publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Demande à FredO > Bilan Carbone familial : ca s’arrête où ?
Demande à FredO

Bilan Carbone familial : ca s’arrête où ?

<-  Retour à l'article

Les éco-gestes sont ils réellement utiles ?

Avec la sortie de Coach Carbone, nouveau calculateur d’émissions de GES des ménages développé par l’ADEME, la responsabilité individuelle de chacun dans la lutte contre le réchauffement climatique est remise au goût du jour.

Quelques réflexions sur le périmètre et les gestes utiles à poser par chacun pour vous aider dans cette démarche.

8 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • J’ai réalisé le même calcul (autant que possible) sur le BCN de L’ademe, son nouveau Coach, celui de climat entre nos mains, celui de CarbonfootPrint et celui de l’assoc TACA de Bordeaux.

    J’ai corrigé du cout service public, compté QUE par climat comme vous le soulignez a juste titre.

    Conclusion : une amplitude de -30% + 30% soit presque du simple au double... Chiffre à donc à manier avec précaution. L’important c’est de mesurer la tendance pour un particulier pas l’absolu.

    Je ne partage pas trop l’article sur les 2 autres points : imputer à l’individu son activité profressionnelle ; si le pilote d’avion « conduit » c’est qu’il a des passagers... C’est sur eux qu’il faut comptabiliser ses rejets. Idem pour les banques. Si mon argent sert à financer une usine qui fabrique des produits à empreinte forte ; c’est au consommateur de ce produit d’en payer le poids CO2.

    Le calcul est effectivement qq chose de complexe mais je crois qu’il fait se méfier de qq racourcis.

    http://jeanmichel.combe.perso.sfr.fr/

    27.11 à 17h41 - Répondre - Alerter
    • Frédéric Chomé : Expérience intéressante !

      BOnjour Jean-Michel et merci pour votre témoignage !

      en effet, la différence de +- 30% peut sembler importante à première vue, puisque cela vous met un facteur 2 entre la plus faible et la plus forte des estimations. Cette amplitude est essentiellement due aux facteurs d’émissions de GES utilisés par les différentes méthodologies, qui eux-même ont une incertitude d’environ 20%. De plus certaines méthodes choisissent de bosser avec des facteurs d’émissions en analyse de cycle de vie (du puits à la tombe) et d’autres ne comptent que les émissions de CO2 liées à la combustion par exemple

      Tout diagnostic d’émissions de GES est donc sujet à caution tant qu’on n’a pas toutes les informations et hypothèses sous-jacentes et la comparaison entre résultats issus de calculateurs différents ne peut se faire qu’en "ordre de grandeur".

      Je vous recommande de choisir le calculateur qui vous semble le plus pertinent et de tenter de faire des efforts pour améliorer votre empreinte d’une année sur l’autre !

      Cordialement

      30.11 à 05h38 - Répondre - Alerter
  • concernant les services marchants le modèle de la TVA sur la valorisation de la création de richesse peut être appliquée à quantifier la part de GES/CO2 relative à chaque producteur final de GES. Ce qui résout la double comptabilité. Pour les services publics cela ne s’applique pas, il va de soi mais le rapport Stieglitz pourrait sans doute apporter des idées à transposer dans le cadre GES.
    J’espère alimenter utilement cette thématique.
    bon courage

    23.10 à 10h35 - Répondre - Alerter
  • Salut les amis,

    l’éco2nomie, soit les économies de CO2 "après" en faisant "d’abord" des économies d’énergies fossiles, c’est bon pour le portefeuille et bon la planète, donc bon pour la société dans son ensemble du coup ; les éco2nomies des uns peuvent servir du coup à créer de la richesse décarbonnée ailleurs donc servir à développer d’autres activités, c’est le cercle vertueux (qui améliore le système dans son entier...) mais ça n’est pas forcément bon pour "tout le monde" en pleine période de transition énergétique chaotique, ça se saurait sinon... et il y en a enco2re beauco2up partout qui "vivent" des énergies fossiles... donc aussi du CO2 "indirectement"... hé oui, on en est tous responsables car on en émet quasiment tous mais à des degrés divers... il suffit de regarder la France en ce moment même avec le STOP & and GO (quand...) du pétrole et notre hyper dépendance au dieu pétrole... c’est ce qui nous attend dans quelques années si l’on n’y prend gare... la suite sur www.co2mprendre.fr, soit des infos 100% CO2 co2mplémentaires et néanmoins indispensables et pas co2ncurrentes... à suivre.
    Bien co2rdialement Olivier TROTTA, l’inventeur de la CO2COM ou la transparence écologique ou la méthode CO2UÉ de la co2mmunication.

    20.10 à 17h23 - Répondre - Alerter
  • Tous ces inutiles qui vivent au crochet de ceux qui travaillent utilement, seraient mieux inspirés au lieu de nous pomper l’air, de garder leur souffle pour la phase terminale de leur digestion !

    20.10 à 15h00 - Répondre - Alerter
  • Alix24fr : Hum

    Je me demande s’il n’y a pas un problème dans le raisonnement.

    Admettons que je travaille pour GDF. D’après vous, il faudrait que je compte dans mon bilan carbone une partie des émissions générées par cette entreprise dans le cadre de ses activités.
    Mais dans ce cas, les émissions de CO2 du chauffage au gaz ne sont elles pas comptées deux fois, une fois dans le bilan des gens qui se chauffent au gaz, et une fois dans celui des gens qui travaillent dans la filière gaz ?

    De la même manière, imaginons que j’ai placé 2000€ sur un LDD, et que cette somme est utilisée pour le financement de la construction de logements.
    Si je compte les émissions correspondantes dans mon bilan, ces émissions seront encore comptées deux fois : une fois dans le bilan des gens qui auront placé l’argent, et une fois dans celui des gens qui auront acheté les logements.

    Par contre je suis d’accord pour les services publics, c’est un gros morceau non compté par le coach carbone.

    20.10 à 10h10 - Répondre - Alerter
    • en fait il s’agit d’une question de référentiel (je prévois un post à ce sujet prochainement) :
      Les émissions de GES d ela France (l’inventaire national) sont calculées de manière à ce que celles de tous les pays puissent se sommer.

      C’est logique, car le but est de suivre les émissions nationales, européennes et mondiales de GES d’une année à l’autre en vue de voir si les efforts accomplis se traduisent en réduction d’émissions sur le terrain.

      Par contre, dès que l’on se pose la question : "Que puis-je faire à mon niveau ? ", force est de constater que je ne peux plus travailler sur le périmètre national car je consomme des produits non fabriqués en France, ou bien de sproduits fabriqués en France à partir de matières étrangères, je pars en vacances à l’étranger, je fais des tas de choses particulières avec mon travail (si j’en ai un) qui est l’endroit ou je passe le plus de temps éveillé dans la journée, et avec l’argent gagné, je fais des dépenses de tout types ou bien de l’épargne.

      Vous avez raison quand vous dites que si je somme les empreinte C des individus à celles des états j’ai de nombreux doubles comptes, mais cela est normal puisque cela ne doit pas être fait.
      Les questions à se poser sont donc :

      Que faire de mes économies pour éviter qu’elles ne génèrent trop de GES ?
      Comment travailler pour un employeur respectueux des émissions de GEs, de la protection de l’environnement ?

      On part du citoyen, du ménage et on identifie tous les leviers d’actions qui sont à notre portée pour évoluer vers un monde bas carbone, tant sur nos émissions directes qu’indirectes.

      Merci pour cette remarque !

      20.10 à 22h37 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité