publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Truthland : le film (comique) qui veut se payer Josh Fox
19-06-2012
Mots clés
Culture
Energies
Etats-Unis

Truthland : le film (comique) qui veut se payer Josh Fox

Taille texte
Truthland : le film (comique) qui veut se payer Josh Fox
(Shelly, la fermière en quête de vérité sur les gaz de schiste. Credit photo : DR)
 
Un film financé par l'industrie gazière, censé « corriger » les erreurs de Gasland – le documentaire de Josh Fox qui a révélé la fracturation hydraulique au grand public –, vient de sortir sur internet.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Gasland, ça vous dit quelque chose ? En 2010, le réalisateur Josh Fox s’était penché sur les problèmes de pollution liés à la fracturation hydraulique (la technique utilisée pour l’extraction du gaz de schiste) dans son film-documentaire à charge. Les multinationales du gaz de schiste, en tout cas, s’en souviennent très bien. Mieux que ça : elles ont décidé de répondre à Josh Fox en jouant sur son propre terrain avec le film Truthland, sorte d’antidote factuel à la « fiction » Gasland, selon elles.

Et qui de plus impartial et pragmatique qu’une maman, fermière laitière en Pennsylvanie de son état, pour récolter des informations factuelles sur le gaz de schiste et la fracturation hydraulique ?

Cette fermière, c’est Shelly. Elle a vu Gasland à la télé, et ça l’a inquiété. Il faut dire que sa ferme est située en plein cœur de l’immense bassin schistique de Marcellus. Avec le soutien de sa famille, la super maman décide donc de lâcher ses fourneaux pour se mettre en quête de la « vraie vérité ». A savoir, la réponse à cette question tout en nuances : l’industrie gazière aux Etats-Unis est-elle bonne ou mauvaise ?

Nous voilà donc collés aux basques de Shelly - aux jantes de sa Chevrolet, plus précisément. Dans son road trip rural sur les traces de Josh Fox, les témoins font des cookies avant de parler fracturation, et les experts célèbrent la découverte du gaz de schiste.

Le teaser de Truthland (en anglais)

Les arguments de Gasland démontés un à un :


- L’eau du robinet qui s’enflamme ? Du méthane biogénique. Un phénomène naturel, connu depuis des générations. Il est vrai que la scène emblématique de Gasland, dans laquelle un robinet s’enflamme à l’approche d’un briquet, a déjà fait l’objet de nombreuses mises en cause depuis la sortie du film en 2010.

- La fracturation hydraulique ? « L’impact en surface est bien moindre que n’importe quel autre procédé d’extraction ; il n’y a rien de mieux », nous explique un expert en génie environnemental. Qui s’empresse d’ajouter que de toutes façons, personne n’est prêt à voir baisser son niveau de vie aux Etats-Unis.

- L’eau empoisonnée dans la petite ville de Dimock ? Bon, d’accord, les exploitants de gaz n’avaient pas mis assez de ciment dans le puits au départ, ce qui a engendré une petite fuite. Une fuitounette, pourrait-on dire. Mais l’erreur a été si vite réparée !

A tous ces garants scientifiques, Shelly, en bonne chrétienne rurale, ajoute la caution divine. Et c’est un pasteur texan nommé Elvis qui le lui affirme : il n’y a pas de problèmes de pollution avec la fracturation hydraulique. « Les industriels, ajoute-t-il, reconnaissant, font ce qu’ils disent ». Et Shelly de pousser des grands soupirs de soulagement quand on lui explique que l’eau constitue la substance principale injectée dans la roche pour la faire exploser. Nous voilà donc rassurés.

Contamination politique

Indépendante la démarche de Shelly ? A y regarder de plus près, le documentaire s’inscrit dans la campagne de communication Energy in depth. Financée par l’Association des pétroliers américains indépendants (Ipaa), elle a pour but d’informer sur « les promesses et le potentiel de développement responsable des ressources énergétiques américaines - en particulier les ressources abondantes d’hydrocarbures de schiste ». Derrière Truthland, on trouve en particulier les géants de l’industrie gazière comme Chesapeake, qui a enregistré le site truthlandmovie.com.

Etudes, chiffres et animation 3D à l’appui, la « contre-enquête » se poursuit sur internet. L’objectif est clair : dédramatiser les techniques d’extraction du gaz de schiste, en jouant sur les efforts supposés de transparence des entreprises. Et démonter Gasland point par point. Pas de bol pour les industriels, le très médiatique Josh Fox travaille actuellement sur la suite de Gasland en se concentrant cette fois-ci sur la contamination du système politique par les lobbys de l’industrie gazière.

Josh Fox évoque les dangers de la fracturation hydraulique et des problèmes de cimentation des puits sur MSNBC.


A lire aussi sur Terraeco.net :

- L’interview de Josh Fox
- Gaz de schiste : petit manuel à l’usage des lobbyistes
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Salut à tous,

    Juste pour dire que le brevet de la technologie de la fracturation hydraulique appartient à HALLIBURTON le n°2 mondial des équipementiers pétroliers, qui a eu pour PDG de 1995 à 2000 le vice-président américain de l’administration Bush, Dick Cheney...

    Halliburton c’est un peu le "Goldman Sachs" de l’industrie pétrogazière si vous voulez, c’est une boîte sans scrupules et peu recommandable.

    Prenez le plus pourri des patrons cyniques et irresponsables, c’est un amateur à côté de Dick Cheney. Ces gens mentent comme ils respirent et se considèrent (à juste titre) au-dessus des lois. Impunité totale pour le 11 septembre (au mieux incompétence au pire complicité) et la guerre illégale et mensongère en Irak, les scandales Enron et Worldcom, ils sont intouchables donc ils n’ont peur de rien, et surtout pas du pire : laisser à leurs enfants un pays ravagé par les conséquences de leur rapacité, et une pollution éternelle de la terre et de l’eau.

    On va rigoler quand les USA auront (une fois de plus) épuisé leurs réserves et iront "fracker" chez les autres, protégés par leur armée s’il le faut ! Ils achètent déjà des lacs d’eau douce au Canada...

    "Quand l’homme aura tué le dernier bison, pêché le dernier poisson et coupé le dernier arbre, il s’apercevra enfin que l’argent ne se mange pas."
    PROVERBE AMERINDIEN.

    Vivement un documentaire "NUKELAND" en France et au Japon !!!

    7.09 à 01h00 - Répondre - Alerter
  • Ils démontrent tout de même la malhonnêteté de gasland, qui est aussi un film de propagande.
    C’est donc de bonne guerre.

    C’est le gros problème des débats environnementaux, c’est la trop grande politisation des débats, la dénonciation au lieu de la critique, l’affirmation au lieu de l’argumentation, où on cherche surtout l’anathème, le discrédit, le mensonge qui ne devrait pas être utilisé si les militants étaient surs de leurs positions. Cela est inutile, nuit au débat et discrédite les auteurs, mais malheureusement, convainc les naïfs, sans quoi la propagande de Goebbels n’aurait pas été efficace…
    Et je ne peux que déplorer la généralisation de ce genre de reportage, reportages qui dénoncent un groupe social, un ennemi intérieur, intangible, qui serait à la source de tous les maux. Reportages où on ne sait pas ce qui est coupé au montage, où on ne sait pas vérifier les faits racontés…

    De plus, ce n’est pas à votre honneur de démonter ce film en se focalisant uniquement sur la forme - comme critiquer l’américaine rurale (vous auriez du aussi critiquer le fait qu’un des interviewé s’appelle Mr Sylvester (lol)) - lorsque celui-ci s’attaque sur le fond.

    29.09 à 04h18 - Répondre - Alerter
  • C’est pénible ces débats si clivants que d’un coté comme de l’autre, tous les procédés semblent bons pour convaincre "l’opinion publique", pour autant qu’elle existe.
    Il semble que Gasland soit entaché de nombreux travers, de mises en scène, etc. ayant pour but de susciter l’émotion -et le rejet, plutot que la reflexion.
    Qu’attendre comme réponse qu’un film en opposition symétrique, et employant les mêmes méthodes.

    N’aimant pas réfléchir avec mon coeur, mais plutot avec mon cerveau, j’aimerais bien qu’on puisse avoir des informations factuelles, objectives et équilibrées sur :
    - les situations géologiques qui permettent l’apparition des gaz de schiste
    - la nature homogène ou hétérogène des gaz de schiste
    - le traitement chimique nécessaire pour leur exploitation
    - les avantages et inconvénients de la fracturation hydrolique, suivant les 2 premiers points de la liste
    - les autres techniques d’extraction
    - les gains économiques et géopolitiques.

    Le role des journalistes ou des sites comme le votre n’est-il pas d’éclairer le débat avant de prendre le moindre parti ?

    26.09 à 12h48 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité