publicité
Accueil du site > Actu > Société > Nicolas Baverez : « On sera obligés de toucher au niveau des pensions de (...)
Société

Nicolas Baverez : « On sera obligés de toucher au niveau des pensions de retraite »

<-  Retour à l'article

Vous avez-dit « retraite durable » ? Alors que le gouvernement abat ses cartes, nous avons demandé à Nicolas Baverez, économiste et historien, pourfendeur d’un modèle social français qu’il juge en échec, ce qu’il pense du débat sur la réforme du système de retraites.

7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • ... à cet hurluberlu ultralibéral ?
    Cet homme n’a pas arrêté ces dernières années de crier au déclin de la France, tout en vantant les "modèles" britanniques, espagnol et américains.
    Il a été complètement incapable de voir la crise qui arrivait. Et ses idées ultralibérales ont renforcé la crise (exemple détaxation des heures sup = +60 000 chômeurs rien qu’en août 2007, avant qu’éclate la crise financière aux Etats-Unis...)
    Donnez la parole à des économistes compétents et honnêtes, tant qu’il y en a encore... et non aux partisans du retour aux conditions de travail du XIXe siècle...

    16.06 à 16h29 - Répondre - Alerter
    • Julien Kostrèche : C’est votre point de vue

      Nicolas Baverez ne se cache pas de défendre une économie libérale, pour autant je ne vois pas en quoi cela nous interdirait de lui poser des questions, et encore moins en quoi cela mettrait en cause ses compétences ou son honnêteté.

      Pour information, sur ce thème de la "retraite durable", nous avons également interrogé Elie Cohen et Bruno Palier.

      Julien Kostrèche, rédacteur en chef de terraeco.net

      16.06 à 17h00 - Répondre - Alerter
  • ppcamp : Rêve

    Quand je rêve, je déteste être réveillé, cela suffit à me mettre en colère. Je ne suis pas le seul.
    L’image du retraité est comme celle de l’agriculteur. Depuis plus de 20 ans, chiffres en main, le niveau de vie des retraités, quel que soit leur niveau social, est supérieur à celui des actifs équivalents.
    "j’suis qu’un pov’ paysan" ... "j’suis qu’un pov’vieux" ...
    Le réel n’est ni libéral ni anti, ni marxiste ni anti.

    Nota : j’suis, moi-même, qu’un pov’vieux !

    17.06 à 14h43 - Répondre - Alerter
  • fleursdeschamps : a quoi bon lire Baverez ?

    Autant la Réduction du temps de travail " est appréciable pour aller dans le Luberon, autant, pour les couches les plus modestes, le temps libre, c’est l’alcoolisme, le développement de la violence, la délinquance ".

    Ce subtil diagnostic est signé, dans 20 minutes (7/10/03), Nicolas Baverez, essayiste (et chroniqueur au Point), auteur de La France qui tombe, une " collection de prophéties apocalyptiques sur l’état de l’Hexagone " (Libération, 8/10/03).

    " L’intellectuel à gages redoute que la libération du joug patronal n’avilisse le petit peuple ", commente PLPL n°16 (sept.-oct. 2003). Alors que Baverez déversait sa haine de classe sur France Culture (20/09/03) : " Le temps libéré par les 35 heures, c’est de la violence conjugale et de l’alcoolisme en plus ", Alain Finkielkraut précisait aussitôt : " De la télévision aussi ! ".

    17.06 à 23h33 - Répondre - Alerter
  • Lulu : Rien à voir

    Le déficit des caisses de retraites n’a rien à voir, contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, avec l’augmentation de l’espérance de vie. La productivité a doublé depuis 20 ans. Il devrait y avoir largement assez pour payer les retraites. Le problème n’est pas un problème de dépenses mais un problème de recettes de la caisse, du essentiellement à trois choses :

    - la stagnation des salaires (donc des cotisations) depuis 20 ans au détriment des revenus des actionnaires
    - l’exonération massive des entreprises quant aux cotisations depuis 20 ans aussi
    - le chômage élevé ( chômeur = non cotisant).

    De plus, seul 38 % des 55-60 ans travaillent encore. Augmenter l’age de départ ne fera que déplacer le problème de nombre de retraités vers le nombre de chômeurs. Bientôt, on nous annoncera alors le système d’indemnisation des chômeurs a lui aussi atteint ses limites. Voila comment on casse tout notre système de solidarité dans ce pays.

    20.06 à 17h57 - Répondre - Alerter
  • Nicolas Baverez a peut-être raison sur un point. Il faut réexaminer le niveau des pensions. Mais pas par une baisse générale, sans distinction. Qui aura le courage de dire qu’à partir de 60 ans, les différences de revenu peuvent être réduites sans dommage pour l’économie. Je proposerais par exemple un éventail des revenus s’échelonnant de 1500 à 5000 Euros. Simple, efficace, trop peut-être ?

    25.06 à 08h30 - Répondre - Alerter
    • Je suis assez d’accord avec cette proposition. Elle pourrait d’ailleurs s’accompagner d’un plafonnement des hauts salaires et d’un plafonnements des taux de revenus par le biais de la bourse...

      12.10 à 21h39 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité