publicité
Accueil du site > Actu > Les Brèves > Pêche en eaux profondes : l’Ifremer se dédit, avantage à Bloom
28-11-2013

Pêche en eaux profondes : l’Ifremer se dédit, avantage à Bloom

Taille texte
 
SUR LE MÊME SUJET

Dans le match qui oppose l’association Bloom, qui milite contre le chalutage en eaux profondes, à la toute récente association de pêcheurs de grands fonds Blue Fish (née en avril 2013, et qui ne possède pas de site Internet), Bloom vient de marquer un nouveau point.

Le dernier round s’est tenu à l’occasion d’une table ronde sur les conséquences de la pêche en eaux profondes organisée mardi 26 novembre à l’Assemblée nationale, à quinze jours d’un vote crucial sur cette pratique (le 10 décembre prochain) au Parlement européen. Là, le directeur général de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) a reconnu que le document de son institut sur lequel Blue Fish fonde ses arguments n’est pas « assez précis ». Ces quelques pages, qui ne constituent pas « un papier de position » de l’Ifremer, contiennent des « raccourcis ». Et il y a « un travail à faire pour avancer dans l’expression scientifique », estime Patrick Vincent, le directeur général.

Il choisit un exemple, qui nous plonge au cœur du débat autour de la durabilité de ce type de pêche : le document indique que « trois espèces sont au rendement maximal durable ». En réalité, ce rendement maximal durable est atteint « pour certains stocks » seulement, explique le directeur général. « Pour les autres stocks, nous avons un défaut de connaissance qui ne permet pas de porter de conclusion. On est dans un entre-deux. »

Voir la vidéo de l’intervention de Patrick Vincent :

Pour Bloom, le message est très clair : c’est « un coup dur pour les lobbies de la pêche industrielle en eaux profondes et leurs alliés politiques : l’Ifremer leur retire la très maigre caution scientifique que ceux-ci brandissaient pour justifier des activités de pêche injustifiables du point de vue écologique, économique ou de l’emploi ».

A lire aussi sur Terraeco.net : « Prends cinq minutes, et signe, copain » : la BD contre le chalutage profond a-t-elle forcé le trait ?

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Sans parler des effets sur les poissons et l environnement, on peut rappeller l argument de Plutarque : est ce la nature de l humain de tuer des animaux ?

    En effet, n est ce pas ?, la plupart des animaux chassent et mangent avec leur nature propre , sans outils. Or du bateau au fourneau on semble loin de la nature.

    Plutarque tire des conclusions metaphysiques de cet argument (il croit par exemple au destin qui peut etre une raison de notre incarnation en tant qu humain).

    6.12 à 10h30 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité