publicité
Accueil du site > Actu > Société > Nocif pour la planète, le télétravail ?
5-10-2010
Mots clés
Transports
Energies
Emploi
Monde

Nocif pour la planète, le télétravail ?

Taille texte
Nocif pour la planète, le télétravail ?
(Crédit photo : Travis Isaacs/Flickr)
 
Sus aux idées reçues : dans une récente étude, des chercheurs britanniques montrent que les gains pour l'environnement du travail à domicile sont négligeables.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Vous êtes un écolo convaincu. Aussi après avoir tanné votre patron pour travailler depuis chez vous afin de réduire votre empreinte carbone, vous avez eu gain de cause. Et bien pas de quoi fanfaronner, d’après une étude de l’Institut d’ingénierie et de technologie (IET) au Royaume-Uni. Jusqu’ici, le calcul paraissait simple : en travaillant à domicile, on réduit ses trajets domicile-bureau de 50 à 70% et, du même coup, la densité des bouchons sur les routes. On évite aussi les dépenses énergétiques au poste de travail : éclairage, climatisation, etc. C’est en substance ce que soutenait une étude américano-japonaise parue en 2005.

C’est en planchant sur les conséquences négatives de certains comportements dits « verts » que les chercheurs de l’IET ont chamboulé toutes ces certitudes. Car ce n’est pas parce qu’on travaille de chez soi qu’on ne se chauffe pas, ni ne s’éclaire. La facture énergétique peut ainsi grimper de 30%, assurent l’étude. Pis, déplacer son bureau à la maison peut pousser à habiter plus loin du centre-ville. Résultat : une extension du tissu urbain et l’augmentation des distances parcourues pour remplir son chariot, faire des brasses dans une piscine ou dîner chez des amis.

Au bout du compte, entravaillant de chez soi, on ne réduirait que de 0,6% le nombre de kilomètres parcourus au compteur : ridicule. De façon globale, un travailleur à domicile au Japon ou aux Etats-Unis consommerait 0,01 à 0,4% d’énergie en moins. On est loin de la mesure révolutionnaire. A rebours des idées reçues, les chercheurs du IET remettent aussi en cause les économies réalisées par les trains à grande vitesse, le commerce en ligne ou encore les agrocarburants…

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Victoire des greenwashers qui ont réussi à simplifier à l’extrême les enjeux de la gestion de l’environnement.

    Comme plusieurs commentateurs l’ont dit, cela n’est pas aussi simple qu’un bilan de dépense énergétique.

    Vivre plus loin des centres villes n’est pas "anti-écolo" en soit.
    Au contraire, si le phénomène s’accentuait jusqu’à une forme d’exode rural on pourrait commencer à réenvisager de la mixité sociale facilité (moins de surface bâtie = mixité sociale de fait), le réinvestissement citoyen vers le territoire, sans parler de la proximité de des marmots avec un milieu varié (urbain+naturel+agricole). Et je pense que ces 3 aspects, seraient sur le long terme, par leurs effets d’éducation/sensibilisation à l’environnement (dans le sens de ce qui nous entoure), bien plus bénéfiques que n’importe quelle bilan comptable de notre consommation d’énergie

    (Bon en fait je paraphrase les autres, tant pis =)

    11.10 à 14h42 - Répondre - Alerter
  • Voici l’article annoncé, sur Zevillage : http://bit.ly/cv3tOQ

    11.10 à 13h25 - Répondre - Alerter
    • Narbé : Indépendance

      Bonjour Xavier,

      En consultant le lien que vous proposez, je constate que Zevilage est un site spécialisé dans le télétravail.

      Sans remettre en cause le professionnalisme de ce site, je me permets de douter de le regard indépendant sur la question.

      11.10 à 15h38 - Répondre - Alerter
  • L’étude semble mettre en évidence un gain minime dans le passage au télétravail. C’est probablement vrai pour le champ analysé.

    Mais elle ne démontre pas les bénéfices environnementaux secondaires liés à la transformation des modes de vie des télétravailleurs comme le changement de modes de consommation. Sans compter les bénéfices mentionnés dans les commentaires ci-dessus, difficilement chiffrables.

    Pour le dire autrement, la liberté d’organisation engendrée par le passage au télétravail permet souvent un changement de vie avec le choix de nouvelles priorités souvent soucieuses de l’environnement.

    Merci à Eclectic d’assurer la promotion de Zevillage ;-)

    Il a raison car nous publions la semaine prochaine une nouvelle leçon dans la rubrique Ecole du télétravail justement intitulée "Le télétravail est-il bon pour la planète ?".

    7.10 à 09h35 - Répondre - Alerter
  • C’est une vision réductrice que de se baser uniquement sur une étude qui ne prend pas en compte de nombreux facteurs comme évoqué dans le premier commentaire intitulé "jusqu’à la prochaine étude..." ou encore la notion de temps (non passé dans les transports) donc consacré à d’autres richesses, comme le développement de son activité, la famille, les loisirs, qui ne se calcule pas en impact carbone uniquement.
    Pour ce qui est de l’étalement urbain, il existe de nombreuses solutions pour limiter les transports, les rendre collectifs, acheter local ce qui est possible, utiliser la Poste pour les livraisons, tout ceci étant à priori moins polluant si l’on s’organise autrement.
    Enfin pour entreprendre et télétravailler, il existe de nombreuses initiatives comme zevillage.net ou encore la e-coopérative d’entrepreneurs ECLECTIC.coop qui offre de véritable solution d’avenir pour l’organisation d’un télétravail porteur d’aménagement du territoire et d’intelligence collective dans une logique de développement durable, à tous les sens du terme...
    D’autres notes sur le télétravail ici et merci pour la veille !

    6.10 à 14h16 - Répondre - Alerter
  • Tout bon mathématicien s’est que l’on peut faire dire tout et son contraire aux chiffres, à l’image des études contradictoires sur les risques (ou non) de la consommation de vins, de l’impact du stress au travail ou encore des bienfaits (ou non) du lait...
    La problématique du télétravail va bien au delà du greenwashing, c’est un enjeu d’aménagement du territoire, de bien être au travail, de dé-concentration des centres urbains, de revitalisation des campagnes et autres arguments (toujours pour ou contre) et ce genre d’étude n’apporte malheureusement pas de réflexion globale !

    6.10 à 12h07 - Répondre - Alerter
  • Dans mon cas personnel, je peux garantir que la facture énergétique est considérablement diminuée. En travaillant à domicile, je ne chauffe pas plus mon appartement qu’auparavant, j’effectuais 500km par semaine alors qu’aujourd’hui je dois en faire au maximum 50. Seule ma facture d’électricité a du augmenter de quelques euros. Il m’arrive même d’organiser des réunions pour la création des sites internet de mes clients à distance. Dans de rares cas je n’ai jamais rencontré physiquement le client.

    6.10 à 10h22 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité