publicité
Accueil du site > Métiers/Formations > Vous travaillez pour la planète ? Participez à l’appel à témoins de Terra eco (...)
4-10-2013

Vous travaillez pour la planète ? Participez à l’appel à témoins de Terra eco !

Taille texte
 
Vous travaillez dans un métier du développement durable, ou dans un métier « traditionnel » qui se verdit à vive allure ? Les journalistes de Terra eco aimeraient vous proposer de témoigner de votre expérience, dans l'édition 2014 des « Nouveaux métiers et des emplois verts ». Une édition participative, donc.
SUR LE MÊME SUJET

Vous exercez un métier touché par le chantier de la rénovation énergétique des bâtiments ?

Vous travaillez dans le secteur de l’urbanisme  ? Du green IT ?

Vous baignez dans les métiers de l’alimentation bio ? De la forêt  ? De la mer  ?

Votre truc, c’est la dépollution  ? Les transports  ? Le tourisme  ? Les déchets  ? Les énergies renouvelables ? Les biomatériaux  ?

Dites-le nous : expliquez en quelques lignes ce que vous faites, dans la rubrique des commentaires au bas de cet article. Racontez un peu ce qui vous plaît ou vous déplaît. Nous prendrons contact avec vous dans les jours qui viennent. Et, qui sait, peut-être vous verra-t-on bientôt dans les colonnes de Terra eco.

Merci de votre participation !

Retrouvez notre base de plus de 120 métiers ou formations et découvrez pour quel job vous êtes fait(e).

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
37 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,

    J’ai pour ma part orienté mon travail très traditionnel vers le green en 2010, je dois avouer que c’était un challenge de lancer sa propre entreprise car la notion d’écologie y était peu répandue à ce moment là. Je parle du métier de styliste. J’ai donc tout lâché pour ne créer que des vêtements en matières durables, naturelles et bio avec la fabrication française laissant au vêtement peu de chance de parcourir de grandes distances.

    Pour plus d’infos, rendez-vous sur www.eros-et-agape.fr

    Bien à vous,
    Cécile.

    4.12 à 11h52 - Répondre - Alerter
  • Éric Balat inventeur deL’Albatière®

    Eric Balat poursuit son innovante idée de rénover sa fermette de Cuguron avec l’aide de sponsors. Son travail l’a amené à trouver des astuces pour reconstruire avec des matériaux écologiques ou encore recyclés.

    Son projet comprend dans divers domaines des solutions innovantes avec par exemple le traitement des eaux avec un épurateur « coco écoflo » ou encore avec l’énergie et de panneaux photovoltaïques. Quelquefois les solutions sont données par des professionnels, aujourd’hui c’est lui qui délivre ses secrets dans une revue. Eric Balat a des techniques à partager avec les amoureux des belles choses, de l’authentique. Voilà quelques semaines que « L’Albatière® » est une marque déposée. Il s’agit d’un enduit composé de copeaux de bois, chaux, plâtre, cendres… Cette nouvelle matière innovante a de bonnes performances énergétiques. Il s’agit d’un produit naturel qui s’applique aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur en façade. Et si on lui demande pourquoi l’albatière,® il répond « J’ai inventé ce nom pour ce matériaux simple, il y associe mon nom, bâtir et la terre. Lorsqu’il est prononcé il semble avoir toujours existé ».

    La Dépêche du Midi

    www.albatiere.com

    2.02 à 10h36 - Répondre - Alerter
  • Objet : Rénovation d’une ferme en auto rénovation écologique sponsorisée à 100%....récupération anciens matériaux et mise en avant de nouveaux matériaux et installations écologiques
    J’ai mis au point une matière spécial rénovation sur mon chantier d’auto rénovation ...il s’agit de L’Albatière (marque déposée) avec brevet

    Bonjour,
    Depuis quelques mois je prépare un projet basé sur le sponsoring...aujourd’hui ce projet à pris une grande dimension.

    Cette fermette sera et restera la vitrine de tous les matériaux et équipements utilisés.
    Aujourd’hui 10 fournisseurs et fabricants officiels se sont investis sur ce projet ce qui veut dire que nous sommes actuellement à 60% sponsorisés sur cette rénovation.

    Un écrivain Mr LOUIS Christian s’intéresse de près à cette éco rénovation originale...il est en train d’écrire cette histoire de rénovation sous forme romanesque...à suivre donc

    LE PROJET :
    Une rénovation méthode sponsoring : je mets en place une opération sponsoring sur des travaux de rénovation. L’idée étant de mettre en avant par de la publicité Locale, Régionale et Nationale : des fournisseurs, des fabricants et autres intervenants sur la rénovation complète de notre fermette...en échange de gratuité de matériel, d’outillage et de fournitures ... beaucoup de sujets sont réunis sur ce projet :Rénovation, auto rénovation écologique, opération sponsors..
    Sur ce projet ouverture de deux chambres d’hôtes et d’un atelier artisanal en plus de l’habitation principale.
    Cette ferme Commingeoise se trouve sur un terrain de 8 000m² face aux Pyrénées au sud de Toulouse, dans un petit village de 230 habitants. CUGURON 31210 à 3 km de MONTREJEAU

    Un blog en cours de création présentant mon projet à déjà reçu plus de 32 000 visites...ce projet intéresse beaucoup d’internautes.

    eric-deco.blog4ever.com

    Eric BALAT 24 Avenue de St-Gaudens
    31210 MONTREJEAU

    06 87 52 05 19
    eric-deco@hotmail.fr

    14.01 à 11h30 - Répondre - Alerter
  • Objet : Rénovation d’une ferme en auto rénovation écologique sponsorisée à 100%....récupération anciens matériaux et mise en avant de nouveaux matériaux et installations écologiques
    J’ai mis au point une matière spécial rénovation sur mon chantier d’auto rénovation ...il s’agit de L’Albatière (marque déposée) avec brevet

    Bonjour,
    Depuis quelques mois je prépare un projet basé sur le sponsoring...aujourd’hui ce projet à pris une grande dimension.

    Cette fermette sera et restera la vitrine de tous les matériaux et équipements utilisés.
    Aujourd’hui 10 fournisseurs et fabricants officiels se sont investis sur ce projet ce qui veut dire que nous sommes actuellement à 60% sponsorisés sur cette rénovation.

    Un écrivain Mr LOUIS Christian s’intéresse de près à cette éco rénovation originale...il est en train d’écrire cette histoire de rénovation sous forme romanesque...à suivre donc

    LE PROJET :
    Une rénovation méthode sponsoring : je mets en place une opération sponsoring sur des travaux de rénovation. L’idée étant de mettre en avant par de la publicité Locale, Régionale et Nationale : des fournisseurs, des fabricants et autres intervenants sur la rénovation complète de notre fermette...en échange de gratuité de matériel, d’outillage et de fournitures ... beaucoup de sujets sont réunis sur ce projet :Rénovation, auto rénovation écologique, opération sponsors..
    Sur ce projet ouverture de deux chambres d’hôtes et d’un atelier artisanal en plus de l’habitation principale.
    Cette ferme Commingeoise se trouve sur un terrain de 8 000m² face aux Pyrénées au sud de Toulouse, dans un petit village de 230 habitants. CUGURON 31210 à 3 km de MONTREJEAU

    Un blog en cours de création présentant mon projet à déjà reçu plus de 32 000 visites...ce projet intéresse beaucoup d’internautes.

    Eric BALAT 24 Avenue de St-Gaudens
    31210 MONTREJEAU

    06 87 52 05 19
    eric-deco@hotmail.fr

    14.01 à 11h25 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Depuis 3 ans, nous développons la recyclerie créative de Bordeaux, à travers l’association ATELIER D’éco SOLIDAIRE. Nous sommes en 2013, dans l’année étalon, avec un local de 1 200 m2 mise à disposition en 2012, afin de générer l’activité de collecte de déchets encombrants, de valorisation créative, de vente et de sensibilisation à des pratiques plus respectueuse de l’environnement. Nous collectons des déchets d’entreprises ou de particuliers, afin de produire une économie sociale et solidaire. Nous vendons un certain nombre d’équipements à bas coût sur un quartier sensible (livres, vaisselle, vêtement, meubles, etc).
    Le complément de compétences développer par la structure se positionne sur une part significative de valorisation créative de matières, objets et mobilier, dans le but d’augmenter les volumes retournant dans la consommation.
    Nous avons créé 10 emplois, pour 70 tonnes collectées en 2013 et 40 tonnes retournées dans la consommation, au lieu d’être enfouis ou brûlés.
    Notre site internet et notre page facebook sont parfaitement documentés pour mieux comprendre le champ de notre intervention... atelierdecosolidaire.com

    29.11 à 17h40 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Je travaille pour ma part à l’agence française développement en Turquie où le mandat concerne la lutte contre le changement climatique et le soutien de la politique de développement durable du pays. Nous soutenons financièrement et techniquement des programmes du gouvernement et de municipalités, et aidons également les banques locales à développer une offre de financement adaptée à cet objectif. C’est sur ce dernier volet que je travaille.
    Cela consiste principalement à développer l’offre de services bancaires locale pour le financement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables, principalement pour les PME et l’industrie. Depuis les premiers programmes dédiés à cette thématique lancés en Turquie en 2005, toutes les banques ont désormais des produits adaptés aux besoins de leur clients et savent comment répondre à leurs besoins de réduction d’intensité énergétique. Tous les bailleurs de fonds internationaux sont également désormais présents sur ce sujet ici.

    J’aime ce métier car il peut avoir un impact majeur sur un secteur entier d’une économie énergivore et sensibiliser les parties prenantes de cette économie à leur impact environnemental. En même temps, c’est une tâche difficile car les objectifs par nature ambitieux de l’AFD ont un risque de ne pas être atteints lorsque le marché n’est pas prêt. En ce sens, l’équilibre à trouver ne peut s’atteindre que par une veille et un dialogue proche avec les acteurs acteurs ciblés.

    4.11 à 13h37 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Je souris en voyant votre appel à témoignage, qui me fait penser à toutes les fois où quelqu’un me demande ce que je fais dans la vie, et à qui je réponds souvent en plaisantant "whof moi tu sais... je sauve la planète... !".
    Je coordonne le réseau d’éducation à l’environnement dans la fédération française des associations de protection de l’environnement. J’ai également été chargée de projets sur la thématique de la réduction des déchets et de l’éco-consommation, dans la même structure.
    J’aime travailler avec les associations, comprendre leurs problématiques locales, essayer de les aider du mieux que je peux dans leurs actions, valoriser leur travail et leurs engagements au niveau national. Sur le terrain, chaque rencontre est enrichissante, c’est une vraie chance de pouvoir aller régulièrement à la rencontre des acteurs quotidiens de la protection de l’environnement.
    Voilà vous savez tout, ce n’est pas moi qui sauve pas la planète, c’est elles (les associations) :) mais j’espère que j’y contribue à ma petite échelle, comme le colibri et ses petites gouttes d’eau !
    Dans ma vie perso, je suis très impliquée dans l’association Disco Soupe à Nantes, c’est du bénévolat mais c’est du travail aussi je peux vous dire ! ;) Nous organisons des happenings festifs et participatifs où nous invitons tout le monde à venir éplucher et confectionner des soupes et salades, à partir de fruits et légumes invendus, pour sensibiliser à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Nous démontrons ainsi que ces fruits et légumes, qui étaient destinés à aller à la poubelle, sont tout à fait consommables et qu’on peut cuisiner de très bons plats avec ! J’ai de la chance d’être dans une chouette équipe ultra motivée, avec qui je partage de nombreuses valeurs : le zéro gâchis, le zéro déchets, le partage, la mise en commun, la sobriété, la simplicité, le bon sens, … et surtout on rencontre plein d’autres acteurs porteurs d’initiatives qui nous tiennent à cœur aussi.
    Voilà, au plaisir de vous en dire plus ! ;)

    1er.11 à 19h59 - Répondre - Alerter
  • On sait tous que notre mode de vie est générateur de tant de déchets que l’on ne sait plus comment les éliminer. Coûts financiers, impacts environnementaux, levée de boucliers des citoyens, les déchets pèsent trop lourd. Les lois Grenelles ont fait de la prévention des déchets une priorité. Un certain nombre de collectivités territoriales se sont donc engagées dans cette voie en embauchant des personnes comme moi.

    Je suis Eco-conseillère. Je travaille pour une ville dont je mène le Programme Local de Prévention des déchets. Cela veut dire qu’après avoir effectué un diagnostic de la production des déchets dans cette ville, j’ai mis en évidence les principaux gisements de production. Déchets de jardins, restes des cantines, encombrants des particuliers, papiers usagés des entreprises... Pour chaque gisement j’ai mis en place des actions de réduction.

    C’est ainsi que nous proposons aux particuliers des composteurs pour leurs déchets verts, avec des animations pour les y aider, des réunions publiques pour les informer. Un réseau de joyeux composteurs se développe désormais. Pour les déchets des cantines, nous mettons en place une grosse opération de sensibilisation des personnels de cantine et des enfants contre le gaspillage alimentaire. Les entreprises sont incitées à la réduction de leurs déchets par un contrat avec nos services...

    Chaque jour je fait avancer l’un des dossiers qui correspond à un de nos gisements. Hier je communiquais auprès des élus du territoire pour les sensibiliser. Aujourd’hui j’organise un mini festival pour promouvoir le réemploi et l’éco-consommation, avec la ressourcerie et les associations. Demain je réaliserai une étude de dimensionnement d’un composteur semi industriel. Mon métier a du sens : Chaque jour je sauve un peu la planète, à ma petite échelle !

    28.10 à 14h42 - Répondre - Alerter
  • Salut les Terra Eco-journalistes !
    Comme c’est la 1ère fois que je poste un commentaire sur votre site internet, je tenais à vous dire que je suis un "fan" de Terra Eco notamment pour votre manière de faire du journalisme et d’apporter une information complète et réellement étudiée. Et surtout qui prend en compte le développement durable comme fil conducteur des dossiers. Donc c’est toujours un plaisir de pouvoir vous lire.

    Un ami m’a transmis cette article pour que je vous fasse part de mon activité ou plutôt de l’activité de l’association midi-pyrénéenne Elémen’terre dans laquelle je suis salarié depuis presque un an.

    En effet, je suis chargé de mission au développement des pratiques éco-responsables. Nom de fonction un peu compliqué qui peut se traduire par « accompagner les organisateurs d’événements à mettre en place une démarche éco-responsable pour limiter l’impact de leur manifestation sur l’environnement » .

    Elémen’terre a démarré en 2008 en mutualisant des gobelets réutilisables entre tous ses adhérents. Résultat : de 2010 à 2013, le nombre de gobelets prêtés est passé de 125.000 à 340.000 et le nombre événements couverts de 300 à 605 et Elémen’terre a pu créé entre temps un poste de chargé de mission pour accompagner de manière globale les organisateurs d’événements sur des thématiques allant des déchets à l’énergie en passant par la restauration ou les transports.

    J’ai par exemple accompagné à l’éco-responsabilité, le festival Rio Loco qui a lieu à Toulouse en juin et qui rassemble plus de 120.000 personnes en 6 jours.

    Mon poste à Elémen’terre est un poste que je n’imaginais pas existé en sortant d’école d’ingénieur en septembre 2012. Au final, c’est un poste riche où je rencontre une multitude d’acteurs (politiques, culturels, EEDD, etc.) et qui me permet de promouvoir le développement des pratiques éco-responsables sur les événements.

    Pour en savoir plus sur Elémen’terre :
    Site Elemen’terre

    28.10 à 12h10 - Répondre - Alerter
  • Je suis écoeurée de voir tant de pseudo-métiers au nom de l’écologie et du "développement durable", expression totalement redondante cela dit...
    L’écologie ne doit pas être un gagne-pain, la vraie écologie est gratuite parce qu’elle fait faire des économies d’argent, de temps, d’énergie, ... et qu’elle est accessible à tous, pour tous et tout le temps.
    Un concept, un objet, ou quoique ce soit d’autre vendu au nom de la protection de la planète est une ARNAQUE !!
    Et les gens qui s’en vantent sont tous des crevards, qui veulent toujours plus, alors qu’être respectueux de la nature, c’est d’abord être humble, discret et économe...

    28.10 à 09h15 - Répondre - Alerter
    • Tout à fait d’accord !

      Le site ne veut pas de mon lien pour le petit film d’animation qui pourraient en éclairer plus d’un : chercher sur un site connu de moteur de recherche la video "sans lendemain". Très bien faite, avec des mots très bien choisis, elle remet les pendules à l’heure, les barres sur les T et les points sur les i !!
      Cdlt

      28.10 à 09h22 - Répondre - Alerter
    • Et vous, vous faites quoi ? Votre commentaire est très constructif.
      A part être dans le monde des bisounours, rien n’est gratuit. Pour moi tous ces témoignages sont positifs, personne n’essaye de vendre quoi que ce soit, il s’agit juste de partager des initiatives positives qui voient le jour partout en France. Pour moi l’écologie, (et le thème de l’article était "vous travaillez pour la planète", personne n’a parlé d’écologie) c’est avant tout une question d’attitude positive, d’être pour quelque chose que contre quelque chose. Quand je parle avec des gens qui n’ont pas du tout des habitudes responsables, je découvre souvent qu’ils ont été traumatisés par des personnes catastrophistes et extrémistes dans leurs propos.
      Changer d’habitude ça prend du temps, ça demande de la pédagogie, de la délicatesse, et de l’empathie. On parle de pratique ici, et pas de théorie.
      Et encore une fois, quand on "travaille pour la planète", que ce soit de manière salariée ou bénévole, toute démarche mérite récompense, qu’elle soit monétaire ou non.
      Bonne journée, avec le sourire !

      29.10 à 10h16 - Répondre - Alerter
      • Bonjour à tous,

        @Fanny
        Refuser le capitalisme et le "rien n’est gratuit", serait déjà un nouveau pas pour vous. Une action gratuite n’est en rien dévalorisante et je ne m’attends pas à avoir une récompense pour chaque action gratuite que je fais chaque jour. Et je n’attends surtout pas de récompense pour pouvoir AGIR. Pas besoin d’être bénévole à ci ou associé à ça, chacun même dans son coin peu refuser par ses choix d’alimentation, de transport, ce qui dégrade la nature et ce qui dégrade l’Homme. Si vous en doutez, penser au moustique qui a lui seul vous empêche de dormir.

        Ce n’est pas parce que je ne détaille pas ce que je fais, par simple humilité, chose que vous devriez aussi apprendre, que je reste impassible, sourde et que je vis en ermite. Ne jugez pas les gens uniquement à ce qu’ils écrivent.

        Beaucoup de gens sur ce site écrivent, débattent , mais peu trouvent la cause des causes de tout ceci.
        Vous ne changerez rien du système tant que vous irez dans son sens : consommer de l’écolo, du "moins de CO2", la pub écolo n’est que propagande...

        ((Le C02 sera toujours présent, c’est le gaz que vous expirez, c’est celui qui fait poussez les plantes.
        Si vous voulez vraiment le baisser, c’est en arrêtant le labour des champs, et non en faisant que les particuliers fassent des restrictions, au dépend des industries qui déforestent et polluent cent fois plus qu’eux.))

        Que ceux qui ce sont vraiment penchés sur le problème essaient de me contredire.

        Passez une bonne journée.

        10.11 à 13h52 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Je suis responsable du développement durable dans une grande organisation humanitaire française.

    Longtemps rester à l’écart de ces questions, les ONG commencent à réaliser que leur propre fonctionnement peut avoir des effets en contradiction avec leurs programmes sur le terrain. L’épuisement des ressources naturelles autour des camps de réfugiés est un des exemples les plus cités (pensez par exemple à l’eau pour les réfugiés syriens en Jordanie) mais il en existe beaucoup d’autres.
    A l’inverse, adopter des modes de fonctionnement vertueux est un moyen d’action qui peut compléter efficacement ceux dont elles disposent déjà.

    Parmi les thèmes sur lesquels j’ai eu l’occasion de me pencher : l’empreinte carbone de l’organisation, les achats responsables, le développement de l’utilisation d’énergie solaire, la gestion des déchets au siège et sur le terrain...
    La principale difficulté de ce travail est d’apporter des solutions compatibles avec les contraintes que nous rencontrons sur le terrain et de ne pas surcharger encore des équipes déjà mises à rude épreuve. L’enjeu est surtout de rendre techniquement, financièrement et humainement faisable un changement auquel tout le monde dans l’organisation aspire.

    les démarches de développement durable globales sont encore relativement nouvelles dans le secteur humanitaire mais des initiatives se mettent en place depuis 2-3 ans notamment sur les questions d’environnement. Un réseau d’échange sur ce sujet a été crée en 2012 (http://www.urd.org/Un-reseau-pour-a...).

    A votre disposition pour plus de détails.

    25.10 à 16h06 - Répondre - Alerter
  • Je suis chargé de développement à La Réserve des arts : une association francilienne qui a trois objectifs : prévenir et réduire les déchets, promouvoir le réemploi et soutenir le secteur culturel. Pour ce faire, nous collectons auprès d’entreprises partenaires des "déchets" (rebuts, invendus, chutes) que nous inventorions et redistribuons aux artistes, créateurs en tous genres ou étudiants en arts. Ces derniers peuvent donc se fournir en matériaux de qualité à très bas prix. Ainsi, des tonnes de matériaux sont soustraits à l’enfouissement/incinération et aider les créatifs à se fournir et à s’inspirer !
    La Réserve des arts sensibilise à la prévention des déchets à chaque étape du processus (de la collecte en entreprise jusqu’au conseils aux créateurs) et défend une autre vision de la création où la matière première est prise en compte dès les origines d’un projet (Upcycling, éco-conception, etc.).
    Plusieurs projets de développement sont en cours pour réduire encore plus les déchets et inventer d’autres modes de conception/fabrication. Ces modèles sont l’avenir, ils sont à construire, cela prend du temps mais c’est tellement motivant !
    Merci à Terra Eco de faire s’exprimer les alternatives.
    http://www.lareservedesarts.org/
    contact@lareservedesarts.org

    24.10 à 16h08 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Quel plaisir de voir des témoignages aussi variés de personnes qui posent leur geste à leur échelle pour faire changer les choses ! De mon côté j’ai fondé une start up appelée Travelercar, première plateforme européenne de partage de voitures entre voyageurs aux aéroports. L’idée de cette start up a germé face à la constatation que de nombreux voyageurs laissaient leurs voitures aux parkings des aéroports et avaient la désagréable obligation de payer une somme conséquente en sortant du parking. En croisant ce constant avec celui que des voyageurs arrivant aux aéroports cherchaient à louer des voitures et le faisaient auprès de loueurs traditionnels aux tarifs assez élevés, l’idée de Travelercar est née : une solution économique, solidaire et éco-responsable basée sur la mutualisation de l’usage des véhicules.

    Notre engagement est simple : en tant que propriétaire, vous ne payez pas le parking et vous récupérer une part du montant de la location si votre véhicule est loué pendant vos vacances. En tant que loueur, nous proposons des tarifs plus abordables que les compagnies habituelles. Le tout avec une formule d’assurance qui répond à toutes les éventualités et permet aux deux parties de partir sereinement en vacances, en faisant des économies !

    24.10 à 15h03 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Je travaille pour une association qui réunit les acteurs terrains de la filière produits de la mer. Nous sensibilisons principalement les poissonniers, chefs, restaurateurs et étudiants des métiers de bouche afin d’orienter leur (future) politique d’achat vers des poissons durables. Les ressources marines sont en danger et il convient d’impliquer les acteurs directs du marché afin de communiquer à la fois à leurs clients et à leurs fournisseurs d’un commerce qui se veut durable.

    22.10 à 15h24 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    de notre côté notre sujet concerne l’IT et en particulier le Cloud Computing : ce dernier propose de l’élasticité, c’est-à-dire la possibilité d’affecter des ressources à volonté et quasiment à l’infini. Comme il n’y a "plus de limites" (à part financières) à la consommation de ressources informatiques, c’est la porte ouverte à une utilisation débridée et la prise de mauvaises habitudes ("ça ne sert plus à rien d’optimiser, on a toutes les ressources qu’on veut").
    Nos travaux (qui font l’objet d’une thèse) visent à rendre les environnements matériels (IaaS) et logiciels (PaaS, SaaS) plus éco-responsables, en utilisant différentes formes d’élasticité (matérielle et logicielle) pour maintenir en permanence le meilleur compris coût-performances-empreinte energétique.

    Plus d’informations sur le projet : http://www.greenlabcenter.fr/tuba/
    Des informations sur le Green Lab Center, un cluster d’entreprises visant à promouvoir le Green IT et l’IT for Green : http://www.greenlabcenter.fr/

    Elastiquement vôtre :)

    22.10 à 11h15 - Répondre - Alerter
  • Bonjour, je suis pour ma part chargée de mission au sein d’une Agence Régionale de l’Énergie et de l’Environnement, association qui œuvre auprès des collectivités pour la mise en place de leurs politiques publiques environnementales. Mes spécialités : l’adaptation au changement climatique, la maîtrise de l’énergie dans les bâtiments, les déplacements.
    Une reconversion professionnelle m’a permis d’accéder à ce domaine qui n’était pas le mien il y a quelques années et qui m’a permis de travailler en accord avec mes valeurs et mettre mon énergie et ma volonté au service d’une cause en laquelle je crois.

    21.10 à 20h32 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Je me permets de répondre à votre appel, J’ai ouvert il y a bientôt un an une boutique en ligne qui ne propose que des articles de belle facture fabriqués à partir de matières rebuts.
    Si ma démarche vous intéresse vous trouverez ci-dessous les liens expliquant ma démarche
    Bien cordialement
    Anne Mingeau
    Créatrice du site Adoptez Une Ordure !

    http://www.actu-selection.com/adopt...
    http://www.adoptezuneordure.fr
    http://www.adoptez-une-ordure.overb...

    21.10 à 17h08 - Répondre - Alerter
  • Bonjour à tous,

    Tous ces témoignages m’ont réchauffé le cœur. Moi aussi je voudrais apporter ma "petite" pierre à l’édifice c.à.d "prendre soin de l’ environnement de notre planète terre". Inutile de nous enfermer dans un débat stérile, pour ou contre un clan ou un autre, l’essentiel c’est que peu ou prou chacun agit dans ses convictions à la manière je ne sais plus qui dont l’avis pourrait si bien résumer ce constat " si vous voulez changer le monde, commencez par changer vous-même".
    Las de vivre dans une frénésie de société de consommation à l’outrance, j’ai décidé de ne pas donner suite à mes trente sept ans de vie en France ( que j’adore ) et retourner à mes racines le Laos, pays qui m’t vu naître. Depuis trois ans j’ai managé un resort que je veux à visage humain. Cela n’a pas réussi si mal pour preuves à lire Ici( attention ce n’est pas de la pub)
    Mais que, hélas et je crois que tous les auteurs de ces lignes soient d’accord avec moi pour dire que le chemin est jonché d’embûches pour changer la nature humaine que je partage la sagesse de Mathieu Ricard qui affirme qu’il " N’y a personne au monde qu’en se levant le matin ne s’aspire pas au bonheur " Que la légitimité soit faite ! J’ai constaté qu’ici aussi " The way of life " du maître du monde et l’image de l’occident sont copieusement et vilainement copiés par les citoyens des pays émergents.
    Mes chers amis,Il nous faut donc beaucoup de courage et d’abnégation pour agir ou au moins faire ce qu’on aime et Aimer ce qu’on fait. Enfin et surtout est-ce-que croire à ce que l’on fait n’est pas déjà la réussite en soi ?

    Mettha à tout le monde
    Khambay

    21.10 à 12h31 - Répondre - Alerter
  • Bonjour
    Chaque année nos fameuses cabines photos si mythiques produisent 25 millions de planches photos biodégradables en une centaine d’année. Plus de 75% de ces photos pourraient ne pas être imprimées, car elles correspondent à des besoins pour CV et dossiers divers, qui sont aujourd’hui dématérialisés (envoi des CV par mail, et dossiers universitaires, administratifs,etc). Pour obtenir ses photos dématérialisées le consommateur scanne sa planche photo imprimée !

    Cette situation aberrante au siècle du numérique m’a amené à inventer une cabine photo qui permet au consommateur de récupérer ses photos sur un support média dans un premier temps : clé USB ou autre.

    Ainsi, contrairement à la planche photo imprimée, le consommateur a-t-il entre les mains une photo qui a une vraie valeur d’usage et qui est durable, qu’il peut imprimer s’il en a vraiment le besoin, ou utiliser et ré-utiliser sur les réseaux, blogs, sites de recherche d’emploi, etc.. autant de fois qu’il veut.

    Ce concept révolutionne le modèle économique de la "cabine photo de papa", qui était basé sur une consommation répétitive de papier photo. Naturellement l’introduction de ce concept sur le marché ne se fait pas sans difficulté, du fait d’une part des résistances conservatrices des prescripteurs, d’autre part de la structure du marché.

    Enfin la cabine photo "ECOPORTRAIT" est également éco-conçue, car elle consomme dix fois moins d’énergie qu’une cabine traditionnelle. Si les 12 000 cabines installées en faisaient autant, quelle énergie gagnée !

    21.10 à 11h54 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Je réalise des Illustrations et des Bandes dessinées sur les thématiques Environnement et Développement Durable.
    Un petit dessin est souvent plus efficace qu’un long discours, pour sensibiliser à la protection de l’environnement, la biodiversité, les économies d’énergies, l’éco-conception, l’écologie industrielle, etc.
    Mes travaux sur : http://www.leolinne.com

    Léonard Chemineau.

    21.10 à 11h05 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Nous sommes une petite entreprise qui vient de démarrer (juillet 2013). Tout comme Bernard Moitessier l’avait proposé aux maires des communes françaises en 1980, notre projet original est de planter des arbres fruitiers sur les territoires délaissés.
    Nous collectons donc du foncier auprès des communes, des agriculteurs, des particuliers, et proposons aux particuliers et aux entreprises de parrainer des arbres fruitiers qui seront plantés sur ces espaces disponibles. En échange, au bout d’une année, les parrains reçoivent des pots de confiture à leur identité.
    "Planter des arbres fruitiers, c’est à un niveau modeste, participer à la création du monde" disait Bernard Moitessier. Nous voulons faire de cette utopie une réalité.
    Site web (en cours de construction : www.unarbresurmonchemin.com
    en attendant : Facebook/UnArbreSurMonChemin - Twitter @1ArbreSMChemin

    Nos premières plantations seront effectuées en Charente-Maritime à La Rochelle et dans quelques communes avoisinantes en novembre/décembre 2013.

    A votre disposition pour plus de renseignements
    Bien à vous,
    Anne-Sophie Descamps

    21.10 à 09h13 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Petite fourmi pour la planete, moi c est a Hong Kong que je m active. J y vis depuis 17 ans, et ai eu la chance de passer du reportage d environnement pour des media français (dont quelques savoureux tournages pour Yann Arthus Bertrand ou Jean-Albert Lievre), a du concret, avec l initiation et la coordination d un projet de biogas dans les vallees du nord Sichuan, en Chine, a la publication d un guide d’environnement (publié en anglais puis chinois, pour un total de 14,000 copies vendues) pour Hong Kong, pour essayer de reveiller les foules tout en aidant inities dans leur recherches casse-têtes de produits verts. Ayant passe une certification bilan carbone en 2007, j ai applique ce remarquable outil a des ecoles, les premiers bilans carbone d ecoles sur Hong Kong des 2008. L une de ces ecoles, le lycee francais, m a depuis fait confiance pour la mise en place de projets de réduction. Si les economies d energie etaient plutot faciles a realiser, nous sommes maintenant fiers de projets pionniers localement comme le partenariat avec le seul recycleur plastique du territoire, de jolis vermicomposteurs dans les sous-sols, ou encore l impression en papier "treeless", sans pulpe de bois, de certains supports.
    Les idées ne manquent pas, ca tombe bien quand on habite dans un pays qui s assied confortablement sur de jolis petits defits environnementaux, comme celui d avoir le plus fort volume de dechets generes par habitant au monde, avec des decharges quasi pleines, une pollution atmospherique si forte que le gouvernement prefere brouiller les radars en n adoptant pas les index internationaux, des eaux usees rejetees dans la mer sans plus de traitement que ça, avec des bacteries dans le port qui auraient bien intéressées Yarcin, le decouvreur du bacille de la peste...

    20.10 à 12h40 - Répondre - Alerter
  • Bonjour à tous,
    Devoir de réserve oblige, je ne dirai pas d’où je viens (période préélectorale), mais je suis de la Région Rhône-Alpes et ça bouge aussi chez les fonctionnaires territoriaux !!! Je ne connais pas une ville (moyenne) qui n’a pas un de chargé de mission ou responsable développement durable. Les économes de flux arrivent également à grands pas dans les collectivités et c’est tant mieux ! Le hic ?? Arriver à convaincre et sensibiliser nos élus, le paramètre politique est un frein que l’on combat tous les jours, mais petits à petits les choses changes... Si l’élu n’est pas convaincu, les administrés eux le sont et on passe par cette porte pour arriver à nos fins ! Les actions citoyennes sont une force qu’il ne faut pas négliger pour combattre quelques fois cette inertie politique. Bio dans les cantines, jardins partagés, circuits courts, développement des modes doux, valorisation des espaces naturels sensibles, sobriété énergétique, lutte contre la vulnérabilité et la précarité énergétique... et j’en passe, et toutes ces actions sont portées par des fonctionnaires comme moi, qui croient à une autre manière de vivre ensemble.

    De nombreuses structures régionales et locales nous soutiennent, nous conseillent et nous échangeons nos pratiques en réseaux lors de réunions thématiques. C’est une force qui nous unis, qui nous relis et qui nous permet d’avancer dans une logique de progrès vertueux dont la patience est souvent le maître mot !

    Les communes ont un allié, quelques fois trop caché mais si vous le sollicitez il sera vous répondre et vous aider...

    "Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends.." Benjamin Franklin.

    19.10 à 19h27 - Répondre - Alerter
  • Bonjour !
    Wow, que de belles initiatives je vois ici ! Félicitations à tous.
    Nous notre petite brique pour la planète c’est Les Toits du Monde, un centre d’hébergement écologique et insolite au Québec.
    Notre idée est de s’inspirer des architectures autour de la planète pour construire de petites habitations insolites, adaptées au climat du Québec. L’idée aussi est de montrer à nos clients que les petits gestes du quotidiens peuvent changer : toilettes à compost, limitation de la consommation d’eau, éclairage solaire, isolation en paille et toiture végétale pour notre futur bâtiment, inspiré d’une maison de hobbit. Nous avons pour l’instant une cabane dans les arbres, un chalet-tipi et une véritable yourte de Mongolie. Nous utilisons au maximum l’auto-construction, et des matériaux locaux.
    Nous incitons aussi nos clients à pratiquer des activités de plein air, et travaillons sur un sentier découverte à travers la forêt (gérée durablement) et tous ses habitants.
    Et ce dont je suis le plus fier, c’est que nous aidons les adultes, le temps d’une nuitée, à faire ressortir l’enfant qui est en eux ! Et ça c’est magique !

    19.10 à 15h19 - Répondre - Alerter
  • Métier : thérapeute du couple Emploi / Main d’Oeuvre
    je suis urbaniste et socio-économiste, je travaille depuis 40 ans pour rapprocher les bassins d’emploi et les bassins de main d’oeuvre. En effet, j’oeuvre pour "réduire les besoins de transports à la source". Souvent, il y a 10, 20% de correspondance entre les emplois localisés sur un pôle d’emploi et les qualifications, compétences des actifs résidant sur ce que j’appelle un "bassin de main-d’oeuvre" (terme non reconnu par les scientifiques).
    Je me suis spécialisée sur l’Ile de France où l’on trouve côte à côte des zones-dortoirs (bassin de Sarcelles, vallée de l’Orge...) et des pôles qui cumulent les activités (Roissy, petit village de 2500 habitants, 60 fois plus d’emplois que d’actifs).
    Si les politiques sont très attentifs à l’emploi et à vouloir le capturer sur leur territoire, il n’est tenu aucun compte de la main-d’oeuvre, censée pouvoir forcément s’adapter !!
    L’exemple le plus criant sur lequel j’ai travaillé, c’est le bassin de Roissy. On prévoit d’y faire 25 projets tous plus grandioses les uns que les autres, avec 75% de niveau Bac et plus, pendant que le niveau de population est passé de 27% sans AUCUNE qualification en 1999 à 33% en 2009... Ce n’est pas une marche qu’il faut franchir, mais carrément un étage. Il y a déjà sur le Coeur de pôle de Roissy 2,4 fois plus d’emplois que d’actifs... Pas grave, on veut rajouter 130 000 emplois d’ici 2030. Savez-vous qu’un actif de Sarcelles passe 7 ans complets de sa vie en temps perdu dans les transports ??
    Défendre les habitants dans une relation d’égal à égal, éviter la galère des transports, la sobriété par la proximité : voilà mon métier.
    J’ai commencé à mettre quelques textes sur un site www.j-lorthiois.fr

    19.10 à 13h20 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    Je suis à mon compte et conseille les tpe, pme, associations et structures en cours de création dans leur stratégie marketing et communication. Deux secteurs qui ont mauvaise réputation, et pour cause ! Pourtant ces métiers peuvent être pratiqués en respectant les consommateurs (ne pas faire de pub mensongère, de greenwashing), les parties prenantes et l’environnement. C’est dans ce sens que je conseille mes clients, car le marketing et la communication peuvent et doivent être responsables.
    (blog : www.comandgreenwashing.fr/ l Twitter : @CelineReveillac)

    19.10 à 10h12 - Répondre - Alerter
  • Bonjour

    J’anime le réseau d’affaires New-Biz, dédié aux entrepreneurs parisiens et j’organise une rencontre mensuelle avec des invités, au cours de laquelle je sensibilise les participants au développement durable.

    Voici les sujets abordés depuis le début de l’année 2013 :
    Agenda développement durable 1er trimestre 2013
    Présentation du mouvement des colibris
    Evolution des comportements écologiques
    Agenda développement durable 2ème trimestre 2013
    Quinzaine du commerce équitable
    Actions pour localiser l’économie
    Le vélo comme mode de transport écologique
    Etre écolo au bureau

    En souhaitant que mes actions retiennent votre attention
    Bien cordialement
    Véronique Guichard

    13.10 à 23h15 - Répondre - Alerter
  • Je suis co-fondatrice des Colibris 31 et multiplie avec d’autres associations/réseaux pour multiplier le permaculturel urbain et l’auto-gestion de l’énergie et des déchets.

    Je ne travaille pas (allergie existentielle à 1 patronnat corrompu et écocide), mais oeuvre plutôt pour que le public non initié soit informé, en direct, des solutions alternatives qui existent déjà et en divers domaines.
    En ce qui concerne l’industrie du bâtiment, nous soutenons les initiatives qui préservent et éco-rénovent de l’existant sain. Nous dénonçons le pillage des fonds marins pour le prélèvement intensifs du sable destiné au bétonnage intensif et à l’asphyxie des terres cultivables. Nous sommes acteurs du projet de loi européenne contre l’écocide.

    9.10 à 05h20 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    J’exerce un métier pour le chantier de la rénovation énergétique des bâtiments... nous avons une approche tournée vers la réduction de la facture habitat chez les particuliers.

    Je joue le rôle de coordinateur entre les différents corps de métiers et le client final sans oublier les conseils neutres et objectifs en amont. La filière du bâtiment est très éclatée et se parle peu, et il faut aussi maîtriser des compétences pointues et variées. Nous avons crées un réseau d’artisans. La démarche permet d’éviter les démarchages abusifs de certaine entreprise, qui vendent tout et n’importe quoi... on essaye de restaurer la confiance des particuliers avec le monde du bâtiment avec une approche locale et compétente.

    Les thèmes abordés sont vastes : travaux d’efficacité énergétique, groupement de commande, diminution de la facture d’eau, réaliser son potager...

    Plus d’infos sur www.le-mulot.fr

    Benoit

    7.10 à 14h04 - Répondre - Alerter
  • Nous sommes 12 familles.

    Nous réalisons 13 maisons "les plus vertes possibles".

    http://coteauchaudanne.wordpress.com/

    Nous cultiverons en permaculture créative

    http://maraichagebiologique.wordpress.com/

    Association pour le Développement d’un Eco-Habitat Participatif - Lyonnais

    7.10 à 10h58 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    J’ai créer mon entreprise il y a un an pour répondre à la demande croissante des femmes de prendre soin d’elle avec des produits naturels et écologiques.
    Je suis coiffeuse et maquilleuse à domicile mais je ne propose ni balayage, ni coloration d’oxydation ou permanente, rien qui ne puisse affaiblir le capital beauté des mes clientes et celui de l’ environnement.
    Avec SlowBeautySelect la coloration est 100% végétale et le maquillage 100% minéral, je vérifie à la loupe la composition de chacun des produits que j’utilise pour garantir à mes clientes leur innocuité pour elles même et pour la planète.
    SlowBeautySelect c’est la tranquilité de la coiffure à domicile coupler à l’utilisation de produits de soins naturels, écologique.
    Pour en découvrir davantage rendez-vous sur www.sb-select.com

    5.10 à 16h24 - Répondre - Alerter
  • Ben moi, je travaille dans la performance énergétique et la qualité environnementale (bâtiment). Je vais faire très court : mon métier c’est d’aider à la conception de bâtiment très-basse-énergie ou à la rénovation dans le même esprit. Et en toute – fausse – modestie, on est assez fier d’avoir participé à la sortie de terre d’un établissement recevant du public (ERP) tout de bois, de paille... et de terre ! En plus il a été primé par l’ADEME pour ses performances :)

    4.10 à 18h37 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,
    je travaille depuis des années dans le marketing et la communication. Convaincue que la mobilité électrique est souhaitée par beaucoup mais que son développement est limité à cause du prix d’achat, je viens de créer les services TOTEM : www.totem.mobi
    TOTEM-solo est un nouveau media urbain associant de l’affichage sur des voitures électriques et une application mobile ludo-informative centrée sur la ville (lancée dans quelques semaines). Les voitures électriques ainsi "sponsorisées" par les marques sont louées de septembre à juin aux étudiants pour un budget tout inclus de 97,50€ à 195 €/mois.
    TOTEM-partage est une voiture de service louée aux entreprises, équipées d’un boitier d’auto-partage permettant aux salariés de louer la voiture pour leurs trajets personnels en soirée et les week-ends.
    Les 2 services sont inaugurés à Marseille cet automne avec comme premier campus KEDGE BUSINESS SCHOOL.

    4.10 à 11h36 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,

      Oui nous travaillons pour la planète, parce qu’elle est belle et que nous voulons la préserver !

      Prêt à pousser est une toute jeune entreprise basée à Montmagny (95) qui pousse et propose des kits de champignons comestibles à cultiver chez soi, en deux semaines, dans sa cuisine ou son salon. L’originalité de notre produit, c’est que nous récupérons, en voiture électrique, le marc de café dans les cafés parisiens pour en faire le substrat dans lequel poussent les champignons. Et une fois les deux à trois récoltes effectuées, vous pouvez réutiliser le marc de café dans votre jardin, comme engrais naturel. Nous sommes donc dans une démarche d’économie circulaire, en utilisant une matière première destinée à être jetée et en lui redonnant de la valeur.

      On crée des emplois : déjà 7 personnes constituent notre joyeuse équipe.
      On suit toutes les phases de la création de notre produit, de bout en bout de la chaîne.
      Vous vous faîtes plaisir : la poussée des champignons est très spectaculaire, et les enfants peuvent aisément participer à l’arrosage.
      Vous cédez à la gourmandise : parce que tout le monde ne peut pas se venter de récolter chez soi une belle botte de pleurotes fraîche à cuisiner !
      Bref, tout le monde est content !

      Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.pretapousser.fr, et suivez aussi nos aventures sur Facebook (Prêt à Pousser) et Twitter @Pretapousser !

      Les jeunes pousses de l’équipe de Prêt à pousser.

      4.10 à 12h05 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

Métiers

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité