publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Iter : le dernier coup de gueule de Charpak
30-09-2010
Mots clés
Sciences
Energies
France

Iter : le dernier coup de gueule de Charpak

Taille texte
Iter : le dernier coup de gueule de Charpak
(Crédit photo : Studio Harcourt Paris (2005))
 
En août dernier, le prix Nobel de physique décédé ce mercredi s'élevait contre le réacteur nucléaire expérimental français. Mais pas au nom d'une position antinucléaire.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Ce fut le dernier combat de Georges Charpak, décédé ce mercredi. Le 10 août dernier, le scientifique cosignait une tribune dans le journal Libération pour réclamer l’arrêt d’Iter, ce réacteur expérimental implanté dans les Bouches-du-Rhône et qu’il jugeait « hors de prix et inutilisable ».

L’opposition à ce projet de la part d’un homme qui a consacré une grande partie de sa carrière à la physique nucléaire en avait alors surpris plus d’un. Charpak n’avait pas rejoint pour autant le camp des antinucléaire. « Notre problème d’énergie est urgent. C’est immédiatement qu’il faut économiser l’énergie, et remplacer les combustibles fossiles (pétrole, gaz et charbon), responsables du réchauffement climatique, par de l’énergie propre », écrivait-il dans Libération. Avant de conclure : « La seule source massive d’énergie ne dégageant pas de gaz carbonique est la fission à l’œuvre dans nos centrales nucléaires actuelles » et de regretter l’arrêt de Superphénix « exigence des Verts de Dominique Voynet, pour participer au gouvernement Jospin ».

Le physicien craignait surtout que le coût de la construction d’Iter, dont le budget prévisionnel venait de passer de 5 à 15 milliards d’euros, n’assèche les financements de la recherche scientifique européenne et menace « de nombreuses recherches autrement plus importantes, y compris pour l’avenir énergétique de notre planète ».


Georges Charpak est mort ce mercredi 29 septembre à Paris à l’âge de 87 ans. Immigré polonais, il a obtenu la nationalité française en 1946 après s’être engagé dans la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a décroché le prix Nobel de physique en 1992 pour ses travaux sur les détecteurs à particules.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • michelx : Charpak et ITER

    La position du regretté Charpak était pleine de bon sens : la solution à (relativement) court terme au problème de la production d’énergie passe par une technologie déjà en partie maitrisée, le surgénérateur. Les scientifiques les plus sérieux et informés pensent que la fusion est pour beaucoup plus tard, quand nous et nos descendants aurons tous subi les conséquences du changement climatique. Pour résoudre le problème il y a deux priorités pour moi évidentes : les économies d’énergie et le développement du nucléaire, le reste (éoliennes, photovoltaïque...) ne tient pas vraiment la route tout en mobilisant l’essentiel des financements.

    9.10 à 16h24 - Répondre - Alerter
    • gaelix : Charpac=bon sens

      que du bon sens chez ce scientifique.en effet les écolos n’avaient qu’un but dans le gouvernement Jospin:la peau du surgénérateur à Malleville.

      11.10 à 22h49 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité