publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Non, les écogestes ne sont pas inutiles
Article Abonné
24-08-2010
Mots clés
Climat
France
Monde

Non, les écogestes ne sont pas inutiles

Taille texte
Non, les écogestes ne sont pas inutiles
(Crédit photo : Hank Grebe / Mediaspin.com)
 
Nos BA vertes ont-elles vraiment un impact sur notre empreinte carbone ? D'après deux récentes études, la réponse est oui. Comme pour les premiers secours, il suffit de connaître les bons gestes !
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

La mauvaise nouvelle est tombée au début du mois : nous émettons 9 tonnes de CO2 par an. Non seulement ce chiffre est trop élevé, mais en plus il stagne depuis 1990. Pas de quoi se flageller pour autant, deux études parues cette semaine montrent que pour réduire la consommation d’électricité et les émissions de carbone, la solution existe déjà : c’est vous.

Les bons vieux gestes verts…

En bon lecteur de Terra eco, vous connaissez par cœur tous les gestes verts. Éteindre la lumière en sortant d’une pièce, ne pas laisser d’appareils en veille ou encore mettre un pull plutôt que tourner le thermostat en cas de coup de froid. Contrairement au nom qu’on leur donne trop souvent, ces gestes n’ont rien de petits. Adam Hawkes, du Grantham Institute for Climate Change, a ainsi calculé l’impact potentiel de ces gestes si tous les habitants du Royaume-Uni s’y mettaient. Les résultats, publiés par le quotidien The Independent, sont impressionnants.

Vous débranchez les appareils électriques avant d’aller vous coucher et avant de partir en vacances ? Vous et votre famille épargnez 100 kilos de CO2 à l’atmosphère chaque année. Vous préférez le fil à linge au sèche-linge ? Voilà 260 kilos en moins dans l’escarcelle carbone de votre foyer. A l’échelle du Royaume-Uni, l’émission d’environ 40 millions de tonnes de CO2 pourrait ainsi être évitée chaque année en cumulant ces gestes verts, soit un tiers du carbone rejeté actuellement outre-Manche.

Attention toutefois, les résultats seraient très probablement moins impressionnants si le même calcul était réalisé en France. L’étude compte en effet non seulement les émissions évitées grâce aux écogestes mais intègre aussi les économies de carbone réalisées grâce la fermeture des centrales électriques les plus polluantes, rendues inutiles par la baisse de la consommation. Or, contrairement au bouquet énergétique britannique, son homologue français est essentiellement nucléaire, une technologie peu émettrice en CO2. La même baisse de consommation d’électricité dans l’Hexagone occasionnerait donc une baisse moins importante des émissions.

…oui mais lesquels ?

Attention cependant à ne pas surestimer les (trop) petits gestes. Mieux vaut encore préférer les grands ! D’après une enquête de chercheurs américains menée sur 505 ménages aux Etats-Unis, la plupart des personnes interrogées disent prendre soin d’éteindre la lumière en quittant une pièce. Mais 20% pensent que c’est la meilleure solution pour réduire sa consommation d’énergie et seules quelques-unes ont mentionné l’usage d’ampoules à basse consommation. Et ce alors qu’une dizaine d’entre elles permettent à d’éviter l’émission de 350 kilos de CO2 par foyer et par an.

Plus significatif encore, le simple fait d’utiliser un mode de lavage moins chaud pour son linge, donner, en cas de panne, un coup de neuf à son électroménager ou veiller à la bonne isolation de son logement restent des solutions plus efficaces que penser à appuyer sur un interrupteur.

Se focaliser sur les gestes élémentaires pourrait ainsi être contre-productif. « Aussi longtemps que les gens ne bénéficieront pas d’informations précises, ils continueront de croire qu’ils font assez pour réduire leur consommation d’énergie », conclut l’étude qui appelle les pouvoirs publics à permettre aux habitants de mieux suivre leur consommation. Heureusement, pour être sûr de tout savoir sur les gestes verts, notre dossier est consultable ici.

Sources de cet article

- L’étude du Commissariat général au développement durable sur le niveau d’émissions de CO2 des Français.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

8 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,

    L’article en soi est plutôt intéressant, mais il me semble que vous confondez puissance et énergie ! Vous n’économisez pas des watts par heure, mais des watts (puissance) ou wattheures (énergie = puissance multipliée par temps). En l’occurrence, je pense (à vérifier) que vous voulez dire 4000 wattheures (à chaque lavage) pour la machine à laver et 100 watts pour l’ampoule. Du coup, la comparaison perd son sens :-(

    Pour un peu plus de détails :
    http://energies.blog.lemonde.fr/201...

    28.08 à 12h54 - Répondre - Alerter
  • On croit rêver en lisant de telles inepties !

    Il sera bientôt démontré que les théories imbéciles émises par le GIEC et par les inconditionnels du rôle de l’Homme ou des pets et rots des bovins sur le changement climatique, ne tiennent absolument pas debout.
    Aurions-nous d’ailleurs un rôle par nos émissions et au travers de cette stupidité d’empreinte carbone, que les solutions proposées restent d’une affligeante stupidité.
    Exemple : Éteindre la lumière en sortant d’une pièce n’entraine une économie que si l’on ne revient pas dans cette pièce pour un bon moment et sans doute pour plusieurs heures, en effet :

    L’extinction de la lampe provoque un extra courant de rupture qui va réduire la durée de vie de cette lampe et entrainer la mise en œuvre d’une énergie inutile pour la fabrication de celles de rechange.

    Les allumages et extinctions répétées entrainent des consommations électriques bien plus importantes que l’allumage en continu.

    Personne ne s’est par ailleurs posé la question de cette stupide règle qui veut que nous allumions nos codes en plein jour à travers toute l’Europe et jusqu’au sud de l’Espagne au prétexte qu’il fait nuit toute la journée dans certains pays du nord ! Résultat nous devons augmenter la consommation en carburant d’au moins 5 %.
    Le problème est le même pour cette incroyable et stupide argument commercial des constructeurs automobiles qui ont inventé la coupure du moteur à chaque arrêt, sans dire que son redémarrage entraine sans doute une consommation bien supérieure à celle observée si l’on avait laissé tourner le moteur.

    Alors de grâce arrêtez toutes ces âneries, d’autant qu’à l’échelle de l’univers ou même du seul système solaire, ce n’est pas notre empreinte carbone ou les pets de nos bovins qui peuvent avoir la moindre influence.

    Ceci ne veut pas dire que nous ne devions pas être attentifs aux économies d’une énergie qui risque de s’épuiser et à laquelle il faut que nous trouvions des substituts. Le recyclage du CO² notamment par la production de biomasse par l’agriculture est un de ces substituts et n’oubliez pas que l’agriculture, pour la production de cette biomasse, a un besoin impératif de CO² qui est l’oxygène des plantes.

    Les beaux parleurs et autres scribouillards de l’économie prétendument durable, et de la nouvelle religion écolo, seraient bien inspirés de vérifier que leur empreinte carbone n’est pas lourdement chargée, tout simplement parce qu’ils nous pompent l’air au lieu de garder leur souffle pour des actions plus utiles dans le domaine de leur digestion, qu’il me soit permis ici de ne pas donner dans la grossièreté .
    jea

    25.08 à 22h42 - Répondre - Alerter
    • Quelle verve, quelle haine, quelle énergie négative ! Je ne partage pas votre avis. Pourquoi ne pas garder votre propre souffle pour respirer, ralentir et vous calmer un tant soit peu ? Et accessoirement, réfléchir à la question dans sa globalité, posément, et non comme un râleur stressé.

      Un geste aussi petit soit-il a son importance. Multipliez donc les éco-gestes par 2 ou 3 milliards d’habitants... Toujours insignifiants ? Vous seriez de mauvaise foi en répliquant le contraire. Vos arguments et vos exemples montrent une connaissance très limitée du problème. Il existe aujourd’hui des ampoules tolérant sans problème les allumages/exctinctions répétés, aussi bien en LED qu’en fluo-compactes. J’en fais l’expérience tous les jours depuis plus de 5 ans. Mes ampoules sont encore là, mais j’ai surtout constaté une baisse réelle de ma consommation, en passant de 75W par luminaire à 15W. Quant au fait que la consommation est bien plus élevée dans le cadre d’un usage vertueux des sources lumineuses (allumage au besoin), permettez-moi d’en rire et de vous suggérer l’achat d’un wattmètre grâce auquel vous pourrez constater qu’une ampoule éteinte ne consomme rien et ne subit aucun pic de courant lors de son allumage/exctinction. Il est toujours possible, bien sûr, que vous soyez actionnaire chez EDF, ce qui expliquerait votre démarche...

      Je ne relève même pas l’amalgame que vous effectuez entre méthanisation, captation de CO2 et remédiation aux problèmes énergétiques, puisqu’il me faudrait un temps infini pour débrouiller les noeuds que vous créez vous-même et élargir la problèmatique. En revanche, le fait d’allumer ou non ses phares revient à l’utilisateur. Aucune loi française ne vous oblige de jour à rouler feux allumés. Mais si vous persistez à suivre cette "règle", cela confirme que vous êtes un adepte de la consommation excessive que vous appliquez déjà aux ampoules.

      Vous savez, l’écologie, ce n’est pas une religion, ni une secte, ni même un parti politique, quoi qu’on en dise : c’est une prise de conscience, du bon sens, et surtout, de grâce, surtout, de l’ouverture d’esprit. Nous sommes tous concernés. Il n’y a pas lieu d’avoir des pros et des antis. Quand les inondations arrivent, tout le monde en pâtit. Idem pour les cyclones. Idem pour les cancers dûs à la pollution, à l’alimentation. Idem pour les accidents nucléaires. Idem pour le manque d’eau, l’accès aux ressources naturelles, la déforestation... et ainsi de suite. C’est encore plus qu’une philosophie, l’écologie, elle est en nous, profondément enfouie, comme une respiration, le respect de soi et de la nature.

      Quoi qu’il en soit, je sais pertinemment que, ampoules allumées ou non, phares allumés ou non, faire attention à notre planète, ce n’est plus un choix que nous avons le luxe de ne pas faire.

      28.08 à 16h16 - Répondre - Alerter
    • Cher Jeanpiercanot qui dit ne pas vouloir tomber dans la grossièreté.

      Je relève dans votre contribution :
      - "imbéciles", ligne 2
      - "stupidité", ligne 5
      - "stupidité", ligne 7
      - "stupide", ligne 14
      - "stupide", ligne 18
      - "ils nous pompent l’air", ligne 31

      Et je pose une question : pourquoi tant d’invectives ?
      Un simple article plein de bon-sens sur la valeur des écogestes vous met en telle rogne qu’on se demande quelle vision du monde peut bien vous animer.

      Par ailleurs, parmi plusieurs contre-vérités lourdes, je relève dans vos propos celle-ci : vous présentez l’absorption de CO2 par les plantes (au cours de la photosynthèse) comme si ce CO2 pouvait être fléché vers les plantes. Et comme si le système végétal planétaire était en pénurie de CO2. Or l’une des questions non encore élucidée est qu’à partir d’un certain niveau de concentration de CO2 dans l’atmosphère, les océans et les plantes saturés ne parviendraient même plus à absorber le CO2 qu’ils capturent aujourd’hui.

      Cher Jeanpiercanot, je vous remercie pour ces propos éclairés (au charbon, bien sûr).

      28.08 à 17h04 - Répondre - Alerter
      • marie : contre ordre

        je suis très surprise par cette hargne que l’on peut palper dans votre message chez Jean-Pierre. C’est tout de même avec des théories comme la votre que beaucoup de nos concitoyens partent du principe que : c’est la faute à tout le monde et moi je n’y peux rien. Je vous vois célibataire ou sans enfant pour tenir ce genre de propos car il faut être sacrément égoïste pour estimer que l’avenir de la planète de nous regarde pas.

        Il y a quand même des études, sérieuses, qui prouvent l’impact de l’activité humaine sur notre planète. Donc à moins d’être le plus grand scientifique que la terre est jamais portée, je trouve déplorable votre attitude.

        30.08 à 13h27 - Répondre - Alerter
  • Pitseleh : Bon à savoir !

    Voilà qui fait plaisir à entendre ! (façon de parler) et pourrait permettre de convaincre quelques septiques.
    Par contre, 2 de vos liens ne renvoient pas au bon article.

    25.08 à 18h04 - Répondre - Alerter
  • p_vaness : p_vaness

    Google Power, pourrait vraiment changer les choses, le probleme est tjs uyn manque de visibilite immediate de l’effort. A quand le powermeter en france ???
    http://www.google.com/powermeter/ab...

    25.08 à 12h28 - Répondre - Alerter
  • Alice22 : nucléaire

    Bonjour,
    En écrivant "nucléaire, une technologie peu émettrice en CO2", vous prenez en compte la construction et le démantèlement de la centrale nucléaire bien sûr ??????????????????

    25.08 à 11h17 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité