publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Toulouse rend la monnaie solidaire
29-06-2011
Mots clés
Finance
France
Ils Changent Le Monde

Toulouse rend la monnaie solidaire

Taille texte
Toulouse rend la monnaie solidaire
(Crédit photo : elin b/Flickr)
 
Des petites coupures éthiques au nom poétique, les « sols-violette », ont envahi la ville depuis le printemps.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 27 - juillet-août 2011

Les stars sauveront-elles la planète ?

Pour le lancement de la monnaie alternative et éthique « sol-violette », la mairie de Toulouse avait prévu 500 cartes d’adhérent pour un an. « Tout est parti en un mois », raconte, pas peu fier, Jean-Paul Pla, conseiller municipal à l’économie sociale et solidaire. Il faut dire que le système est simple : une fois adhérents de l’association mère, on échange un euro contre un sol – en billets ou en monnaie électronique – au Crédit municipal ou au Crédit coopératif. Reste ensuite à faire leurs emplettes dans les 50 entreprises déjà partenaires, des Biocoop aux Amap. Qui, à leur tour, peuvent réutiliser leurs sols, ici pour payer une entreprise de nettoyage, là une boîte de livraison ou, encore à l’étude, une partie du salaire de leurs employés.

Ainsi circule le sol, créant des échanges locaux et responsables. Il ne risque pas d’être capitalisé : si on le garde plus de trois mois, il se dévalue. « Quand on donne 20 euros à Carrefour, 16 partent dans la spéculation. Les 4 restants ne sont pas forcément réinvestis sur le territoire », indique Jean-Paul Pla. A l’inverse, « le sol, c’est de l’argent pour chez nous et pas pour Wall Street », se félicite le site officiel. A Toulouse, cette monnaie servira aussi à aider des chômeurs et à créer des entreprises solidaires.

Cousin bavarois

Le sol-violette n’est pas la première monnaie locale qui prospère. En Allemagne, le chiemgauer bavarois a déjà fait ses preuves. « Les entreprises partenaires ont vu leur chiffre d’affaires augmenter de 10 % », assure Jean-Paul Pla. En France, des sols existent déjà à Grenoble, Lille et Rennes. Et peut-être bientôt à Nantes. L’euro n’a qu’à bien se tenir. —
Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité