publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Revenu d’existence : « Cette mesure tient la route mais ne verra jamais le (...)
Article Abonné
15-02-2012
Mots clés
Société
France
Interview

Revenu d’existence : « Cette mesure tient la route mais ne verra jamais le jour »

Taille texte
Revenu d'existence : « Cette mesure tient la route mais ne verra jamais le jour »
(Crédit photo : Johnny_d_mitchell - flickr)
 
Le revenu d'existence est-il une idée utopique ? Non, d'après l'économiste Gérard Cornilleau, même si les changements qu'il implique sont énormes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Gérard Cornilleau est économiste et directeur adjoint de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques), spécialiste du marché du travail et des prestations sociales.

Pensez-vous que la mise en place d’un revenu d’existence soit viable économiquement en France ?

Tout dépend bien sûr du montant de ce revenu. Pour avoir un ordre de grandeur, un revenu universel de 500 euros donné à l’ensemble des majeurs (plus de 18 ans, ndlr) représente environ 300 millions d’euros, soit 15% du PIB. Soit 1% de plus que l’ensemble des retraites versées en France. C’est énorme. Une partie importante peut être financée par le redéploiement d’aides déjà existantes. Mais des calculs plus approfondis montreraient qu’il faudrait également d’autres sources de financement.

Comment financer ces sommes restantes ?

Les bonnes solutions ne seraient sûrement pas la hausse de la TVA, ni l’augmentation de l’impôt sur le revenu qui auraient des conséquences néfastes pour l’économie. Le seul moyen indolore serait d’augmenter les cotisations sociales assises sur le salaire, ce qui entraînerait une baisse du salaire net. Pour beaucoup de Français, on reprendrait avec ces cotisations ce qu’on a donné avec le revenu d’existence. Seuls les plus modestes seraient gagnants, tandis que les plus hauts revenus perdraient au change.

Certains craignent qu’une telle mesure n’incite pas au travail. Qu’en pensez-vous ?

Là encore, tout dépend du montant de ce revenu. Si l’on donne 500 euros, je pense que cette somme est trop faible pour inciter des personnes à quitter leur travail. Au contraire, la mesure est plus incitative que le système actuel. En effet, vous gardez cette aide sans condition, même si vous passez du chômage à un salaire important, alors qu’aujourd’hui la question de la perte de certaines aides peut se poser à la reprise du travail même avec le système du RSA.

Et si l’on donne plus ? 850 euros par exemple ?

Au seuil de 850 euros, des cas de personnes « désincitées » à travailler peuvent se présenter. Mais ces cas ne sont pas dommageables. Les économistes qui ont travaillé sur le sujet montrent que les gens susceptibles de ne plus vouloir travailler sont de toute façon peu productifs. De plus la production en France ne dépend pas de l’offre de travail, car nous comptons déjà beaucoup de demandeurs d’emplois et de temps partiel subis. Sur le plan économique, ce ne serait pas un problème.

Donc cette mesure tient bien la route sur le papier ?

Sur le papier, cette mesure tient tout à fait la route. Mais cette vieille idée ne verra jamais le jour, tant sa mise en place nécessite des changements. Imaginez le nombre de cas pratiques à régler. Je donnerai un seul exemple. On réduirait de 500 euros l’ensemble des retraites (si elles sont supérieures à ce niveau), et on donnerait 500 euros de plus à tous les retraités. Mais du coup, il faudrait également réduire le niveau des cotisations retraites sur les salaires, puisqu’une partie des retraites serait financée par les nouvelles cotisations pour le revenu universel. Il faudrait également revoir l’ensemble des aides sociales dédiées. Je ne pense pas que la mesure suscite assez d’intérêt aujourd’hui pour permettre de tels changements. Il faudrait une période de forte croissance, pour que naissent de tels questionnements sur le partage des profits.

A lire aussi sur terraeco.net :
- Faut-il un revenu d’existence garanti pour tous ?

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Belle utopie, le partage des profits !

    21.02 à 08h05 - Répondre - Alerter
  • Cette inteview est intéressante car au moins l’interlocuteur ne balaie pas du revers de la main l’idée comme beaucoup de politiciens/économistes. Il connait un peu le sujet mais honnêtement, on sent bien que ce monsieur ne s’en est pas vraiment emparé.

    La dernière phrase est à ce titre très révélatrice :

    Il faudrait une période de forte croissance, pour que naissent de tels questionnements sur le partage des profits.

    C’est précisément le contraire !! C’est en temps de crise que cette idée prend tout son sens ! On peut l’attendre pendant longtemps la croissance sinon hein...

    Sur les chiffres, Marc de Basquiat a récemment montré que l’on peut parfaitement financer un revenu de base à 400 euros par adulte, 200 par personnes, sans vraiment taxer davantage.

    Et contrairement à ce que dit ce monsieur, c’est bien par une augmentation de la CSG ou de la TVA qu’il faudrait procéder pour relever ce montant, allégeant ainsi le cout du travail en France. Autrement les travailleurs paieront pour ceux qui décident de ne gagner que le revenu de base, ce qui serait profondément perçu comme injuste.

    En filigrane, on comprend bien que ce monsieur se n’est pas vraiment posé la question de l’impact d’une telle mesure sur la vie des gens, à commencer par lui même (peut être que sa position ne l’amène aussi pas à se poser ces questions - c’est plus difficile quand on est dans le confort).

    Car au fond, tout ceux qui parlent du revenu de base sans penser à ce que ça changerait pour eux-mêmes, c’est qu’ils n’ont absolument pas compris de quoi il est question...

    15.02 à 12h48 - Répondre - Alerter
    • En ce qui me concerne, c’est le travail pour tous qui doit assurer le niveau d’existence pour tous.
      Pour ceux qui sont au chômage ou en maladie des caisses de chômage ou maladie existent, et doivent être gérées paritairement entre les travailleurs, les employeurs, et l’état.
      C’est seulement en fin de droit qu’un minimum social, individuel ou familial, doit être déterminé.
      Mais ne soyons pas utopistes ou idéologues, la société ne peut exister que par le travail, avec ou sans croissance mais dont le fruit, (valeur ajoutée ou PIB), doit être partagée le plus équitablement possible.
      C’est surtout ce partage qui soulève les vrais problèmes de société.

      15.02 à 19h16 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Je n’ai pas découvert la même définition du :
    - revenu d’existence,
    - revenu citoyen,
    - revenu universel,
    - revenu social garanti,
    - dividende universel,
    - revenu de base,
    - de l’allocation universelle que vous.

    Voici une vidéo qui présente le revenu de vie :
    http://www.youtube.com/watch?v=1L5wEOplUfA

    Mais aussi :
    http://allocationuniverselle.com/

    Vous êtes libre de signer l’appel sur le site internet :
    http://appelpourlerevenudevie.org/

    “Il n’est rien au monde d’aussi puissant qu’une idée dont l’heure est venue.” Victor Hugo

    Bonne réception
    Maxime Ghesquière

    15.02 à 12h22 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité