publicité
Accueil du site > Actu > Société > Marcher pour inventer
27-03-2014
Mots clés
Transports
Emploi
France

Marcher pour inventer

Taille texte
Marcher pour inventer
(Crédit photo : flore-aël surun - tendance floue)
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 56 - avril 2014

Lève-toi et marche !

A celles et ceux qui ont la chance de tenir debout, ce numéro de Terra eco apprendra, peut-être, que 10 000 pas quotidiens suffiraient à faire de nous des êtres en bonne santé. Nous partons de loin, tant nos vies semblent programmées pour faire de nous des gastéropodes, vissés sur leurs sièges du matin au soir, de la cuisine à la voiture ou même aux transports en commun, jusqu’au bureau, puis de nouveaux les transports, la cuisine, le salon. Trop sédentaires, nous nous empâtons et finirons par coûter un bras à la Sécu. Certes, randonner sur les cimes, ou en tout lieu propice à la contemplation, reste au quotidien une forme de luxe. Mais, fort heureusement, la réorganisation des villes à l’œuvre depuis quelques années a sonné l’heure des mobilités douces, au moins dans les villes du continent européen. Le blason des marcheurs y est redoré, au même titre que celui des cyclistes. Mais il reste un long chemin à parcourir.

Les cloches de pollution qui se sont récemment posées sur plusieurs métropoles françaises ont gravement mis en danger la santé des populations. Cela n’a pas empêché les fausses polémiques, entretenues par des médias instantanés, auxquelles se sont mêlés des arguments fallacieux de lobbyistes aguerris, pour dézinguer les arguments de citoyens ordinaires, vite catalogués comme des « antibagnoles » primaires. Au motif que nos villes, nos vies et notre modèle économique ont été pensés autour d’engins majoritairement mus au carburant diesel, toute tentative de repenser en profondeur la mobilité française se fracasse tôt ou tard contre le mur de lobbys protéiformes.

En France, le diesel intouchable

Cet épisode, plus grave que tant d’autres qui l’ont précédé, souligne, malheureusement une fois encore, la difficulté du politique à construire à long terme et avec un minimum de courage. Toucher à un cheveu de la politique française de préférence pour le diesel ? Hors de question ! Trop d’enjeux industriels, trop d’emplois. Le business as usual l’emporte, une fois de plus. A ce compte-là, et si nos vies ne sont plus que chiffres, nous pourrions au moins considérer ce que le fait de marcher apporte à notre sacro-saint PIB. C’est peut-être en marchant que nous inventerons les idées de demain, conciliant innovations techniques, sociales, sanitaires, économiques et environnementales. —
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité