publicité
Accueil du site > Actu > Culture > Ma supérette bio a neuf milliards de clients
Article Abonné
19-04-2012
Mots clés
Alimentation
Agriculture
France
Monde

Ma supérette bio a neuf milliards de clients

Taille texte
Ma supérette bio a neuf milliards de clients
(Crédit photo : cecilia garroni-parisi - the new york times - redux - réa)
 
L’agriculture biologique pour nourrir l’humanité, de Jacques Caplat, Actes sud, 480 p., 24 euros.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 36 - mai 2012

40 projets pour changer d’ère

La planète sera peuplée de quelque 9 milliards d’habitants en 2050. Comment les nourrir tous ? Premier mouvement, le plus évident : exporter partout dans le monde les méthodes intensives de l’agriculture occidentale. Après tout, en une poignée de décennies, elles ont sorti le Vieux Continent de la faim qui la hantait depuis le Moyen Age. Ce serait donc formidable que l’Afrique et l’Amérique latine en bénéficient aussi. Mais vous connaissez ces casse-pieds d’écolos : il est bien rare que le premier mouvement trouve grâce à leurs yeux. Car que voient-ils dans l’agriculture dite « conventionnelle » ? La surmécanisation, les engrais chimiques, les tombereaux de pesticides déversés – qu’un tour de passe-passe sémantique nomme « produits phytosanitaires » – et tout ce qui s’ensuit : appauvrissement de la diversité agricole, destruction du sol, augmentation de l’érosion, pollution des nappes phréatiques. Sans parler du bilan carbone !

Nourrir Malgaches et Mongols

Et évidemment, ils se disent qu’imposer tout ça aux centaines de millions d’hectares que compte la Terre ressemble à un suicide collectif. Mais alors quoi ? Eh bien, il y aurait une solution, suggèrent les écolos : faire passer l’agriculture mondiale au régime bio. Quoi ? L’agriculture bio, avec ses rendements faméliques, ses contraintes et ses coûts exorbitants pourrait nourrir les Malgaches et les Mongols, les Acadiens et les Guaranis ? Plaisanterie ! Et pourtant, non. Jacques Caplat, en sérieux agronome, dégaine une foule de sérieux rapports qui démontrent notamment que, en terre tropicale, le bio affiche des rendements supérieurs (parfois de plus de 120 % !) à ceux de l’« agriculture chimique ». Eh oui !

« Baignoire percée »

Car le bio – ou plutôt « la » bio, comme le souligne l’auteur, en recentrant le vocabulaire sur l’agriculture – ne se contente pas de faire l’impasse sur les boosteurs chimiques : c’est une pratique globale qui respecte les cycles naturels, pense le rapport entre la plante et son sol, entre le sol et le climat, etc. Au contraire, insiste Caplat, l’agriculture conventionnelle s’apparente au « remplissage d’une baignoire percée » : on peut augmenter, encore et encore, le débit du robinet, mais cette démarche n’a pas d’avenir. Voilà pourquoi, selon l’auteur, on n’exportera jamais notre modèle agricole tel quel, et pourquoi, même chez nous, il est amené à disparaître. On aimerait le croire. Mais depuis un siècle, tant de livres sont parus pour démontrer, rationnellement, que le système actuel vivait, lui aussi, ses dernières années qu’on est forcément un peu réservé. Disons au moins qu’on sait où doit se mener le vrai combat. —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité