publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Nucléaire : la Cour des comptes dénonce un grand flou sur les coûts
Énergie

Nucléaire : la Cour des comptes dénonce un grand flou sur les coûts

<-  Retour à l'article

Le rapport de la Cour des comptes sur la filière nucléaire, qui doit paraître à la fin du mois, pourrait remettre en cause son modèle économique. Et « jeter le trouble dans la campagne ».

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Soyons bêtement pragmatiques : si les crédits d’impôts sur les installations de production d’énergies renouvelables avaient été accordés non à la production d’électricité pour le réseau mais bien pour la mise en autonomie même partielle des équipés ou d’établissement de boucles énergétiques (très) locales aux fins de décentralisation et de délestage du réseau, la pauvre contribution du nucléaire (17%) à la gabegie énergétique de notre société pourrait déjà figurer au rang des archives néfastes...
    Las ! C’est la voie strictement inverse qui a été privilégiée, aux fins de verdir une branche industrielle en mal de respectabilité et promouvoir des lobbies autoproclamés écologiquement vertueux, dans la droite ligne de l’immonde duperie du "Grenelle" de l’environnement.
    A quand un rapport de la Cour des Comptes chiffrant le coût naturel et environnemental des moyens nécessaires à une production d’énergie allant toujours croissant, la consommation faisant de même ? A quand un chiffrage "du puis à la roue" incluant dans le mirifique bilan "zéro émissions" du nucléaire le bilan carbone et environnemental de l’extraction et de l’importation d’uranium, celui de la construction des réacteurs et de leur démantèlement, celui de l’appauvrissement des déchets de la filière, celui de la création de sites de stockage "ultimes", celui de la fantastique énergie nécessaire pour initier la réaction en chaîne, celui de la perte de charge en ligne, et j’en passe ?
    A quand un rapport global et sans concessions au lieu de rapports toujours parcellaires, certes à saluer, mais qui n’ont pour mérite que d’exister que tant que leur actualité perdure dans le flot inlassable d’une surinformation savamment orchestrée ?
    A quand un salutaire et vital virage en matière de dépenses énergétiques ?

    12.01 à 16h38 - Répondre - Alerter
    • Vous avez parfaitement raison !La logique aurait voulu que l’on subventionne beaucoup plus le solaire,mais pour fournir directement la consommation électrique des ménages !Ce qui aurait incité à de vraies économies d’énergie,afin de minimiser au maximum les factures dues à EDF.Le système qui a été choisi est aberrant et a permis à un certain nombre de spéculateurs de s’enrichir !
      Pour le bâti neuf et toute extension,deux solutions peu onéreuses auraient dû être imposées :chauffe-eau solaire et puits provençal dont le coût est raisonnable.Le chauffage électrique lui aurait été interdit(actuellement ce mode de chauffage ne permet pas le classement BBC !).Pour les rénovations,quand un autre mode de chauffage ne peut être envisagé,ne maintenir sur le marché que les appareils à accumulation.Pour les bâtiments commerciaux(ces affreux cubes énergivores qui défigurent l’entrée de nos villes)il est nécessaire de les obliger en plus à installer du photo-voltaïque pour au minimum assurer le chauffage et la clim de leurs passoires thermiques !Dans ce cas pas de subventions,bien sûr !
      Il faudrait un minimum de courage politique pour celà et passer outre aux états d’âme de Mr Proglio...

      12.01 à 20h05 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité