publicité
Accueil du site > Actu > Green People > Yann Arthus-Bertrand, 6 milliards d’autres et lui et lui et lui
Article Abonné
28-05-2009

Yann Arthus-Bertrand, 6 milliards d’autres et lui et lui et lui

Taille texte
 
Penché à la porte de son hélicoptère, Yann Arthus-Bertrand a fait chavirer le cœur vert des Français avec ses photos. Il espère rééditer l’exploit avec le film « Home ». Son charme envoûte les mécènes et les politiques. Et en matière de soutien, le sexagénaire est totalement décomplexé.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°4 - juin 2009

Le bio est-il réservé aux riches ?

Yves Cochet vient de publier un livre érudit et puissant qui appelle à la décroissance et à la sobriété (1). L’homme est docteur en mathématiques, ancien ministre de Lionel Jospin, aujourd’hui député Vert. Il vient aussi de passer deux semaines aux Etats-Unis aux côtés de Yann Arthus-Bertrand, l’homme qui a fait fortune avec la planète – 3 millions d’acheteurs de La Terre vue du Ciel –, devenu vulgarisateur numéro un de l’urgence écologique. « YAB » pour les intimes, l’homme qui tutoie Nicolas Sarkozy et des capitalistes-mécènes (BNP, Air France, Pinault-Printemps-Redoute…) ; celui que les décroissants qualifient d’« éco-Tartuffe » – comme ils le font avec Nicolas Hulot – ou d’« hélicologiste » pour cause de prises de vue aériennes et donc polluantes.

Et alors ? Et alors, on sent qu’Yves Cochet est séduit. Sollicité au titre d’expert pour participer à un Vu du Ciel – l’émission documentaire de YAB sur France 2 – consacré à la fin du pétrole, le député a observé l’animal. « D’abord, c’est un œil. Il est doté d’une sorte d’intuition oculaire hors du commun. Ensuite, c’est un énorme bosseur qui met ses équipes à rude épreuve. Enfin, c’est un véritable écologiste, dont le message est populaire et efficace. Mais il est aussi sans scrupules dans le choix de ses sponsors, très heureux de sa notoriété, ravi d’avoir été couronné ambassadeur de l’ONU pour l’environnement. »

Justement. Mercredi 22 avril, 21 heures, hôtel Intercontinental à Paris. Dîner de gala onusien. Une élite mondialisée et multicolore picore des gourmandises chocolat-framboise. Plus loin, des images du cyclone Katrina défilent sur un écran. Sur fond d’hymne footballistique – We are the champions –, Yann Arthus-Bertrand reçoit, avec six autres personnalités dont le ministre norvégien de l’Environnement, un défenseur américano-papou des forêts tropicales ou un spécialiste indien des éoliennes, le titre de Champion de la Terre 2009, catégorie « inspiration et action », décerné par le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue). Et celui donc d’ambassadeur itinérant de ce même Pnue. Lorsque son tour vient, et puisque l’ambiance tient plus de celle des Césars que d’une remise de médailles de la Résistance, YAB brandit son trophée façon Coupe du monde, rigole et parle de son film Home dans un anglais de cuisine décomplexé.

Ex-cancre des beaux quartiers

En matière de récompenses, YAB s’y connaît. La Maison Arthus-Bertrand, entreprise familiale de fabrication de médailles et autres épées d’académiciens, sise à Saint-Germain-des-Prés, est le fournisseur officiel de la Légion d’Honneur. YAB, lui, en est chevalier, mais également officier de l’Ordre national du mérite, académicien des Beaux-Arts, prix Georges-Pompidou, et on en passe. Mais là, les Nations unies, quand même ! Yann Arthus-Bertrand se sent fier et le dit. A 63 ans, l’ex-cancre des beaux quartiers, l’ex-jeune premier (il fit du cinéma), l’ex-directeur de réserve animalière dans l’Allier, l’ex-grand reporter spécialisé dans le sport (10 Paris-Dakar couverts) et la nature, reçoit sa meilleure note.

Mieux, c’est l’ONU qui vient à lui, ce 30 avril, au siège de son association GoodPlanet, via deux représentantes du fameux Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec). Elles ont fait le déplacement pour mettre sur pied avec lui un projet d’exposition sur le climat pour le sommet de Copenhague, en décembre. Totalement sous le charme du moustachu, elles n’ont pas un sou à proposer. Soupir de YAB : « Va encore falloir que je trouve du fric… »

« Pas de grille de lecture idéologique »

Il est pourtant maître en la matière, lui qui répète à l’envi que « pour soutenir “ Home ”, François Pinault a dit OK en cinq minutes ». Montant du chèque : 10 millions d’euros. GoodPlanet, au budget annuel de 5 millions d’euros, est presque intégralement financée par le mécénat privé, d’Apple à Accenture en passant par la BNP, Air France ou Suez. L’ONG se décline en Action carbone, qui soutient des projets d’énergie propre dans les pays du Sud via la compensation carbone des entreprises ; GoodPlanet Junior, qui offre des colos vertes aux enfants défavorisés ; GoodPlanet conso qui informe sur les produits verts ; sans oublier les grands projets de sensibilisation à l’écologie, le site d’informations GoodPlanet infos, les kits de posters gratuits pour les écoles, les expositions géantes (« 6 milliards d’autres ») et, maintenant, le film.

Une collaboratrice analyse : « Ce n’est pas un intellectuel. Il n’a pas de grille de lecture idéologique sinon celle de son milieu, de droite et libéral. Mais sur le terrain, face à la pauvreté écrasante d’un pays du Sud, ce vernis libéral peut craquer. » A une journaliste d’Arts Magazine venue l’interviewer, il lâche : « Je pense qu’un écolo doit parler aux chasseurs, aux industriels. Un écolo doit être récupéré. »

Tandis que Nicolas Hulot, âpre, inquiet, pessimiste, commence à remettre en cause la notion même de développement durable (son interview dans Terra eco), YAB l’esthète est résolument « DD », se dit « moins en colère qu’avant » et promène un messianisme glamour qui séduit le grand public, les hautes sphères, et même les écolos, comme Serge Orru, directeur du WWF. « Une diva, un ego, oui. Bon… C’est d’abord un type fertile, extrêmement précieux, qui touche toute la population grâce à ses livres et ses émissions ! » L’hélicologie n’a donc pas dit son dernier mot. 

(1) Antimanuel d’écologie, Bréal, 2009


EN DATES ET EN GESTES

1946 Naissance à Paris

1967 Prend la direction d’une réserve animalière dans l’Allier

1976 Part observer les lions au Kenya et découvre la photographie vue du ciel 1999 Publie La Terre vue du ciel (3 millions d’exemplaires)

2009 Création du site GoodPlanet infos et sortie du film Home.

Il vient d’installer une chaudière à bois dans sa maison de Rambouillet et limite sa consommation de viande.

Photo : Pierre-Emmanuel Rastoin pour Terra Eco

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité