publicité
Accueil du site > Actu > Société > Nos trucs pour tirer vos objets en longueur
22-03-2012
Mots clés
Recyclage, Déchets
France

Nos trucs pour tirer vos objets en longueur

Taille texte
Nos trucs pour tirer vos objets en longueur
(Crédit illustration : Jean Lecointre)
 
Avis aux petits malins, aux courageux et aux consommateurs responsables. Repriser ses chaussettes, coréparer son frigo ou prôner le partage de perceuse, tout cela est possible, entre voisins ou sur Internet. Pour ne pas avoir à appuyer sur la touche « stop », suivez le guide.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 35 - Avril 2012

Objets à durée déterminée

- 1) Réparation

L’écogeste à la mode ? Le bricolage

Ne jetez plus, réparez. Tel est le credo de l’écolo qui n’a pas besoin pour cela de s’acheter une ou deux mains chez Leroy Merlin. Pour « agir contre l’obsolescence programmée », le site Commentreparer.com fourmille de conseils – « ouvrir le capot et aspirer les poussières pour réparer un écran plasma », « réparer un joint de machine à laver avec une rustine »… –, propose un forum pour trouver collectivement des solutions, et renvoie vers plusieurs guides pratiques et adresses pour réparer son iPhone ou son micro-ondes (lire aussi Terra eco n° 27).

Pour trouver les meilleurs plans près de chez soi, n’hésitez pas à demander aux collectivités locales : avec le soutien de l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, nombre d’entre elles (le Grand Nancy, l’Aisne, les agglomérations d’Orléans, de Rennes ou de Montpellier…) ont réalisé des « guides de la réparation et du réemploi ». Paris y travaille aussi. Dans la capitale justement, l’association Vélorution vient d’ouvrir un atelier collectif à la Maison du vélo, dans le IVe arrondissement. Il est possible d’apprendre à réparer soi-même sa bicyclette. Enfin, un dernier conseil : si vous bricolez comme des pieds, pensez aux cordonniers.

- 2) Garantie

J’ai 10 ans (de garantie)

D’un côté, des entreprises diminuent la durée de garantie de leurs produits, comme les principaux fournisseurs mondiaux de disques durs informatiques, Western Digital et Seagate. De l’autre, certaines vantent des garanties plus longues que les obligations légales, à l’instar des aspirateurs Dyson, « assurés » pendant cinq ans. Ce au grand dam de distributeurs comme Darty, qui font une part de leur beurre – non communiquée – sur les extensions de garantie. Pour mettre tout le monde dans le sens durable, les Amis de la Terre, entre autres, militent pour étendre de un an à dix ans la durée légale de garantie sur les biens de consommation. Selon l’ONG, cela obligerait les fabricants à concevoir des produits réparables plus facilement, et à faire pression sur leurs fournisseurs pour disposer de composants de qualité.


- 3) Seconde vie

Le réemploi ne chôme pas

Avec 14 millions de visiteurs uniques en janvier dernier, le site d’annonces gratuites Le Bon Coin prouve que les marchés aux puces, fussent-ils virtuels, sont très tendance. Vendre, troquer ou donner – voir Donnons.org – , et offrir ainsi une seconde vie à ses objets, c’est possible sur le Web, où l’on peut presque tout refiler. Sur Kiditroc.com, on échange ses vêtements pour enfants ; sur Produitspourlavie.org, les Amis de la Terre proposent leur sélection de sites, que l’on peut comparer à celle de Consocollaborative.com ! Dans la vraie vie, Emmaüs et le Réseau des recycleries et ressourceries (134 points de collecte et 88 boutiques en France) récupèrent, réparent et revendent de tout. Le réseau Envie est, lui, spécialisé dans l’électronique et l’électroménager. Objectifs : créer des emplois et réduire nos déchets. Il y a encore du travail : le taux actuel de réemploi des vieux appareils est de 2 % seulement.


- 4) Ecoconception

Penser à la fin… dès les débuts

L’écoconception, késako ? Il s’agit de créer des produits en suivant un mode d’emploi écolo. C’est-à-dire ? Il faut pouvoir les recycler facilement, ou prolonger leur durée de vie. L’idée est encore loin de convaincre la majorité des entreprises, mais elle fait son chemin. La bordelaise Meta IT a par exemple lancé ALT, le premier ordinateur 100 % écoconçu : sa coque est entièrement en aluminium recyclé (des chutes de chez Airbus) et entièrement recyclable, contrairement aux plastiques ordinairement utilisés. Avec seulement 7 éléments, contre 20 à 40 pour les bécanes ordinaires, il est aussi plus facilement réparable.

De telles démarches innovantes sont récompensées : selon une étude de l’Ademe portant sur 30 entreprises françaises et québécoises lancées dans des démarches d’écoconception, 27 ont dégagé des bénéfices sur ces nouveaux produits. Car non seulement, ils sont fabriqués avec moins de matériaux et d’énergie, mais ils peuvent se vendre plus cher. Le « cradle to cradle » – du berceau au berceau – s’inscrit en partie dans cette logique, en promouvant une économie circulaire où les produits seraient entièrement recyclables. Plusieurs villes et régions des Pays-Bas sont engagées dans cette aventure. Qui, en France, reste encore embryonnaire.


- 5) Service compris

Des services à suivre de près

Quel est le point commun entre le Vélib’, Michelin et Xerox ? Qui a dit les roues ? Vous sortez. Ce sont trois modèles réputés d’économie de fonctionnalité : au lieu de vendre un produit, ces entreprises en monnayent l’usage. Michelin Fleet Service loue ainsi ses pneus aux grandes flottes de poids lourds et d’autobus, ses techniciens assurent l’entretien et l’échange, et la firme de Clermont-Ferrand facture en fonction des kilomètres parcourus. Xerox en fait de même avec ses photocopieuses. Et ça marche aussi pour les jouets (Dim Dom, Ecojouets, etc.), les vêtements de travail (Elis), les voitures (Autolib’, les services de location)… Le modèle est sans doute le meilleur antidote à l’obsolescence programmée, puisque les entreprises ont tout intérêt à bien entretenir et faire durer le plus longtemps possible leurs biens. C’est d’ailleurs peut-être pour cela qu’il ne s’est pas généralisé. Et depuis quelques années, ce sont les mêmes entreprises qui sont, encore et toujours, citées en exemple. Que la concurrence se réveille !


- 6) Transparence

Faire de la « durabilité » une valeur

« Vaut-il mieux acheter 20 fois dans sa vie un mixeur à 10 euros, ou un seul à plus de 200 euros, mais garantie à vie, chez le fabricant suisse Bamix ? » Pour la consultante Marie-France Corre, la réponse n’est pas évidente. A double titre : aucune information n’est donnée au consommateur sur la durée de vie des produits, et il n’existe pas de bonus à l’achat de produits durables. Seul le secteur des ampoules est tenu d’indiquer leur espérance de vie aux clients. Ainsi, Carrefour revendique un allongement de la durée de vie des lampes à économie d’énergie de sa marque : le modèle standard est passé de 6 000 à 8 000 heures.

« Mais d’après les fabricants, les consommateurs regardent plutôt la puissance et le prix pour se décider », signale Alain Geldron, chef du service « responsabilité élargie des producteurs », à l’Ademe. Les entreprises ne cherchent du coup pas spécialement à les faire durer plus longtemps. » « L’affichage ne va pas changer les comportements », reconnaît Marie-France Corre. « Les étiquettes énergie, par exemple, sont conçues avec les données des filières, et ne sont donc pas discriminantes d’une marque à l’autre. L’idéal serait de savoir, en fonction de la durée de vie, sur combien d’années le prix d’achat serait amorti. » En attendant, l’ex-directrice des essais à l’UFC-Que Choisir plaide pour interdire les portables à un euro – les subventions des opérateurs occultent leur coût réel – et abolir les promos « 3 pour le prix d’1 », qui poussent à la conso. C’est d’ailleurs ce que vient de décider le plus grand libraire anglais, Waterstone.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • A L’Agence Française des Pièces Détachées nous encourageons toutes les actions favorisant le développement durable et notamment la réparation d’appareils et le recyclage de pièces détachées d’électroménager. Nous offrons également à nos clients, gratuitement pour toute commande, des livres techniques, pour les guider dans la réparation de leurs appareils : https://mesnotices.20minutes.fr/pie...

    5.09 à 22h09 - Répondre - Alerter
  • Aujourd’hui, https://pcdt.fr/ va plus loin en rachetant des pièces détachées d’électroménager d’occasion aux particuliers : le site les revendra ensuite sans aucune marge à des clients qui pourront, grâce à ces pièces et à moindre coût, être eux aussi dépannés.

    2.09 à 15h42 - Répondre - Alerter
  • J’ai connu un problème d’étanchéité sur mon lave-vaisselle. J’ai retrouvé la pièce compatible sur un site de vente de pièces détachées électroménager : Spareka. Grâce à leur vidéo de montage, j’ai changé le joint de porte en quelques minutes !
    Ci-dessous le lien vers leurs vidéos de réparation :

    http://www.spareka.fr/comment-repar...

    L’avenir est donc à la réparation des appareils pour allonger leurs durée de vie !

    10.06 à 14h11 - Répondre - Alerter
  • Dimanche dernier, je suis allée sur un salon où était installé le SECOURS POPULAIRE, et là j’y ai découvert tout plein d’articles en super-bon état, que j’aurais sans doute acheté en magasin si je les ai y avait trouvés. Mais là, ils étaient d’occasion, et j’y ai donc trouvé une jolie petite veste de printemps à 4 €, un coupe-vent à 4 €, un tee-shirt à manches longues à 2,5O €, et un tee-shirt à manches courtes à 2,5O €... et tout en parfait état... (et même des marques !) qui dit mieux pour faire des affaires, sans toucher aux ressources de la planète ? Je précise qu’il existe des SECOURS POPULAIRE dans toutes les villes de France, et ce que j’ai trouvé sur ce salon se trouve dans tous les SECOURS POPULAIRE. A vous de jouer ! (je précise aussi que jamais je n’avais acheté d’occasion, mais je le referai, et pas pour des questions de finances...)
    Martine 44

    23.03 à 09h32 - Répondre - Alerter
    • Je suis entièrement d’accord avec le principe d’économiser les ressources de toutes sortes. Je donne tous les vêtements de mes enfants (certains déjà récupérés des cousins) soit à des personnes que je connais, soit à des associations (pas ceux des parents, que l’on garde jusqu’à ce qu’ils ne soient plus présentables et terminent en tenues de bricolage ou de jardinage, et enfin en chiffons, après avoir récupéré les boutons ...). Par contre, lorsque l’on n’a pas de gros soucis financiers, il me semble préférable de laisser les vêtements du Secours Populaire ou autres associations analogues à des gens qui ne peuvent pas acheter du neuf, et gardent ainsi tout de même une certaine satisfaction de leur achat, du vêtement choisi.

      10.04 à 23h40 - Répondre - Alerter
      • Pas d’accord avec votre raisonnement, Emma, car vous n’avez pas toutes les données : en effet, si j’ai acheté pour une modique somme des vêtements au Secours Populaire, j’en ai également donné plus que je n’en ai acheté... et l’argent payé a aidé à financer des dons du Secours Populaire, donc tout le monde est gagnant et je n’ai pas le sentiment d’avoir retiré quelque chose à quelqu’un...

        11.04 à 12h11 - Répondre - Alerter
      • J’ai effectivement un niveau de vie satisfaisant et pourtant j’achète d’occasion, voire, je recupère des objets sur le trottoir ou sur recupe.net.
        et on m’a aussi reproché de priver des personnes dans le besoin.
        Que faire alors ? Il me semble pourtant important de ne pas solliciter sans cesse la production de produits neufs, alors que quelqu’un possède l’objet dont vous avez besoin/envie et souhaite faire de la place chez lui en se faisant un peu d’argent...
        J’aimerai bien avoir l’avis d’internautes sur le côté "éthique" de la démarche.

        24.04 à 10h59 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité