publicité
Accueil du site > Actu > Conso > Les poissons sont éternels
Conso

Les poissons sont éternels

<-  Retour à l'article

Touchées, mais pas coulées. Si les morues de Terre-Neuve ont perdu la bataille de la surpêche, les autres espèces n’ont pas dit leur dernier mot. Les pros ont retroussé les manches de leurs cirés ; aux clients de jouer. Comment ? En délaissant de temps en temps le « saumon-cabillaud-crevette » !

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Changer de source de protéines déplace seulement le problème sans le traiter.

    Le problème de fond est l’infestation de Homo sapiens sur toute la planète.
    Cette espèce "intelligente" devrait être capable de réduire sa population par des choix individuels d’auto-régulation de sa reproduction, sans obligation contraignante d’aucune sorte.
    Pour y arriver, il faudrait mettre davantage d’efforts sur l’instruction des masses partout sur la planète, et lutter contre les croyances philosophico-religieuses qui prônent (directement ou indirectement) une reproduction sans frein et sans limite.

    Ciron :-)

    6.02 à 11h18 - Répondre - Alerter
  • hiecaraho1972 : Les poissons sont éternels

    Best regards ! Very nice website ! porady

    12.07 à 19h58 - Répondre - Alerter
  • alain le Sann : Les poissons sont éternels

    Merci pour cet article un peu moins catastrophiste que d’habitude. Je vous précise tout de même que la morue de Terre Neuve a été sujette dans son histoire à des périodes de raréfaction liées aux modifications environnementales. Il ne s’agit pas de nier la surpêche mais de nuancer ; par ailleurs, il y aujourd’hui surabondance de morue dans les eaux de Norvège, 50% de plus que ce qui a été historiquement mesuré. Le Pire n’est jamais certain et en beaucoup d’endroits, la baisse de la pression de pêche a permis une restauration rapide de l’état des stocks quand les conditions environnementales s’y prêtaient. On ne retrouvera jamais l’état initial d’avant la pêche, celle-ci modifie le milieu, comme n’importe quelle activité humaine et sans doute beaucoup moins que d’autres, quoi qu’on en dise.

    31.12 à 10h05 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité