publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Gaz de schiste : non, la porte n’est pas fermée en France
Énergie

Gaz de schiste : non, la porte n’est pas fermée en France

<-  Retour à l'article

La loi française laisse la porte ouverte à l’exploitation de ces gaz, via des techniques moins controversées que la fracturation hydraulique. Celles-ci commencent à être utilisées à l’étranger.

9 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • c’est de laisser le courant à des mères célibataires droguées comme Nadar qui racontent vraiment nimporte nawak

    29.11 à 13h05 - Répondre - Alerter
  • 1/3 de la production alimentaire mondiale est gaspillée, les déchets organiques sont ou incinérés ou enfouis, au lieu d’être recyclés pour produire du méthane. Le gaz est gaspillé dans la surchauffe des immeubles, cuisine au four en plein été (alors que four et cuiseurs solaires existent), utilisation d’assiettes en plastique ou en terre cuite, au lieu qu’en bois...
    Du + grand au + petit détail de notre quotidien, nous pouvons également quantifier les moyens d’1 mode de vie qui permettent l’auto-suffisance énergétique et autres.
    Mais hélas, la plupart ne fiat qu’attendre les décisions des politiques, qui eux sont soumis au lobbying...Oui les solutions existent, mais pas la volonté !

    2.11 à 09h11 - Répondre - Alerter
  • Je trouve très inquiétant pour le futur que les personnels politiques, censés veiller sur le bien-être des populations, "oublient" dans leur analyse de regarder TOUS les documents, y compris ceux mis en avant par les opposants mais provenant des exploitants eux-mêmes ou de leurs fournisseurs. Cf. le dernier film de John Gosh "Gasland 2". Ceux-ci démontrent clairement que, par le fait même de la fracturation (hydaulique ou pas) ou par les imperfections des joints de liaison entre puit et environnement, les contaminations ne sont pas une vue de l’esprit mais la réalité quotidienne de nombreux puits, et encore plus quand ceux-ci sont abandonnés. Quel SAV pour ces puits abandonnés est-il proposé par les exploitants putatifs ? L’état actuel du monde permet de se douter de la réponse : RIEN.

    En foi de quoi, il faut exiger que l’État attende d’avoir des preuves sérieuses de la prise en compte de l’environnement à tous les stades de l’utilisation d’un site avant d’autoriser les exploitants à extraire de la roche mère ou même à y forer.

    3.10 à 19h27 - Répondre - Alerter
    • Les comités de lutte contre les gaz de schiste affirment qu’en France, le SAV (comme vous dites) incombe aux propriétaires des terrains. Les exploitants seraient dégagés de toutes contraintes dés la fin d’exploitation. Je n’ai pas vérifié cette assertion. Mais ce n’est pas un hasard si les exploitants louent les terrains pour la prospection puis pendant l’exploitation mais ne les acquierent jamais...

      8.11 à 10h33 - Répondre - Alerter
  • L’indépendance énergétique de la France est importante. Ces techniques ouvrent la porte de cette possibilité et permettraient de redresser les finances publiques. Mais la technique de fracturation n’est pas seule en cause. Il y a les fuites de gaz, la restauration des sites exploités. En tous cas exploiter nos ressources permettrait de joindre les deux bouts en attendant la progression des énergies renouvelables. Gardons à l’esprit que l’énergie perpétuelle n’existe pas, chaque solution aura ses avantages et ses inconvénients. Car tout système énergétique demande la transformation de la matière et donc de l’énergie... donc rien ne sert d’être catégorique sur un système plutôt qu’un autre.

    2.10 à 10h15 - Répondre - Alerter
    • Nous avons de quoi compromettre trés sérieusment la survie de nos enfants en brûlant les hydrocarbures conventionnels "disponibles". Il est donc encore plus sucidaire de vouloir toucher aux hydrocarbures non conventionnels ! Ce serait même un crime "différé" contre l’humanité et ceci même avec une extraction parfaitement neutre pour l’environnement (si tant est que ce soit possible).
      FH et son super Ayrault deviendraient de vrais héros s’ils lançaient un "YASUNI" français !
      Plutôt que de chercher l’indépendance énergétique dans un "business as usual", il serait plus juste (au sens de la justice) de chercher le sevrage pour notre dépendance énergétique.

      8.11 à 10h50 - Répondre - Alerter
    • En complément de réflexion je vous invite à une visite du blog de Jean-Marc JANCOVICI. Certes un peu pro nucléaire mais qui a des démonstration trés pédagogiques, une bonne analyse des problèmes même si je ne partage pas toutes ses propositions d’actions...
      Plus particulièrement le billet sur la transition énergétique : http://www.manicore.com/documentati...

      15.11 à 07h44 - Répondre - Alerter
  • C’est bien la crainte des collectifs.
    Voici une intervention du collectif CARMEN lors de la journée internationale contre l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schiste à Tournan en Brie

    http://www.youtube.com/watch?v=z-qA...

    2.10 à 10h07 - Répondre - Alerter
  • Car lorsqu’ils ont un permis "conventionnel", ils forent aussi jusqu’à la roche mère histoire de voir s’il y a réserve de gaz de schiste.

    Et "pas vu pas pris"

    1er.10 à 13h19 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité