publicité
Accueil du site > Actu > Société > A Nantes, le compostage pousse au pied des immeubles
7-06-2010
Mots clés
Recyclage, Déchets
France

A Nantes, le compostage pousse au pied des immeubles

Taille texte
A Nantes, le compostage pousse au pied des immeubles
(Crédit photo : Thibaut Schepman)
 
Non, il n'y en a pas que pour les ruraux. Les habitants d'une résidence nantaise le prouvent : une fois par semaine, ils viennent vider leur seau dans une cabane à compost. « Terra eco » est allé jeter un œil au dessus des détritus. Diaporama sonore.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Composter ses épluchures de pommes de terres, d’accord. Mais quand on n’a pas de jardin ? Mission impossible, à moins de rouler dix kilomètres ou de reconvertir la chambre du petit dernier. Pas si vite ! Il existe une solution plus facile à vivre. Tout commence en l’an 2000, dans la petite ville de Saint-Philbert de Bouaine (Vendée). Des habitants s’opposent alors à un projet d’enfouissement des déchets et décident de mettre en place un compostage collectif pour leurs débris fermentescibles (épluchures, restes de repas, marc de café…). Depuis, 80% des habitants compostent leurs détritus dans un bio-seau qu’ils vident une fois par semaine dans un composteur commun. Ainsi, ils ont réduit de 30% la quantité de détritus non recyclables dans la ville. A Rennes, Toulouse, Nancy, mais aussi à Paris, des immeubles ont mis en place le même genre d’initiative.

A Nantes, une des villes pionnières dans le domaine, un maître-composteur de l’association Compostri a aidé à la mise en place de pavillons de compostage au pied d’une dizaine de barres d’immeubles. Mais attention, ce sont les habitants eux-mêmes qui gèrent leur compost. Chaque semaine, un ou deux volontaires tiennent une permanence pendant laquelle chacun peut apporter ses détritus. Cela permet de réduire les déchets mais aussi de « reprendre contact avec la terre » et surtout de « rassembler les habitants », assure Pascal Retière, président de Compostri. Un autre site s’est ouvert il y a six mois dans la Résidence Beaulieu, au cœur du quartier de l’île de Nantes. Dans les cinq immeubles, 60 des 480 familles adhèrent déjà au projet. Et une tonne et demie de déchets ont été récupérés.

Terra eco s’est rendu un samedi matin sur les lieux, lors d’une permanence assurée par deux habitants de la Résidence :

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

12 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • bonjour, y a t’il un compost public dans le quartier des dervallières à Nantes.merci

    31.01 à 20h03 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    je suis intéressé pour réaliser du broya de cagette et emballage carton en vu d’un co-compostage sur site (un grand restaurant en plein air)
    comment réaliser cette opération ? Avec quel outil cela est-il réalisable. Faut-il s’équiper d’une déchiqueteuse à carton spécifique ou bien cela est réalisable avec une tondeuse à gazon auto-portée par exemple ?

    Merci pour vos réponses

    8.11 à 14h12 - Répondre - Alerter
  • Bonjour ;

    Petit bémol.

    Compostri ne gère pas tous les composteurs installés dans les quartiers Nantais !
    Les composteurs de mon quartier ont été installés sur ma demande via un certain office HLM et à ce jour ils continuent à fonctionner ! Alors ; rendons à César ce qui appartient à César ! De simples habitants, férus de Développement Durable, peuvent aussi en créer ! Les brochures de l’ ADEME sont à disposition du public pour ce genre d’ opération ! Et c’est si simple de composter !!!

    Cordialement

    Daniel

    4.12 à 12h23 - Répondre - Alerter
  • ardannie : POUBELLE LA VIE

    Pour avoir vécu dans un immeuble, je trouve cette idée trés intéressante. Cela crée un autre lien social, une fête des voisins version écolo...
    Si vous avez déjà visité un local à poubelles de cité (même le samedi matin) je peux vous dire que ça donne envie !

    10.06 à 21h06 - Répondre - Alerter
  • MARTINCAMPBELL : Belle initiative

    Bravo pour ce reportage original ( je ne connaissais pas les diaporamas sonores).
    On est plongé dans la réalité du projet sans en perdre une miette si j’ose dire et c’est là la qualité de l’article. Je pense qu’il ne faut pas s’offusquer pour quelques tranches de pain . Il faut prendre le projet avec recul : bien évidement on ne peut pas parvenir à faire de l’ensemble des ces habitants de parfaits éco-citoyens. Mais l’important c’est que cela crée du lien social et de la convivialité et à l’ombre des tours c’est déjà une belle réussite.

    9.06 à 16h45 - Répondre - Alerter
  • Pour compléter la réponse donnée par Thibaut Schepmann à florianb23 : 1) La cabane a été fabriquée par une association qui emploi des personnes en réinsertion professionnelle, quant au coût celui-ci est pris en charge par Nantes Métropôle pour les communes qui en dépendent. 2) En effet l’objectif n’est pas de jeter de la nourriture. Mais si des aliments, tel que du pain, ont été oublié lors d’une absence prolongée, ils peuvent être mis au compost plutôt que dans la poubelle ....

    8.06 à 19h47 - Répondre - Alerter
  • Je trouve ça absolument formidable, ce sont les citoyens, un par un, qui en agissant dans leur vie quotidienne et en se rassemblant, récupéreront leur pouvoir trop longtemps délégué en haut, et changeront le monde.

    8.06 à 16h51 - Répondre - Alerter
  • Ben : Emploi

    Cette très bonne initiative mériterait sans doute d’être développée dans tous les quartiers et permettrait de créer de nombreux emplois, les fameux emplois verts que l’on attend tous.

    8.06 à 15h53 - Répondre - Alerter
  • Thibaut Schepman : Broyât

    Merci pour vos commentaires. Pour information, le broyât utilisé vient d’une entreprise située à quelques kilomètres. Il est effectivement difficile d’en trouver mais les habitants en ont toujours suffisamment grâce notamment au soutien de l’association Compostri.
    Et le local est fermé pour pouvoir mesurer et connaître la quantité exacte de déchets jetés et ajouter une quantité suffisante de broyât. Cela permet aussi de réunir régulièrement les habitants, ce à quoi ils sont très attachés.
    Bien cordialement,
    Thibaut Schepman

    8.06 à 15h19 - Répondre - Alerter
  • Merci au rédacteur,

    Voilà un beau reportage, en accord avec la biologie naturelle et humaine.
    Il commence par «  Bonjour et se termine par Au Revoir  ».

    L’essentiel y est.
    Il y a la convivialité et déjà le résultat des collectes hebdomadaires se fait sentir ; ça sent le bon compost, avec l’odeur de la terre.

    Les bonnes habitudes pour le 3ème millénaire, sont en route.

    Simplement
    Jean Pierre

    8.06 à 14h13 - Répondre - Alerter
  • florianb23 : mouais...

    pour le pratiquer moi-même sur Rennes, le compostage en pied d’immeuble est intéressant, mais quand on visualise la vidéo, 3 ou 4 choses sont un peu étonnantes...
    1) les moyens sont un peu démesurés non ? pas besoin de lourds investissements comme pour ces cabanes de compostages... à mon sens
    2) en lien avec cet outil "fermé", c’est un peu contraignant de ne pas pouvoir y aller quand on veut
    3) on voit quelqu’un jeter du pain ! aberrant... jeter de la nourriture n’est pas l’objectif du compostage, je pense qu’il y a bien des canards à Nantes, sinon le pain grillé ou le pain perdu c’est très bon aussi
    4) on voit qu’à la fin de la matinée, des apports en matière carbonée (broyât) sont apportées... bien mais d’où viennent ces matières, des forêts de l’Est de la France (hum... le bilan carbone) ou des tailles (broyées) du parc de l’immeuble ?

    8.06 à 10h55 - Répondre - Alerter
    • DANY44 : mouais...

      Bonjour Florian ;

      Je travaille avec un ami sur le compostage dans mon quartier et auprès des écoles de la ville de Nantes. Pour répondre à ta question sur le broyât ; nous testons le broyât de carton et de cagettes ! Ce sont des déchets issus des marchés et pour notre part, c’est prometteur ! Nous récupérons aussi les déchets organiques des dits marchés ! Les composteurs de mon quartier sont fabriqués avec des palettes, misent debout et renforcées par des rondins ! Nous utilisons, les feuilles que les jardiniers de l’OPHLM, collectent et entassent près de nos composteurs ! Ceux ci sont ouvert au public, en permanence et ce depuis 2008 ! Il est vrai que celà fait (au dire de certaines personnes) un peu désordre ; mais pour ma part, l’expérience à l’échelle de mon quartier, est concluante ! Pour les canards, ils te remercient de penser à eux, mais ils sont déjà gavés !

      PS/ Ce sont les oies que l’on gave en hiver, pas les canards !

      Il est vrai que nous avons tendance à oublier le pain grillé et perdu ! Et j’en passe...

      Bon Dimanche.

      Cordialement.

      Daniel.

      4.12 à 12h44 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité