publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > L’expertise du GIEC dans "l’ère du soupçon"
COP21

L’expertise du GIEC dans "l’ère du soupçon"

<-  Retour à l'article

Créé en 1988, le GIEC fait autorité pour synthétiser les travaux publiés en laboratoire sur le changement climatique. Mais depuis que l’urgence climatique est au cœur des débats, les méthodes - et parfois même les résultats du Giec - sont remis en cause. Petite chronologie.

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je note que selon vous, Phil Jones n’a jamais dit que depuis 15 ans la température de la terre ne s’est pas réchauffée de manière significative.
    Qu’il n’a jamais dit non plus qu’il a sans doute fait plus chaud au moyen âge.

    Je comprends qu’en informant ainsi les gens, il y en est qui croient encore au réchauffement climatique et aux vertus miraculeuses du CO2.

    19.02 à 09h17 - Répondre - Alerter
    • Hélène Duvigneau : phil jones

      Bonjour, si vous faites référence aux mails piratés, tout à fait, et c’est bien ce qui a fait scandale ("masquer le déclin"). Phil Jones s’est ensuite expliqué dans une interview à la BBC en disant que la baisse n’était pas "statistiquement significative" et que sur la période 75-98 l’influence des facteurs naturels aurait dû conduire à un refroidissement qui ne s’est pas produit. Sur le réchauffement à la période médiévale, que le GIEC est accusé d’avoir minimisé, Phil Jones a dit que la question faisait débat et que ce qu’il l’amenait à relier réchauffement actuel et activité humaine était l’impossibilité à expliquer le réchauffement à partir des années 50 par l’activité du soleil et les éruptions volcaniques.

      Q : There is a debate over whether the Medieval Warm Period (MWP) was global or not. If it were to be conclusively shown that it was a global phenomenon, would you accept that this would undermine the premise that mean surface atmospheric temperatures during the latter part of the 20th Century were unprecedented ?
      A : There is much debate over whether the Medieval Warm Period was global in extent or not. The MWP is most clearly expressed in parts of North America, the North Atlantic and Europe and parts of Asia. For it to be global in extent the MWP would need to be seen clearly in more records from the tropical regions and the Southern Hemisphere. There are very few palaeoclimatic records for these latter two regions.
      Of course, if the MWP was shown to be global in extent and as warm or warmer than today (based on an equivalent coverage over the NH and SH) then obviously the late-20th century warmth would not be unprecedented. On the other hand, if the MWP was global, but was less warm that today, then current warmth would be unprecedented.
      We know from the instrumental temperature record that the two hemispheres do not always follow one another. We cannot, therefore, make the assumption that temperatures in the global average will be similar to those in the northern hemisphere.

      1er.03 à 06h49 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité