publicité
Accueil du site > Actu > L’objet > L’objet "qui tue" : cette semaine, la couche-culotte
22-06-2006

L’objet "qui tue" : cette semaine, la couche-culotte

Taille texte
 
Chaque année, 3 millions de tonnes de couches jetables sont utilisées en France. Pratiques et bon marché, elles nécessitent la destruction de 5,6 millions d'arbres, l'utilisation de 47 000 tonnes de pétrole. Et deviennent un déchet de longue durée : de 200 à 500 ans !
SUR LE MÊME SUJET

Tom, un beau bébé tout rond, est né ce matin à 8 h. Dans trente mois, il aura produit - rien qu’en couches-culottes - 500 kg de déchets. Si l’on y inclut ses congénères - plus de 807 000 naissances en 2005 en France -, ce sont 403 000 tonnes de couches-culottes qui finiront dans la poubelle sur la même période. Pour les trois principaux industriels du secteur présents sur le marché français - Procter & Gamble, Kimberly Clark et SCA -, l’essentiel tient dans une autre statistique. En 2005, le chiffre d’affaires de cette filière a dépassé 600 millions d’euros. La couche-culotte, très pratique, est également un produit très lucratif et donc très créatrice d’emplois. Voilà pour l’aspect économique et social.

Maintenant, creusons la question environnementale : de quoi se compose une couche jetable ? De papier, de dérivés pétrochimiques et de coton. Pas fameux. Lors d’un test réalisé en 2000, Greenpeace avait même repéré des composants hautement toxiques à l’intérieur de certaines couches. L’alternative ? Les couches lavables et réutilisables. Une thèse présentée à la Faculté universitaire des sciences agronomiques de Gembloux (Belgique) et relayée par le CNIID (Centre national d’information indépendant sur les déchets) décortique et compare la couche jetable et la couche lavable, et donc réutilisable.

Ce document montre que dans la phase d’utilisation, la couche jetable fait appel à davantage de matière première qu’une couche lavable mais qu’elle consomme moins d’eau et de lessive. Logique. Toutefois, au total, si on s’intéresse non seulement au cycle d’utilisation mais aussi au cycle de production de la culotte, les couches lavables nécessitent 2,3 fois moins d’eau, 3,5 fois moins d’énergie et 8 fois moins de matières premières non renouvelables qu’une couche jetable. Le verdict se révèle implacable : l’empreinte écologique de la couche lavable est plus de deux fois meilleure que celle de la couche jetable.

Côté porte-monnaie, enfin, la balance penche également en faveur de la couche lavable. Cette dernière nécessite un budget de 600 euros pour les trente premiers mois de l’enfant contre 1 700 euros pour la couche jetable.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
14 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • l’auteur de cet article a t’il eu plus de 2 enfants ? (chiffre nécessaire pour le renouvellement de la population), les parents des enfants travaillent-ils tous les deux ? a t’il lavé lui-même TOUTES les couches culottes non jetables de ses enfants ?
    seul un oui à ces 3 questions l’habilite à conseiller un type de couche-culotte !!!!!!!!!!!!!!!

    21.05 à 08h27 - Répondre - Alerter
    • Pareil,
      J ai deux jumeaux. A peine le temps de manger quant à laver les couches je n’osent pas imaginer.

      Par contre pourquoi ne pas changer la composition des couches jetables, pour qu elles soient bio degradables....

      21.05 à 10h43 - Répondre - Alerter
      • Nous avons 2 enfants (2 ans et 4 mois) tous deux ont des couches lavables. Nous travaillons tous les deux. La seule contrainte est de s’organiser pour avoir des couches sèches en suffisance pour donner a la nounou.
        C’est bien peu de soucis quand on regarde tous les avantages des couches en coton (pas de produit chimique pour rendre absorbant, meilleure respiration, pas allergène, pas de déchet, moins d’odeur, moins cher...)

        D’autre part je ne vois pas comment on peut faire une couche jetable biodégradable... si on ne met pas de produit actif pour absorber, alors on va mettre du coton :) et ca devient une couche lavable !!

        30.05 à 23h22 - Répondre - Alerter
    • j’utilise également des couches lavables et nous sommes des parents qui travaillons tous les 2. au départ j’avais peur d’être "débordée" par la gestion de ce linge en plus mais finalement aucun souci d’organisation et je ne regrette pas ce choix : c’est plus écolo et c’est bcp mieux pour la santé et les fesses de bébé !

      l’utilisation de ces couches devarient vraiment se développer

      4.06 à 06h34 - Répondre - Alerter
    • seul un oui à ces 3 questions l’habilite à conseiller un type de couche-culotte !!!!!!!!!!!!!!!

      N’importe quoi comme argument^^ SI je suis ce raisonnement vu que j’ai pas le permis et pas de voiture j’ai rien a dire en tant que piéton de base au sujet des accidents, de l’imprudence au volant et en tant que passager je dois l’ecraser si mon chauffeur crame un feu, une ligne continue ou qu’il ouvre un bouteille de pinard en conduisant etc...Vous m’effrayez^^

      Désolée je vis sur la meme planète que vous et j’ai mon mot à dire sur le respect de NÔTRE biotope quand bien meme je n’ai pas d’enfant...et vos gosses ont peut-etre beau ne pas savoir encore parler VOUS VOUS DEVEZ de prendre en compte la planète que vous leur léguerez un jour....^^ Je connais plein de mamans qui utilisent des lavables avec parfois déjà 3 gosses(voir plus)a charge et les deux qui bossent dans le couple ^^

      Qui plus est il ya des moyen de limiter l’impact du lavage en machine...^^changer de lessive (par ex utiliser des noix de lavage et des huiles essentielles ou de la lessive "ecologique") utiliser des balles de lavage, choisir une machine classée A niveau energetique, economisez de l’energie sur d’autre trucs (lumière isolation/chauffage/clim’, voiture, Four, etc...)utiliser du vinaigre pour remplacer l’assouplissant(de toute façon l’assouplissant ça nuit a bébé et a l’efficacité des couches lavables) utiliser des lingettes en tissu lavable pour essuyer le plus gros quand on change la couche....etc

      Soit vous n’avez pas assez cherché à changer votre mode de vie, repenser votre organisation, soit vous etes confinée dans des habitudes et incapables de vous adapter du point de vue psycho, soit vous n’etes pas assez informées mesdames, soit vous n’en avez en réalité rien a pété de l’avenir de vos gosses et c’est tout ce que vous avez trouvé comme excuse pour vous dedouaner^^

      J’espères que vous reverrez la question car elle en vaut la peine....itou pour les tampax et les serviettes hygiénique^^

      Voir en ligne : L’hallu !!!

      17.09 à 17h20 - Répondre - Alerter
      • bonjour je ma’appelle keeno je crois que vous n’avez jamais testez la prevencouche et bien je vous conseil de la tester 30 euros et en plus c bio degradable !!!!!!!!!!

        30.11 à 14h36 - Répondre - Alerter
        • Bonjour je m apelle Joffrey Grand !! Je suis tres interessé par cette magnifique trouvaille de Mr Keeno. J’aimerai bien recevoir un exemplaire de cette prevencouche. Merci de me repondre rapidement pour que je puisse vous communiquez mon adresse et mon numéro de telephone.

          Merci d avance

          Mr Grand

          7.12 à 13h15 - Répondre - Alerter
          • bonjour m.grand jai l’honneur de vous essayer gratuitemet mon produit pour la modeste somme de 20€ je vous transmet mes coordoner 06 12 07 54 51 merci
            au revoir _ !!!
            m.keeno

            10.12 à 11h17 - Répondre - Alerter
  • Baby Pampers : La couche-culotte

    Et pourquoi pas sans couche du tout ??????

    23.04 à 00h48 - Répondre - Alerter
  • ZELECTRON : La couche-culotte

    Ils sont tombés sur la tête !

    .....et les Couches Biodegradables ? personne n’en parle !

    22.04 à 23h32 - Répondre - Alerter
  • Anonyme : La couche-culotte

    Bonjour,

    votre article mentionne une étude prouvant que la couche réutilisable est plus économe et écologique que la couche jetable ; pourrais-je s’il vous plaît connaître vos sources, avoir les références de l’étude ?

    En vous remerciant

    Léonie Davoine

    27.06 à 08h48 - Répondre - Alerter
  • Suricate : La couche-culotte

    Les choses ne sont malheureusement pas aussi simples que cela. Je ne sais pas d’où vous tirez vos études d’impact, mais des LCA (Life Cycle Analysis ou analyse du cycle de vie) ont été calculées en Angleterre - avec l’idée de défendre les couches lavables - qui ont mis en évidence que les couches lavables n’étaient pas aussi idylliques, pour une raison très simple : les laver consomme de l’eau et nécessite l’utilisation de lessive et d’électricité, plus le fait que les parents enlèvent "le plus gros" avec des mouchoirs ou des sacs plastiques. Il ne s’agit donc pas de s’arrêter au produit fini comme vous le faites, mais de prendre le produit sur toute sa durée de vie...

    Ce qui change considérablement la donne car, au final, en intégrant tous les paramètres (électricité, déchets, eau...), la couche lavable ne représente plus d’avantage significatif pour l’environnement. Ce résultat est souvent utilisé comme illustration pour la gestion des problèmes environnementaux et ne date pas d’hier. Les premières études remontent à 2001.

    Il est évident que ce résultat est à manier avec extrême précaution (j’insiste) car il pourrait vite être utilisé à très mauvais escient pour défendre des modes de consommation aux antipodes du développement durable... mais il n’en reste pas moins un bel exemple de la complexité à gérer notre environnement.

    Pour les anglophones parmi vous, vous trouverez une présentation de la méthode utilisée et ses conclusions :

    Voir en ligne : Voir la présentation

    23.06 à 11h20 - Répondre - Alerter
  • Aurélie GIGANDET : La couche-culotte

    Bonjour,

    Les couches bébés jetables représentent 913 kg de déchets par enfant, de sa naissance à sa propreté. Un couple qui accueille son premier enfant augmentera sa production de déchets de 50 % uniquement en prenant en compte les couches jetables. Et la commune se servira des impôts locaux que payent les parents (taxe d’enlèvement des ordures ménagères) pour enfouir ou incinérer ces déchets, ce qui lui coûtera entre 80 et 90 euros par enfant. Oui, c’est pratique de mettre une jetable, mais ce n’est pas plus compliqué de mettre une couche lavable à son bébé : les couches actuelles sont taillées de la même manière.

    Voir en ligne : Campagne nationale d’information du CNIID sur les couches lavables

    22.06 à 15h44 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité