publicité
Accueil du site > Actu > L’objet > Le yaourt
Article Abonné
2-03-2009

Le yaourt

Taille texte
 
De l’étable à la table, nature ou parfumé aux fraises, le produit star du rayon frais n’est pas toujours blanc comme neige. Quant à son pot, il pourrait vous pousser à changer de crèmerie.
SUR LE MÊME SUJET

En 1993, une jeune chercheuse allemande décide de pister le yaourt aux fraises. Son objectif ? Retracer, depuis l’étable jusqu’au magasin en passant par l’usine, le parcours de ce produit laitier. Elle opte pour la version pot de verre, fabriqué dans une coopérative de Stuttgart. Au final, elle va crapahuter avec lui durant 9 115 km.

Ce périple débouchera sur une étude étonnante, largement relayée par les médias et publiée par l’Institut pour le climat, l’environnement et l’énergie de Wuppertal (Allemagne). Que contient-elle de si croustillant ? Du lait fermenté, certes. Mais aussi le détail des incroyables pérégrinations du petit pot. Stefanie Böge, la thésarde allemande, a mis bout à bout les kilomètres effectués par chaque ingrédient avant le mélange et l’empotage, puis y a ajoutés ceux du transfert jusqu’aux grandes surfaces de la région.

Un aller Paris-La Réunion

Mais comment l’itinéraire d’un produit de consommation aussi basique peut-il égaler la distance séparant Paris de La Réunion ? C’est la mondialisation, ma p’tite dame ! Les fraises sont récoltées en Pologne. Si le lait et les betteraves sucrières proviennent de fermes régionales, les ferments prennent, eux, des chemins de traverse de plusieurs centaines de bornes. Le verre est produit à 260 km à partir de sable et de zinc extraits, eux, à 546 km de Stuttgart. Le papier de l’étiquette affiche plus de 600 km au compteur. Sans parler des films en plastique importés de France et du carton ondulé provenant d’Autriche.

Ça fait beaucoup pour un yaourt de 150 grammes. Trop même aux yeux du chercheur français Christophe Rizet. Non pas que ce résultat soit bancal mais l’interpréter de cette façon n’a pas beaucoup de sens pour ce directeur de recherche à l’Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité (Inrets). « Il faut en effet pondérer les kilomètres parcourus par l’énergie utilisée et le poids transporté », explique-t-il. Or, les fraises et les ferments sont des queues de cerises : « Ce qui pèse, c’est le lait. Et même s’il est transporté par la route, il vient de près. »

Plantage de poubelles

Si Christophe Rizet connaît bien le sujet, c’est qu’il a lui aussi étudié le cas du yaourt ainsi que celui du jean, « des produits emblématiques ». Ses résultats sont sortis en juin 2005. Et ce qui l’a vraiment étonné, c’est l’importance du trajet magasin-maison dans les consommations totales d’énergie du yaourt.

« Dans le cas d’achats faits en hypermarché, le parcours effectué par le consommateur nécessite presque autant d’énergie que celle dépensée par le yaourt entre l’usine et le magasin », relève-t-il. Car le client en voiture transporte beaucoup moins de pots qu’un camion. Le ratio d’efficacité énergétique n’est donc pas à son avantage. Et 70 % des Français font leurs courses alimentaires dans des grandes surfaces, selon l’Insee.

Mais qui dit acheter ne dit pas forcément manger… Parfois, le consommateur jette ses yaourts sans même les avoir ouverts. Pas de pot, une ONG britannique antigaspi, le Waste and Resources Action Programme, s’est amusée à les compter. Ainsi, chaque année, outre-Manche, 484 millions de « yoghurts » finissent à l’incinérateur sans que l’opercule n’ait été percé. What a shame !

Et quand le consommateur jette, il se plante souvent de poubelle. Car, contrairement aux idées reçues, le récipient en plastique d’un yaourt ne se recycle pas. « Seules deux familles de plastiques sont retraitées : celle des bouteilles, le PET, et celle des flacons, le PEHD », indique Anne de Lander, d’Eco-Emballages, l’organisme en charge du recyclage des conditionnements ménagers. Rien à voir avec le pot d’un yaourt qui est fabriqué en polystyrène (PS) ou polypropylène (PP). « Ces matières constituent un gisement trop faible pour qu’une filière de recyclage dédiée soit rentable d’un point de vue économique comme écologique », explique-t-elle.

Fort comme une ampoule

Sauf besoin urgent d’un téléphone-pot de yaourt pour les enfants, le récipient en plastique sera donc valorisé à l’incinération. Selon Rexam, un des leaders mondiaux de l’emballage des produits de consommation, la combustion d’un pot de yaourt en plastique dégage assez d’énergie pour faire scintiller une ampoule de 60 watts pendant une heure. Quant au récipient en verre, pas la peine de le privilégier, il n’est pas plus vertueux.

Au contraire. « Même s’il n’est pas recyclé, le pot en plastique a moins d’impact sur l’environnement parce qu’il est beaucoup moins lourd à transporter que le verre, et qu’il demande moins d’énergie à produire », souligne Catherine Klein, chez Valorplast, société de recyclage des plastiques.

L’échec du pot écolo

Certains industriels se sont quand même frottés au pot écolo. En 1998, Danone a lancé en Allemagne une petite boîte en polymères biodégradables par compost, le PLA. Mais « cette fabrication a été arrêtée parce que le consommateur n’a pas reconnu l’intérêt de cette innovation, et le coût du matériau était très élevé », peut-on lire dans le rapport développement durable 2007 du numéro 3 mondial du secteur laitier. Zut. Le chaland serait donc rétif au changement.

Autre piste : « Certains industriels se sont essayés à supprimer l’enveloppe de carton extérieure des packs de yaourts. Mais ils ont dû abandonner parce que les acheteurs s’en détournaient », constate Anne de Lander, chez Eco-Emballages. Si les fabricants se montrent vertueux, ils reconnaissent agir par intérêt. Car écologique doit rimer avec économique.

Depuis 1970, le pot de yaourt en plastoc est passé de 12 g à 5 g. « Réduire le poids des matériaux et optimiser le transport permettent de réduire les coûts. Par ailleurs, la contribution financière au recyclage est calculée en fonction du poids et du matériau des produits », précise-t-on chez Eco-Emballages.

Danone, le grand Khan du lait fermenté façon bulgare, affiche aujourd’hui un objectif de réduction du poids de ses emballages de 10 %. Selon l’analyse de cycle de vie réalisée par la multinationale, un kilo de yaourt nature (1) pèse 1,8 kg équivalent CO2 sur l’environnement, soit les émissions d’un trajet de 12 km en voiture. — (1) En pots de 125 g.


Le bio au goutte-à-goutte

Un Français avale, en une année, 40 kg de desserts « ultrafrais », c’est-à-dire des yaourts, des fromages frais et des desserts lactés. Notre appétit pour le lait fermenté est stable depuis cinq ans. La production ne varie donc pas. Comptez 1,54 million de tonnes de pots pondus en 2007 pour un chiffre d’affaires de 2,1 milliards d’euros. Danone se taille la plus grosse portion de la crème avec 35 % des parts de marché, suivi de Yoplait et de Nestlé. Mais ce sont les marques de distributeurs qui vendent le plus de yaourts (37 %).

La version bio du produit ne représente, elle, qu’une goutte de lait face à la crémerie industrielle : 9 000 tonnes annuelles. Pourtant, les consommateurs d’aliments biologiques plébiscitent les produits laitiers. 40 % consomment régulièrement des yaourts, selon le baromètre 2008 de l’Agence Bio. Et pourquoi ne pas ressortir la vieille yaourtière de mamie ? A la clé, des desserts faits maison avec du lait bio, pas de récipient en plastoc non recyclable ou en verre trop énergivore… C’est souvent dans les vieux pots qu’on fait les yaourts verts.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
25 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je fais mes yaourts (au soja ou au lait de vache, mais plus rarement), mon pain, mes soupes et purées, tous mes entremets et desserts, et même mon lait de soja, et d’avoine, mes plats mijotés et mes cuissons vapeurs, mes sorbets avec les fruits (bio, bien-sûr) de mon jardin, dans 1 seul et même appareil : mon Thermomix !! Et en plus pendant qu’il travaille, je fais autre chose ! trop cool !!
    Pour le petit garçon de 5 ans, j’ai 4 enfants (dont un petit garçon de 5 ans), je ne pense pas qu’il ait vraiment VOULU tuer sa soeur, les enfants jouent, se disputent, ne contrôlent pas tous leurs gestes et n’ont pas conscience de l’irreversibilité de la mort. A nous de ne pas laisser traîner d’objets dangereux à leur portée et de les nourrir le plus sainement possible sans trop de produits laitiers, bien-sûr.

    19.08 à 10h33 - Répondre - Alerter
  • Anonyme : pot vs. vache

    J’ai eu une conversation (un peu animée d’ailleurs) avec le directeur du développement durable de Danone au sujet de la recyclabilité des pots, car c’est vrai qu’en tant que consommateur c’est tout ce qu’on voit donc on se focalise là-dessus... Le problème c’est que dans l’impact environnemental du yaourt, le pot c’est quasiment rien comparé au méthane dégagé par les vaches (ce dont l’article ne parle pas). Donc c’est là-dessus qu’il portent leurs plus gros efforts : solutions (tentatives) de récupération du méthane, ou alimentation qui en produit moins (à base de lin par exemple).
    Faire un pot recyclable c’est pas si facile que ça... et compte tenu de l’impact, je comprends que ce ne soit pas là-dessus que Danone porte ses efforts. (Un pot est thermoformé avec une presse défonceuse, contrairement à une bouteille qui est soufflée dans un moule - on ne peut donc pas forcément utiliser le même plastique. En outre, la filière de recyclage est compliquée pour les "petits" emballages. Malheureusement c’est pas si évident que ça...)
    Donc la prochaine fois que vous jetez un pot en plastique à la poubelle non recyclable, faites-le sans scrupule : pensez aux prouts de vache !

    12.08 à 09h47 - Répondre - Alerter
  • Plus écolo que la yaourtière ou la cocotte, le khefir !
    Pensez-y, essayez et adoptez !!!

    14.08 à 07h26 - Répondre - Alerter
  • Nicole : Le yaourt

    A mon avis, il manque encore une étape dans le calcul du coût environnemental et économique du yaourt, car le lait avec lequel il est fait est lui-même un produit transformé par... la vache. La question est : comment est nourrie la vache ? Car s’il a fallu importer sa nourriture de fort loin, peut-être au prix de la déforestation de larges espaces consacrés à la culture de ces aliments (OGM), cela alourdit considérablement l’addition. Dans ce cas, la consommation de lait de soja (bio)produit en France, sans passer par l’étape "vache" est plus avantageuse.

    7.08 à 10h55 - Répondre - Alerter
  • anne : Le yaourt

    Une fois encore, la solution serait : décroissance ! C’est à dire réduire ce que nous consommons. Dans tous les messages que je viens de lire, j’ai trouvé du bon :
    - oui, le lait est une "belle vacherie" que nous ne devrions pas boire autant
    - oui, les animaux sont mal traités, considérés comme des "fabriques à..."
    - oui, on peut remplacer les yaourts de lait de vache, par du soja, de la chèvre ou de la brebis
    - oui, on peut faire ses yaourts soi-même en cocotte-minute
    - oui, on pourrait utiliser des pots de verre consignés

    OUI tout ça, car il n’y a aucune solution-miracle ; il faut bien manger quelque chose, il faut bien acheter un peu, il faut bien soutenir nos agriculteurs. Mais tout cela, on peut le faire "peu" on peut essayer de réduire au maximum son impact personnel sur l’environnement, et vivre mieux en plus !

    14.05 à 10h57 - Répondre - Alerter
    • HomoSapionce : Le yaourt

      On peut surtout éviter de procréer inutilement.

      On se fout volontairement dans une hilarité malsaine de la reproductivité des lapins (ils ######## comme des lapins) et pourtant le lapin commun originaire d’Espagne est en voie de disparition en Europe.

      Par contre il y a un être (l’Humain) qui lui se reproduit sans compter jusqu’à tout faire sauter, dans une impunité la plus totale.

      C’est ici que commence la plus grande des erreurs, soyez moins et vous mangerez moins de yaourts.

      7.08 à 09h45 - Répondre - Alerter
      • une conscience : Le yaourt sent mauvais

        En effet, l’humain semble globalement dénué d’un minimum de bon sens, contrairement aux autres espèces animales, il est incapable de réguler sa population.
        Mais si chacun d’entre nous avait un impact raisonné sur la planète, c’est-à-dire si la nuisance de chaun se limitait à 1 planète, nous pourrions vivre plus nombreux encore. Mais cela nécessite que beaucoup se remettent en question, alors que beacuoup considèrent leur mode de vie comme "non négociable", en France comme ailleurs - et surtout dans les pays dits "développés" (matériellement, mais sous-développés spirituellement et mentalement).
        Je regrette, Français, Françaises, amateurs invétérés de produits laitiers (3e consommateurs mondiaux), mais manger la vache ou manger son veau ou son lait (outre que c’est kif-kif sur la plan éthique), c’est pareillement une catastrophe écologique, dont le luxe ne nous est plus permis.
        Caculez SVP votre empreinte écologique !
        Cela dit, il faut être objectif, vu comme les produits laitiers écourtent la vie, il faut admettre que ses consommateurs ne nuisent pas longtemps à la planète...

        7.08 à 10h49 - Répondre - Alerter
  • Anonyme : Le yaourt

    Bonjour bonjour,

    Cet article est effectivement extrêmement intéressant et révélateur de nos modes de consommation mais voila je crois que si l’on veut rendre à césar ce qui appartient à césar il y a plusieurs solutions possibles et SERIEUSEMENT envisageables pour réduire l’impact écologique de notre consommation de yaourt.
    Commençons par le commencement, les pots en verre. Effectivement ils sont lourds et coûteux à produire : mais la consigne ? J’en entends pas parler souvent et pourtant un système de consigne qui ne détruit pas mais nettoie les pots est je pense peut être plus judicieuse que l’utilisation de pétrole pour créer nos chers petits pots individuels. Aux Pays-Bas, Belgique, Estonie, Allemagne tout se consigne et les gens suivent le système (majoration de 5 à 20 centimes sur les produits consignés remboursés quand retournés). Effectivement ils ne consignent pas les pots en verre puisqu’ils n’en n’ont pas. Mais ils ont mieux. Les pots de yaourt de 1L en carton ! ça utilise moins d’emballage et c’est recyclable, n’est ce pas un miracle ? Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tot ? Effectivement au début quand on a un gros pot de yaourt appétissant on descend le pot en une soirée mais on s’y habitue. Donc moins d’emballage, un emballage plus écolo, moins de place dans le frigo et enfin on est libre de choisir la quantité de yaourt voulue au dessert.
    Que demande le peuple ?

    21.03 à 10h24 - Répondre - Alerter
  • Sylvaine : Le yaourt

    en Suède les yaourts sont conditionnés en brique de 1 litre, donc moins d’emballage et recyclable puisque du carton.
    en attendant, je les fais sans yaourtière dans ma cocotte, le résultat est excellent.

    12.03 à 21h26 - Répondre - Alerter
    • françois : Le yaourt

      merci à tous pour votre contribution à l’avancée écologique déterminante contre le réchauffement climatique que constituera l’adoption de l’attitude la plus verte pour manger un yahourt blanc. au passage merci à tous ceux qui par leurs commentaires ou leurs réponses m’ont désopilé.
      Je retiens que la cocote minute semble la méthode la plus écologique somme toute. A-t-on intérêt à utiliser du lait en poudre pour diminuer la charge CO2 due au transport de l’eau contenue dans le lait oubien est-ce que les procédés de déshydratation du lait utilisés sont plus energivores que de le transporter ? j’ai pas de vache dans mon 2 pièces pour éviter le transport du lait....

      19.03 à 10h13 - Répondre - Alerter
  • MAYLA : Le yaourt

    Article fort intéressant, surtout lorsque l’on connait l’inutilité des produits laitiers et même leur nocivité.
    Par contre ce que la grande majorité ignore (volontairement ou pas) ce sont les souffrances infligées aux vaches chaque année afin qu’elle produisent plus et dont on enlève le veau quasi à la naissance.Stress, souffrances durant les 5 années de leur triste vie (25 ans normalement) et pour finir affolées par l’odeur du sang et de mort dans des abattoirs sordides.
    Mais à part ça bon appétit ; grace à tous ceux qui boivent des laitages et mangent de la viande noous vivons dans des vibrations d’horreur et de mort.
    Ne vous étonnez plus lorsqu’un gamin de 5 ans poignarde sa soeur, c’est logique.

    2.03 à 18h34 - Répondre - Alerter
    • Ainsi consommer du lait aurait un rapport direct avec ce terrible fait divers de l’enfant qui poignarde sa soeur. Je ne sais même pas pourquoi je réponds à une telle bêtise, par désoeuvrement ce soir sans doute ! Le jeune citadin auteur de ce commentaire imbécile ne sait-il pas que nos ancêtres ruraux étaient quotidiennement confrontés à la mort des animaux de la ferme. Mort sans doute injustifiable puisque les pauvres bêtes n’avaient même pas été jugées, ni même accusées d’un crime. Pourtant, que je sache, les enfants n’étaient pas plus violents qu’aujourd’hui. Alors, puisque vous semblez adepte du végétalisme, allez brouter l’herbe des vaches et regardez passer les TGV pour passer le temps (attention aux torticolis !). Nous continuerons à boire et manger des produits laitiers, en remerciant nos amies les vaches pour le sacrifice qu’elles consentent à nous faire. De si bonnes mères privées de leur enfant à la naissance et la presse n’en parle même pas ! Un scandale !

      2.03 à 18h52 - Répondre - Alerter
      • catherine : Le yaourt

        Je suis totalement d’accord sur le non rapport entre la violence d’aujourd’hui avec les abattoirs. Seulement, permettez moi, quand vous dites que les vaches "consentent" hélas non. Le discours de Mayla est, je le consens, des plus extrémistes mais tout ce qu’il dit n’est pas faux. J’ai travaillé dix ans dans le milieu animalier, ai été proche du milieu agricole et quand on considère qu’un animal quel qu’il soit ressens tout le panel d’émotions dont nous ne sommes pas les seuls privilégiés, alors on peut justement dire qu’ils ne sont pas "justement" apprécié.
        Un livre très intéressant : "lait, mensonges et propagande" de Thierry Souccar
        Etayé d’études scientifiques, notre regard change sur ce que devrait être notre (non) consommation du lait.
        Pour finir, vous n’ignorez sans doute pas que nous sommes des animaux de la classe des mammifères, je vous passe la définition que tout le monde connaît pour dire :
        Pouvez vous citer un mammifère qui boit du lait adulte ?

        3.03 à 09h49 - Répondre - Alerter
        • celine : Le yaourt

          Un mammifère qui boit du lait ? Facile : l’ours, par exemple ! Un animal omnivore ( tout comme l’homme), ce qui signifie qu’il peut manger de tout. Les problèmes de santé liés à l’alimentation sont dûs à la consommation excessive d’un groupe d’aliment ou à son éviction totale. Il faut donc manger de tout, tout simplement... Sauf cas particulier : les allergies alimentaires, bien sûr. Du reste, si vous buvez 2l de lait de vache d’un coup, vous risquez d’être malade, mais essayez de boire 2l de lait de soja... le résultat est le même ! Quant au traitement des vaches, il faut vraiment être mal informé et ne pas habiter en campagne pour ne savoir savoir que la situation s’est nettement améliorée depuis quelques dizaines d’années, depuis qu’on a découvert que l’adrénaline donnait mauvais goût à la viande.

          3.03 à 12h00 - Répondre - Alerter
          • laure : Le yaourt

            Bien !
            Meilleure réponse sur le sujet qui pourrait être clos maintenant merci Céline...

            3.03 à 15h47 - Répondre - Alerter
      • Taxer quelqu’un d’imbécilité, bien à l’abri derrière son écran, voilà ce qui s’appelle en avoir dans l’ventre.
        Ça tombe bien, il te faut 4 estomacs pour être à la hauteur des bovins en terme de digestion. T’faudra bien ça pour assimiler beurre, fromages, crème fraîche, verres laits et cie..
        Mais, tu t’en tapes, les produits laitiers sont tes amis pour la vie, ben oui, si on t’le dit, ça doit être vrai...
        Allez, tous ensemble, on s’tient la main, on chante, " les produits laitiers, ce sont nos amis pour la viiiiie...."

        3.03 à 16h13 - Répondre - Alerter
      • Un Monde Parfait : Le yaourt

        Ne vous battez pas !!!!

        Vous ne voulez pas répondre à un commentaire qui vous semble extrémiste, mais finalement vous répondez tout de même et d’une manière tout au moins aussi extrémiste.

        Il est déjà pas mal que certains fassent eux mêmes leur yaourts, plutôt que de les acheter.

        Mais il est vrai que le mieux serait de pouvoir manger de bons yaourts sains et bio, dont leur fabrication n’aurait pas ni produit de CO2, ni pollué, ni torturé aucune vache ou autre animal etc.. etc..

        Hélas ce n’est pas comme cela, l’homme (l’humain) n’est plus un super prédateur mais est devenu un super destructeur, un super consommateur, un super reproducteur, un super mangeur de yaourts...

        3.03 à 16h45 - Répondre - Alerter
    • JPC : Le yaourt

      Désolé ! ce n’est pas le gamin !!!!!

      5.03 à 14h14 - Répondre - Alerter
  • Anonyme : Le yaourt

    Une suggestion : la yaourtière (une cinquantaine d’euros à l’achat).
    Avec un litre de lait, huit yaourts dont sept consommés et le huitième réutilisé pour la séquence suivante.
    Les pots sont en verre, donc non jetés. Compter avec une petite occupation du lave-vaisselle, ainsi qu’avec l’électricité de la yaourtière et le trajet du litre de lait...
    Temps de préparation : environ 2 minutes (10 si on fait préalablement bouillir le lait).

    2.03 à 09h47 - Répondre - Alerter
    • Quand la yaourtière est tombée en panne, j’ai hésité... à en acheter une autre. Et puis décidément non. J’ai testé mon four pour définir la bonne température pour la préparation des yaourts (entre 37 et 45°C), j’ai du rajouter une graduation sur le thermostat car elle ne commençait qu’à 80°C et c’est parti ! Depuis, je ne prépare plus 1 mais 2 litres de lait bio à la fois (17 yaourts pour 5 c’est le mini !!) et pas besoin de matériel supplémentaire. Ça veut dire que c’est possible pour toute personne qui a un four dans sa cuisine. Seul bémol, il faut quand même un four nucléaire (entendez électrique) !

      2.03 à 17h31 - Répondre - Alerter
      • Plus simple que le four : la cocotte minute, ça marche aussi très bien. quelques cm d’eau à 45 °C au fond, refermez pour la nuit et ensuite au frais !

        2.03 à 20h49 - Répondre - Alerter
        • thery : Le yaourt +

          Je faisais mes yaourts avec la cocotte minute autrefois. Je ne me rappelle plus de la recette. Il faut chauffer le lait ? Un yaourt pour un litre de lait ?

          9.08 à 20h46 - Répondre - Alerter
          • et encore plus simple que la cocotte minute ou le four et pas d’utilisation ni de gaz et d’électricité pendant des heures et des heures : utilisez un thermos !
            il suffit de :
            1 litre de lait
            1 yaourt
            de faire chauffer la moitié du lait
            on mélange l’autre moitié dulitre de lait avec le yaourt
            On mélange le tout pour obtenir une préparation d’environ 45°c
            on fait chauffer de l’eau bouillante que l’on verse dans un thermos
            on vide l’eau et on remplace par notre préparation qu’on laissera dans le thermos entre 8 et 12h .
            et voilà ...... !!!!!!

            25.08 à 08h30 - Répondre - Alerter
      • dufour anne : Le yaourt +

        bj, je viens de lire votre info sur les yaourts au four, combien de temps à 37/45 ° ?
        merci d’avance pour votre réponse
        anne

        8.08 à 16h39 - Répondre - Alerter
    • Sandra : Le yaourt

      Entièrement d’accord, et comme ça vous pourrez découvrir les yaourts au miel (mes préférés) , qui n’existent pas à ma connaissance dans le commerce.

      2.03 à 18h04 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité