publicité
Accueil du site > Actu > Culture > « Les mille et une nuits I, II et III », triptyque tripant
Article Abonné
30-06-2015
Mots clés
Société
Economie
Europe

« Les mille et une nuits I, II et III », triptyque tripant

Taille texte
« Les mille et une nuits I, II et III », triptyque tripant
 
De Miguel Gomes. Sortie les 24 juin, 29 juillet et 26 août.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 69 - juillet-août 2015

Faites le vide !

« Mais quelle (…) est-on en train de faire ? », écrit Miguel Gomes dans son carnet de bord de tournage. « J’ai l’impression d’être Ed Wood (réalisateur considéré de son vivant comme le plus mauvais de tous les temps, ndlr) ! Ce matin, nous avons fait des essais avec 73 acteurs et distribué des godemichés à tout le monde (tournage des hommes qui bandent dans la semaine). Déjeuner en regardant des photos de chameaux. L’après-midi, visionnage des vidéos de témoignages de chômeurs d’Aveiro (ville portugaise, ndlr) pour le film de fin d’année : j’en sors accablé. » Nous, au contraire, on sort de ces Mille et une nuits éblouis. Car ce joyeux bordel qui semble dépasser son créateur produit une épopée magnifique – en six heures et trois épisodes – qui articule politique et merveilleux, fiction et réalité. S’y croisent entraîneurs de pinsons et mauvais génies, bandits de grand chemin et fonctionnaires impuissants du Fonds monétaire international, chiens parlants et camés en rédemption pour ne citer que quelques-unes des figures étranges qui composent cette fresque du Portugal en crise.

C’est elle le point de départ du film, tourné en réaction au plan d’austérité drastique mené par le gouvernement à partir de 2011. Pour cela, Miguel Gomes a recruté des journalistes entre l’automne 2013 et l’été 2014, chargés de se faire l’écho du pays bruissant de manifestations, expulsions et licenciements. Mais, dépassé par le foisonnement des récits tragiques, Gomes abandonne son poste (dans le premier épisode) et laisse la place à Shéhérazade, conteuse hors pair, seule capable de relater ces drames et d’en trouver le sens. Les films se nourrissent des drames sociaux ou personnels – que les journalistes, déployés sur le terrain, ont remontés – et les restituent sous forme de fables qui mêlent réalisme et fantasmagorie.

Machine à rêver

A travers son faux aveu d’impuissance, le réalisateur interroge la capacité du cinéma, machine à rêver, à raconter un monde où nécessité fait loi. Il invente, à travers ce dispositif hybride – des acteurs pros, des personnages de fiction, des animaux parlants, des citoyens – un cinéma politique renouvelé par ce questionnement. Dans le recueil Mille et une nuits, Shéhérazade, grâce à ses contes drôles et tragiques, divertit le Prince pour sauver sa peau et lui inculque patience et sagesse. Au XXIe siècle, les Mille et une nuits de Gomes jouent le même rôle salvateur. Sans renoncer à la magie parce que l’heure serait trop grave, ce récit de la crise portugaise, transposable presque partout, réhabilite les dominés – appelés « les Magnifiques » – et démonte par l’absurde les institutions fantoches d’une dictature qui ne dit pas son nom.

Découvrez la bande-annonce ci-dessous

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité