publicité
Accueil du site > Actu > Société > Pas de troisième piste pour l’aéroport londonien d’Heathrow
15-05-2010
Mots clés
Transports
Grande-Bretagne

Pas de troisième piste pour l’aéroport londonien d’Heathrow

Taille texte
Pas de troisième piste pour l'aéroport londonien d'Heathrow
(Cobb/Greenpeace)
 
Huit ans que les ONG environnementales se battaient pour faire avorter le projet. La nouvelle coalition au pouvoir en Grande Bretagne leur a donné raison. Il n'y aura pas de troisième piste à Heathrow.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Ils ont frappé, tout sourire, à la porte de Downing Street avant de tendre au garde de service deux larges boîtes. A l’intérieur, le nom des 91 000 personnes engagées contre la construction d’une troisième piste à Heathrow. Par ce geste, les militants de Greenpeace et les groupes de résistance locale baissaient symboliquement les armes. Et entendaient remercier la toute nouvelle coalition entre les conservateurs et les libéraux démocrates (tory-libdem) pour l’abandon du projet d’extension de l’aéroport.

« C’est fantastique, souligne Anna Jones, chargée de campagne pour Greenpeace. Ca montre que le militantisme peut payer et que la responsabilité de l’aviation dans les émissions de gaz à effet de serre commence à être pris sérieusement. » « Je suis si heureuse, confirme Linda McCutcheon, résidente du petit village de Sipson, menacé par la construction de la piste. « Pendant huit ans, nos vies ont été mises en suspens. On ne rénovait plus nos maisons, d’autres ne pouvaient plus vendre parce qu’on ne savait pas ce qui se passerait. Aujourd’hui, la vie peut reprendre. »

3,5 millions de tonnes de CO2 supplémentaires pas an

Tout a commencé en 2003. Dans un Livre blanc dédié à l’avenir du transport, le ministre du transport évoquait la construction d’une troisième piste à Heathrow à l’horizon 2020. L’objectif pour le gouvernement était clair : désengorger un aéroport proche de l’asphyxie et préserver la compétitivité du royaume. Six ans plus tard, après consultation publique, le gouvernement réaffirmait son soutien à ce projet. Avec sa nouvelle piste, l’aéroport devait encaisser 5,5 milliards de livres (6,4 milliards d’euros) de bénéfices entre 2020 – date de sa mise en service - et 2080 et créer 8000 emplois.

Mais voilà. Tout le monde ne voyait pas le projet d’un bon œil. Une piste en plus et voilà 3,5 millions de tonnes supplémentaires de CO2 rejetées chaque année dans l’atmosphère, concédait en 2009 le gouvernement. Tandis que des centaines de maisons étaient vouées à la démolition. Résidents locaux et associations environnementales commencèrent à se serrer les coudes.

Un fort végétalisé pour préparer l’assaut

En 2007, le Groupe d’action climatique décide de planter un camp à quelques encablures de l’aéroport. D’autres installent des bannières sur le toit du Parlement. L’action la plus spectaculaire eut lieu en janvier 2009. Aux côtés de Greenpeace, l’actrice Emma Thompson, le comédien Alistair Mc Gowan et le politicien Zac Goldsmith achètent un petit terrain sur le tracé de la troisième piste. Avant d’appeler les internautes du monde entier à devenir gratuitement « propriétaires bénéficiaires » du terrain. L’idée ? Multiplier les titres de propriété et rendre la procédure d’expropriation longue et pénible. 91 000 volontaires répondent à l’appel. Sur le terrain, Greenpeace imagine la construction d’un véritable fort végétal pour se défendre. Elle n’aura pas lieu.

Fraîchement arrivée au pouvoir, la coalition tory-libdem a hissé le drapeau blanc. « Nous avions un espoir parce que les Conservateurs comme les libéraux démocrates s’étaient dit opposés au projet mais nous ne pensions pas que ça irait si vite », se réjouit Linda McCutcheon. Dans leur accord, les deux partis promettent aussi de ne pas étendre deux autres aéroports londoniens : Gatwick et Stansted. Greenpeace se dit satisfaite mais ne cache pas son ambition. « Il faut aller plus loin. La politique sur l’aviation annoncée dans le Livre blanc de 2003 est complétement dépassée au regard de nos connaissances actuelles sur le changement climatique. Il faut la changer complètement. » Dans sa maison de Sipson, Linda McCutcheon, elle, préfère rester prudente. « La coalition va-t-elle durer ? Va-t-elle tenir ses promesses ? Nous ne tournons pas encore la page définitivement. Mais maintenant nous allons nous battre pour la régénération de notre village. »

Sources de cet article

- Le Livre blanc d’Alistair Darling
- Le plan pour la nouvelle piste d’Heathrow approuvé par le gouvernement.
- Sipson rayée de la carte sur la BBC
- Etude d’impact pour l’extension d’Heathrow par le département transport
- Déclaration du ministre du transport Geoff Hoon sur l’extention d’Heathrow en 2009
- Le site d’Airplot
- La vidéo de la remise des signatures à Downing Street
- Les engagements de la coalition tory-libdem

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité