publicité
Accueil du site > Actu > Société > Aujourd’hui, j’arrête > Noémie, 26 ans : « Avant, je ne savais que lire, maintenant, je peux (...)

Noémie, 26 ans : « Avant, je ne savais que lire, maintenant, je peux construire une maison »

Taille texte
Noémie, 26 ans : « Avant, je ne savais que lire, maintenant, je peux construire une maison »
(L'une des communautés dans laquelle Noémie a vécu, en Espagne. Crédit photo : DR)
 
Depuis presque deux ans, Noémie travaille deux mois par an et vit le reste de l'année dans des communautés autonomes en Espagne. La-bas, elle se nourrit de la terre et a trouvé un rythme qui lui convient.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Faire une pause, dire stop, s’offrir une parenthèse… Vous en rêvez ? Eux l’ont fait. Et ils témoignent pour « Terra eco ». C’est le sens de cette nouvelle rubrique : « Aujourd’hui, j’arrête ».

Quel est votre parcours ?

Après des études de lettres, je suis partie en 2009 en Colombie dans le cadre d’un échange universitaire. Au retour, j’ai bifurqué vers un Master de sociologie appliquée à l’Amérique latine. L’idée était de travailler dans les métiers de la coopération. En 2012, j’ai voyagé en Espagne et suis rentrée en contact avec le mouvement des Indignés. Au retour, je me suis rendu compte que la notion de « coopération » telle qu’elle nous était présentée ne correspondait pas à l’image que j’en avais.

C’est-à-dire ?

En gros, l’idée dominante, c’est d’inculquer notre manière de vivre, de penser à des peuples que l’on estime sous-développés. Quand j’ai compris ça, je me suis dit « au secours ». Je suis par ailleurs retournée à ce moment-là en Colombie pour effectuer un stage-recherche auprès de populations vivant dans la jungle. Ces communautés sont « autonomes », pas par choix mais par obligation (loin de tout, coupées de la route…). Au retour, j’ai voulu m’orienter vers un Master recherche pour comparer la notion d’autonomie en Europe et celle d’autonomie dans ces communautés-là. Et puis, je me suis dit que c’était reculer pour mieux sauter, que si je ne quittais pas les études c’était par peur…

Quelle a été votre décision ?

J’ai décidé de vivre moi-même l’expérience de l’autonomie. Toutes mes études m’ont amenée à me dire : je veux un travail qui m’épanouisse. Seulement, le schéma classique ne me convient pas. D’un côté, le travail. De l’autre, la vie personnelle dans laquelle on se faufile seulement le soir en déconnectant du boulot me paraissait impensable. J’avais envie de produire directement ce qui allait me nourrir, pas seulement au niveau alimentaire, mais en général !

Comment est votre vie maintenant ?

Je travaille deux mois par an, l’été, où vit ma famille, en Vendée. Cela me permet de toucher entre 2500 et 3000 euros et donc de vivre toute l’année avec en moyenne entre 200 et 250 euros par mois. Sans toucher de chômage. Je vis ensuite dans ce que l’on appelle des communautés autonomes alternatives, en Espagne. Il y en a eu d’abord une près de Grenade et une autre vers Almeria. Là-bas, nous avons construit nos propres maisons. Lorsque j’y étais, nous nous nourrissions grâce au potager, au verger et au poulailler et faisions du troc pour des aliments comme le fromage (Noémie est devenue végétarienne depuis deux ans, ndlr). Nous faisions nous-mêmes notre pain. Le rythme de vie n’était imposé par personne.

Quelle a été la réaction de vos proches ?

J’ai dû me justifier souvent, expliquer ma démarche. J’ai de la chance car mes parents m’ont soutenue même s’ils ont exprimé leurs inquiétudes, que je comprends tout à fait. Mon père et sa femme sont venus voir comment je vivais. Ils ont été rassurés et se sont aperçus que dans les communautés, il y avait également des enfants, des personnes âgées…

Vous dites avoir eu à vous justifier. Quelles sont les remarques que vous avez entendues ?

Par exemple « mais comment tu vas faire quand tu auras des enfants ? » C’est drôle, car justement, quand j’aurais des enfants, je les vois davantage vivre dans ce genre d’environnement qu’à la ville ! Tous les enfants que j’ai vus dans les communautés sont très développés, débrouillards, etc. Après, j’avoue que je ne me pose pas trop de questions sur le futur. Je me dis quand même que j’aimerais peut-être un jour avoir quelque chose à moi, retaper des maisons et vivre de cette manière avec ma famille ou quelques familles, en France donc.

Les gens vous font-ils culpabiliser ?

Ici, c’est ancré dans la mentalité que si tu ne vas pas au bureau chaque jour, tu es un fainéant. Le travail est la valeur principale. Croyez-moi, travailler la terre pour se nourrir et vivre, c’est un boulot à temps plein ! C’est bien simple, avant je ne savais que lire des livres, maintenant je sais construire une maison ! Mais c’est vrai qu’on m’attend toujours au tournant, on cherche la moindre petite bête dans mes actes quotidiens, quand je suis en France notamment. Mais je ne suis pas portée par une idéologie, je ne dis pas que mon mode de vie est le meilleur, je ne suis pas une militante.

A part l’été, vous revenez souvent en France ?

Régulièrement. Grâce à cette vie, je peux me permettre ce luxe là. En ce moment, par exemple, ma mère doit être hospitalisée, je suis rentrée pour être à ses côtés. Si un ami ne va pas bien, je peux lui rendre visite et passer du temps avec lui.

Certaines choses de votre vie d’avant vous manquent-elles ?

Non pas spécialement, mais je suis contente quand je retourne à Paris par exemple. C’est les vacances à la ville en quelque sorte ! Et puis, je n’ai pas le temps d’en voir les mauvais côtés.

Quand repartez-vous ?

D’ici un mois. Je vais passer ce que l’on nomme une période d’essai dans une communauté située dans les Pyrénées espagnoles.


Vous souhaitez raconter une expérience de pause similaire ou foncièrement différente ? Contactez-nous à l’adresse suivante : journalistes@terraeco.net


A lire aussi dans cette rubrique :

Claire, 30 ans : « Il faut se blinder contre la culpabilité »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
14 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonsoir,
    j’aimerai moi aussi avoir les adresses des communautés en Espagne pour pouvoir aller à leur rencontre et voir si le mode de vie qu’ils ont choisi est celui auquel j’aspire. Je ne sais pas si c’est possible car ils ont peut être envie d’être tranquilles, et peut-être que leur tranquillité s’arrête là où la curiosité des autres commencent.
    Moi aussi, et ça me rassure nous sommes plus nombreux que je ne le pensais, je ne me vois pas continuer dans ce mode de vie où on nous pousse à la consommation et où plus rien n’a de logique, je me sens entre deux mondes, celui dans lequel je vis qui a des côtés confortables et exaspérants à la fois et celui auquel j’aspire, puisse-t-il être réel et me convenir. Il n’y a qu’un moyen de savoir quelle vie nous rend heureux, tentez l’expérience.
    Bise pleine de chaleur humaine.
    Elo.

    25.03 à 23h16 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Je suis actuellement étudiant en BTS et je n’en peux plus du mode de fonctionnement de la société actuelle. Pour moi ainsi que de nombreuses personnes nous n’arrivons pas à voir ce qui est attendu de notre part afin de vivre libre et heureux (se que l’on nous ne permet plus réellement aujourd’hui selon moi). C’est pourquoi si quelqu’un lisant ce message possède quoique se soit concernant le mode de vie de Noémie (contacts, lieu, ...), qui me semble être celui qui me correspondrais le mieux, je lui demanderai d’en faire part.

    Avec toute ma gratitude (que se soit pour les infos, pour l’article ou autre)

    Bertrand

    8.03 à 20h25 - Répondre - Alerter
  • Bonjour à tous juste un lien sur livre interessant en rapport avec l’expérience de Noémie. http://frishmael.wordpress.com/
    Bonne lecture à tous !

    4.03 à 18h35 - Répondre - Alerter
  • Auriez-vous le contact de Noémie ?

    Cordialement
    Symon

    4.03 à 18h00 - Répondre - Alerter
  • génial, c’est exactement ce que j’essaye de faire... !

    Pour la sécurité sociale, pour l’instant, à défaut de législations convenant à ce rythme de vie... les étudiants bénéficient d’une poursuite de droits à la sécurité sociale pendant un an. Après, il faut être demandeur d’emploi pour bénéficier de la sécurité sociale. Mais à partir du moment où on travaille un peu dans l’année, on a la sécurité sociale. J’ai l’intention également de m’inscrire à distance dans une formation universitaire de musique... ce qui donne des droits à la sécurité sociale. Le système français est quand même, malgré ses règles compliquées, assez ouvert, il faut se renseigner, poser des questions.

    4.03 à 12h35 - Répondre - Alerter
  • Je comprends la démarche et l’envie d’une certaine façon. Mais une question me taraude : comment financer un système social (santé, éducation, solidarité) dans ces conditions ? Certaines choses peuvent se faire par la solidarité de communauté mais pour la santé par exemple, j’ai un doute.
    Personnellement, je me verrais plutôt travailler à mi-temps, je trouve ça plus cohérent socialement : l’impôt et les cotisations sociales ne sont pas qu’une machine à engraisser l’Etat.
    Qu’en pensez-vous ?

    27.02 à 10h05 - Répondre - Alerter
    • Il y a un romantisme dans la démarche qui me touche vraiment : une vie en accord avec toutes ses convictions, c’est très inspirant. L’aller-retour entre la société française et le travail salarié l’été, et la communauté le reste de l’année doit cependant être assez compliqué à vivre. Cela dit on comprend cette nécessité : la frontière semble mince entre l’engagement extrême, l’expérience authentique et l’exclusion, voire l’autodestruction (cf into the wild...).

      27.02 à 11h12 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,
      j’ai quelque questions...

      J’ai *un peu* l’impression que cette demoiselle avait des bases financières (sa famille) au départ pour pouvoir se permettre de décider de "tout plaquer". Je ne pense pas que quelqu’un qui ne gagne pas grand chose avec des enfants puisse un jour se lever et décider qu’il/elle "plaque tout"... Ce n’est pas si facile de "réaliser" ses rêves. Si c’était le cas, les millions de chômeurs espagnols l’auraient déjà fait. Mais là il n’y aurait plus de place dans les "communautés autonomes alternatives" !!

      Par exemple, bénéficie-t-elle encore de la Sécu, de l’Assurance Maladie ? C’est important car si ce n’est pas le cas et qu’un jour elle a besoin de se faire opérer, ou a une maladie qui ne se soigne pas facilement, comment fait-elle ? Rien de tout cela n’est expliqué dans l’article.

      Par ailleurs, je ne sais pas vous, mais si je devais voyager comme elle le fait en ne gagnant ma vie que 2 mois par an, je ne pourrais pas. ça coûte cher ! Par ailleurs, de nombreuses personnes n’arrivent pas à trouver de travail juste en claquant des doigts. Comment fait-elle pour avoir un travail qui l’attend tous les été, bien fidèle au poste ? C’est sûr, c’est cool, mais il faut déjà l’avoir, ce boulot !

      4.03 à 10h15 - Répondre - Alerter
      • bonjour !

        je réponds a tes deux dernières questions, j’ai moi meme un mode de vie proche de celui de Noémie.
        Le transport coute cher. Essence hors de prix, et transport en commun également. Le stop est gratuit :) Moyen un peu contraignant, mais j’ai parcouru des milliers de kilomètres de cette façon. Et comme la richesse de Noémie et de tous les gens qui ont décidé de vivre de cette façon est le temps, on n’est jamais pressé.
        Quant à trouver un travail en claquant des doigts... Et bien.. C’est à peu près ça. Peu importe la localisation du travail (les travails saisonniers d’été sont souvent logés), et je peux me permettre de chercher n’importe ou. Je n’ai jamais cherché de travail plus d’une semaine.

        6.03 à 17h46 - Répondre - Alerter
    • Bonjour Aude,
      je n’ai aucune expérience de ce genre de communauté mais je pense qu’elles contiennent toutes les réponses à tes questions/doutes parce qu’elles sont basées sur la solidarité. Les problématiques de santé (par exemple) nécessitent des compétences et du temps, pas de l’argent. C’est parce que la solidarite manque dans les sociétés modernes que nous avons recours à l’argent comme outils d’échange de compétence et de temps. Mais si tu vis dans une communauté basée sur la solidarité j’imagine que tu es entourée de personnes qui seront là pour t’aider lorsque tu seras malade ou âgée ou que tu auras une question sur l’éducation de tes enfants.

      4.03 à 10h31 - Répondre - Alerter
    • Bjrs
      Je suis artisan créateur et j’aimerais me déconnecter de ce système qui nous broye et nous formate
      trouver un sens plus naturel à sa vie plus libre d ’agir et de vivre

      enfin , la vraie vie et la liberté de pouvoir être maitre de sa vie et de son propre destin

      Eric

      4.03 à 12h25 - Répondre - Alerter
    • Bjrs
      Je suis artisan créateur et j’aimerais me déconnecter de ce système qui nous broye et nous formate
      trouver un sens plus naturel à sa vie plus libre d ’agir et de vivre

      enfin , la vraie vie et la liberté de pouvoir être maitre de sa vie et de son propre destin

      Eric

      4.03 à 12h26 - Répondre - Alerter
    • Bonjour,

      L’impôt et les cotisations sociales SONT une machine a rembourser la dette virtuelle de la France ! Nous payons 50 Milliards par an simplement pour rembourser les intérêts !

      Il faut un revenu de base en adéquation avec une refonte PROFONDE de la fiscalité, cela reglera bien des problemes.

      4.03 à 15h08 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité