite par rapport à la qualité de mes arguments, et vous retourne volontiers le compliment.

          19.10 à 17h52 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité