publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Tempêtes, intempéries… : Subir ou agir ?
28-02-2014
Mots clés
Catastrophes Naturelles
France
Tribune

Tempêtes, intempéries… : Subir ou agir ?

Taille texte
Tempêtes, intempéries… : Subir ou agir ?
(Après le passage de la tempête Xynthia, à Oléron, en 2010. Crédit photo : morgane scolaro.)
 
Pour faire face à la multiplication des événements météo extrêmes, il est indispensable de réaménager notre occupation du territoire, estiment quatre élus Europe Ecologie - Les Verts.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Emmanuelle Cosse est secrétaire nationale d’Europe Ecologie – Les Verts (EELV). Yannick Jadot est député européen EELV du Grand Ouest. Nicole Kiil-Nielsen est députée européenne EELV du Grand Ouest. Janick Moriceau est conseillère régionale EELV.

Il y a quatre ans jour pour jour, les Français découvraient abasourdis les conséquences dramatiques de la tempête Xynthia sur la côte Atlantique, les 53 morts, les maisons dévastées, le littoral bouleversé. Tout l’hiver, la Bretagne a essuyé des tempêtes à répétition et a été noyée par des pluies sans fin. Il est évidemment impossible de relier un événement météo, aussi extrême soit-il, au dérèglement climatique en cours. Mais les scientifiques s’accordent sur le fait que, partout dans le monde, nous en vivons les premières conséquences. Si nous ne réduisons pas en urgence nos émissions de gaz à effet de serre, ils prévoient que notre vie quotidienne sera violemment percutée par la multiplication des canicules, tempêtes et cyclones, des sécheresses pour les zones arides, des précipitations pour les régions humides. Les zones côtières connaîtront quant à elles des submersions de plus en plus fréquentes et dramatiques.

La France a-t-elle seulement pris la mesure du défi climatique ? Sommes-nous vraiment condamnés à être les victimes d’un processus qui nous dépasse ? Des solutions existent pour modérer les conséquences du dérèglement climatique, mais elles dérangent : un kilowatt-heure (kWh) économisé sur la facture des ménages, c’est un kWh de moins dans le chiffre d’affaires d’EDF et d’Areva ; un litre d’essence économisé pour l’automobiliste, c’est un litre de moins dans le chiffre d’affaires de Total ! Il n’empêche : l’Ouest possède l’un des premiers potentiels européens en matière d’énergies renouvelables, terrestres et marines. A la France de choisir ! C’est l’enjeu de la loi de transition énergétique que le gouvernement doit présenter à la fin du printemps. C’est l’enjeu du paquet « climat-énergie » européen sur lequel les gouvernements doivent se décider en mars prochain.

400 000 emplois créés dans les renouvelables en Allemagne

Nous avons le choix entre subir et agir, entre les bénéfices de Total et la reprise en main par les citoyens de leur destin énergétique, entre la dépendance aux énergies fossiles ou l’autonomie énergétique. En Allemagne, où 400 000 emplois ont été créés ces quatorze dernières années dans les renouvelables, les citoyens n’ont pas seulement investi dans les économies d’énergie : ils « possèdent » directement ou à travers des coopératives la moitié des capacités de production des renouvelables. Comme à Béganne dans le Morbihan ou au Méné dans les Côtes-d’Armor ! Nous avons le choix. Entretenir la pression à l’urbanisation croissante du littoral et des zones à risque, artificialiser toujours plus les sols et constater impuissants les drames humains et économiques, ou nous doter d’un cadre strict de prévention des risques et organiser le débat démocratique à l’échelle régionale pour réaménager à l’horizon d’une décennie notre occupation du territoire. La lutte contre le dérèglement climatique, la transition énergétique et un aménagement des territoires qui protège ses habitants sont les composantes du projet de société, démocratique, qui nous permettra de reprendre la main sur quotidien comme sur nos vies. Chiche !




A lire aussi sur Terraeco.net :

Les 5 catastrophes naturelles les plus coûteuses en 2009

Les villes face au changement climatique

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Député européen Europe Ecologie, membre de la délégation officielle du Parlement européen à Cancún.

Secrétaire nationale d’Europe Ecologie – Les Verts

Députée européenne EELV du Grand Ouest

Conseillère régionale EELV

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Si, le réchauffement climatique est directement en cause dans les cas ’Cévenoles".
    Les dernières inondations du sud de la France sont directement liées à une température de la mer Méditerranée anormalement élevée, en écart de +2°C.
    Mais on a encore rien vu... J’ai entendu un météorologiste qui indiquait qu’avec encore 1°C supplémentaire à la surface de la mer, des cyclones pourrait naître en Méditerranée !!
    Dans combien d’années, des cyclones, ou seulement des tempêtes tropicales dans le sud de la France, et là, on va changer d’ordre de grandeur sur le niveau de coût des catastrophes ...
    Pendant ce temps, nos députés débattent sur les couverts en plastics, une manière dérisoire de perdre son temps.
    Et nos concitoyens du sud, les pieds dans l’eau, prennent conscience de ce qu’est vraiment l’"écologie punitive". Rien à voir avec l’ "excuse fallacieuse" du ministère de l’environnement, argument pour surtout en faire le moins possible.

    22.10 à 21h03 - Répondre - Alerter
  • Je cite :
    "Il est évidemment impossible de relier un événement météo, aussi extrême soit-il, au dérèglement climatique en cours. Mais les scientifiques s’accordent sur le fait que, partout dans le monde, nous en vivons les premières conséquences."

    On ne sait pas mais on affirme tout de même !!! On dirait le fameux sketch de Coluche !

    Bref, il n’y a absolument aucune augmentation des tempêtes et intempéries dans le monde.
    Voir par exemple ici :
    http://coaps.fsu.edu/ maue/tropical...

    Par contre l’augmentation de la densité humaine, les constructions réalisées n’importe où n’importe comment font augmenter l’importance des dégâts.

    3.03 à 10h06 - Répondre - Alerter
    • Filomo, donc selon vous tant que c’est pas prouvé à 100%, la responsabilité du réchauffement climatique dans ces évènements meteo c’est du bidon ?
      Mais la responsabilité de la preuve, je trouve que c’est à vous de l’avoir. Prouvez nous que ces évènements meteo ne sont pas reliés au rechauffement climatique.
      Parce que l’hypothèse du lien, elle existe logiquement et tres nettement : plus de T° dans l’atmosphere, c’est plus d’énergie pour des tempetes plus fortes et porteuses de plus de precipitations. Plus de T° (savez vous qu’elle a déjà augmenté de +0,8°C ?) c’est aussi plus de glaces qui fondent et font monter la mer, et quand la mer monte, la cote se fait inonder, tout ça est tres logique.
      Alors quelle preuve contraire pouvez vous nous apporter pour montrer que le réchauffement climatique n’est pour rien dans ces évènements meteos de cet hiver ?

      27.06 à 17h13 - Répondre - Alerter
      • Oui, il est de plus en plus certain que la responsabilité du réchauffement climatiques dans les évènements météo n’est pas réelle.

        Il n’ a aucune preuve de l’augmentation de ces évènements, ni que cette augmentation découlerait d’une augmentation générale de la température, température par ailleurs stable depuis une dizaine d’années.
        Je vous ai donné un lien dans mon post précédent qui prouve qu’il n’y a aucune augmentation de l’énergie des cyclones depuis 1970. Il n’y a que des fluctuations annuelles.

        Ni d’ailleurs que cette augmentation serait liée au CO2 libéré par nos activités et qui est en quantité infime par rapport au cycle naturel du carbone.

        Par contre, il est certain que l’augmentation de la population augmente de façon automatique le nombre des victimes et mêmes influe sur certaines inondations, ce qui fait croire à une augmentation des évènements météo.

        De même nos moyens d’information performants nous mettent au courant du moindre aléa météorologique, ce qui n’était pas le cas dans le passé, d’où l’impression de leur augmentation.

        Enfin, statistiquement il ne peut pas y avoir autant d’évènement météo chaque année, il y a forcément des augmentations et des diminutions. Ne parler que des années avec augmentations est un effet de loupe tout à fait trompeur.

        Vous trouverez sur ce site par exemple toutes les information nécessaires pour comprendre l’actuelle arnaque sur le réchauffement climatique.

        http://www.pensee-unique.fr/index.html

        Il y a de plus en plus de scientifiques sceptiques. On peut constater et c’est un sérieux indice que dans les articles qui parlent du réchauffement climatique et qui devraient être exhaustifs il n’y a jamais aucun lien vers les sites qui argumentent contre le réchauffement lié à notre activité.
        Tous les liens vont vers des sites qui vont dans le même sens.

        Moi je ne fais que constater ce déséquilibre ainsi que la précision et la qualité de l’argumentation que l’on trouve sur le site que je vous ai indiqué.

        30.06 à 20h00 - Répondre - Alerter
  • C’est un texte qui donne la mesure des responsabilités collectives que nous avons à mettre en oeuvre :En agissant d’une part individuellement dans notre mode de vie,
    Réexaminons nos besoins. Une sobriété joyeuse est à inventer au quotidien...
    En réapprenant à créer à l’échelle d’une commune , d’un groupement de communes , d’un collectif de citoyens, des projets locaux pour produire autrement nos besoins énergétiques . Il n’est plus possible de peser sur ce dérèglement climatique dont on ne mesure pas encore les conséquences sociales , les drames humains .
    Trop de responsables politiques sont "hors sol" comme l’agriculture intensive qu’ils soutiennent sans aider réellement les agriculteurs. Ils sont déracinés et leur vision n’est pas en phase avec le réel de la vie .
    Votons pour ceux dont les propositions sont réalistes , audacieuses et qui soutiendront des initiatives locales pour agir localement . Il est encore temps j’ose y croire !

    2.03 à 23h46 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité