publicité
Accueil du site > Actu > Société > Oikoten : les randonnées de l’espoir
Article Abonné
13-05-2004
Mots clés
Social
Europe

Oikoten : les randonnées de l’espoir

Taille texte
 
Bloqués sur des voies de garage, de jeunes Flamands au parcours chaotique retrouvent foi dans l'avenir grâce à des randonnées. Artisane de ces thérapies, l'association Oikoten est un bol d'oxygène pour ces jeunes souvent désespérés.
SUR LE MÊME SUJET

"Une sanction alternative." C’est ainsi que l’éducatrice de Mateo (1) lui avait présenté le projet de randonnée jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle. A 16 ans et demi, l’adolescent belge venait d’intégrer une prison pour mineurs. Après une enfance à l’orphelinat, un placement dans une famille d’accueil, l’adolescent avait connu la drogue, les condamnations pour vols et pour vente de stupéfiants. "Cette marche, j’avais l’impression que c’était une punition. Le jour de mon départ, mes amis m’escortaient comme si j’allais au bagne d’Alcatraz."

JPEG - 48.9 ko
Crédit : Oikoten.

Hors de son pays

Comme Mateo, ils sont seize chaque année à partir en randonnée via l’association Oikoten. "Ce sont des jeunes arrivés au bout du système", explique Dimitri Dumortier, l’un des coordinateurs de l’association flamande. Depuis sa création en 1982, Oikoten, qui compte sept permanents, organise des randonnées de plusieurs mois pour des délinquants âgés de 16 à 18 ans. Le voyage se fait à trois : un accompagnateur escortant deux adolescents. Oikoten prend majoritairement en charge des garçons, même si, depuis 1987, certaines randonnées ont été organisées pour des filles. Depuis une vingtaine d’années, 250 jeunes Flamands sont partis sur les routes de France, de Roumanie, d’Inde, d’Afrique de l’Est. A pied, parfois à bicyclette. "Nous travaillons sur l’aliénation, le dépaysement", explique Dimitri Dumortier. Oikoten signifie, en grec, à la fois "hors de son pays" et "par ses propres moyens".

Voyage en roulotte

La moitié des randonnées a pour destination Saint-Jacques de Compostelle. Il ne faut pas y voir de prosélytisme. Juste une volonté d’inscrire cette aventure dans une histoire collective : celle des pèlerins. "Tout ce qui est signe religieux, ajoute Dimitri Dumortier, on l’interprète comme une donnée historique, une marque d’humanisme." Aux Etats-Unis, l’organisation Vision Quest, qui a inspiré l’association, inscrit aussi son projet de réinsertion dans l’histoire du pays. Là-bas, les jeunes voyagent en roulotte, tels les pionniers du XIXe siècle.

JPEG - 45.5 ko
Crédit : Oikoten.

25.000 euros par jeune

Avec le temps, Oikoten a diversifié ses projets. Depuis 1990, cinq jeunes sont envoyés en France tous les ans dans des familles où ils travaillent. Chaque année, le ministère communautaire flamand de la Famille et de l’Aide sociale verse 500.000 euros à Oikoten. L’organisation d’une randonnée coûte 25.000 euros par jeune. Après vingt ans d’existence, les résultats sont tangibles. 60% des jeunes réussissent une bonne intégration, même si le travail est parfois long. "Après la randonnée, il n’y a rien qui change, explique Mateo, aujourd’hui âgé de 28 ans. Tu retrouves ta vie dans la réalité. Avant de partir, j’étais dans un nuage de drogues. Après, je voyais tout très clair, mais tout a redégringolé très vite." A son retour, il y a douze ans, Mateo est tombé dans l’héroïne cette fois. "La société veut souvent de grands remèdes, affirme Dimitri Dumortier, elle voudrait qu’on dise que les jeunes sont devenus des saints. Mais notre objectif n’est pas trop haut."

Pas trop élevé peut être, mais efficace. Aujourd’hui, Mateo travaille comme chef cuisinier chez un traiteur. Depuis quatre ans, il n’a plus touché à la drogue. "J’ai mis des années à me rendre compte de ce qu’Oikoten m’avait apporté", avoue-t-il. Bien sûr, il reste des traces. Des problèmes de santé, des dettes qu’il n’a pas fini de régler. Père d’un petit garçon de deux ans, Mateo assume : "Ma vie est normale, j’ai une maison, un jardin..." Signe de son insertion réussie, il a récemment ajouté à son CV son aventure avec Oikoten, pourtant synonyme d’un parcours chaotique. Régulièrement, il conseille des jeunes qui partent avec l’association flamande. Et songe même un jour repartir en randonnée. Mais cette fois en tant qu’accompagnateur.

(1) Mateo est un pseudonyme

Allez vous balader sur les sites d’Oikoten et de Vision Quest

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Superbe idée que cet article sur l’Association belge à laquelle je rends hommage pour la qualité de son travail !
    Mais savez-vous qu’il existe en France une association qui se bat depuis plusieurs années malgré les lourdeurs administratives de la justice pour atteindre les mêmes objectifs ? Cette association s’appelle SEUIL et a été créée, 2000 par le journaliste-écrivain-marcheur Bernard OLLIVIER au retour de son périple de plusieurs années sur les routes de la soie qu’il a parcourues à pied (d’Istanbul à Xi’an, environs 12 000 km !). Ce serait sympa d’envisager un futur article sur cette association de "nécessité publique" qui obtient d’excellents résultats et commence seulement à obtenir une reconnaisance méritée auprès des instances judiciaires françaises.
    Pour aider cette association dans sa démarche en acquérant de nouveaux adhérents et les informer rapidement des évènements qui jalonnent sa vie, un groupe est créé sur Facebook, intitulé tout simplement SEUIL.
    Merci d’en parler, cela ne peut que nous faire du bien à tous !

    Voir en ligne : http://assoseuil.org

    3.03 à 15h08 - Répondre - Alerter
  • Sur Oikoten, je trouve que c’est un sujet chouette, mais j’aurais bien aimé un angle
    plus "économique", puisque la question de fond posée par les pouvoirs publics est celle
    du rapport entre le "coût économique" et le "coût social". Or le personnel politique Belge
    a dépassé les clivages gauche/droite pour investir dans ce filon. Pourquoi ? Parce que c’est
    plus rentable économiquement. Tiens, c’est un chouette sujet ça. Combien coûte un mineur désoeuvré, avant, pendant, et après son incarcération ? Et qui paie ? Et qui encaisse ?
    — 
    PS. Et la mise en perspective avec l’articulation judiciaire française et les mesures souhaitées par Dominique Perben aurait permis au public de se faire une idée sur le business de l’économie carcérale en France.

    17.05 à 10h14 - Répondre - Alerter
  • pourquoi ne mettez-vous pas les liens lorsqu’ils font référence à l’article.
    c’est bien la moindre des choses quand on est abonnée, non ?

    oikoten http://www.oikoten.be/Frame%20frans.htm
    vision quest http://www.vq.com/overview_home.htm

    Voir en ligne : http://www.vq.com/overview_home.htm

    13.05 à 20h07 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité